L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Les mauvaises moissons du Crédit Agricole Nord de France

Réflexions Par | 13 septembre 2012

L’information révélée en exclusivité par DailyNord vendredi (les cumuls illégaux de Bernard Pacory, son président, qui vient d’ailleurs d’être suspendu de ses fonctions par la CCI de Lille) s’ajoute à plusieurs affaires et investissements contestés au sein du Crédit Agricole Nord de France. Qui, pour une banque mutualiste, font tâche.

Le Crédit Agricole Nord de France a connu des jours meilleurs. Photo : Stéphane Dubromel

En quelques mois, le mythe de la banque agricole qui repose sur le triptyque proximité, responsabilité, solidarité, s’effrite petit à petit.Il y a bien entendu l’histoire de notre nouvel ami Bernard Pacory. Si le Crédit Agricole Nord de France n’est pas directement concerné, ça fait tâche d’avoir un président qui s’en met un peu trop dans les poches… qui plus est illégalement. De quoi le pousser à la démission également de la présidence de la Caisse régionale (il est pour le moment suspendu par la CCI Grand Lille, en attendant sa probable révocation, voir notre article)? Au sein de l’entreprise, même si on trouverait cela plutôt logique, on n’y croit pas forcément. « Tout le monde au sein du Conseil d’administration du Crédit Agricole Nord de France se tient, tonne-t-on dans les couloirs. Je ne vois pas un administrateur mener un front de révolte.» A moins que les deux candidats battus lors de l’élection du président en 2011, Bertrand Gosse de Gorre et Alain Leclercq, ne se décident à monter au créneau (on rappellera d’ailleurs que Bernard Pacory est le premier président de la Caisse régionale à ne pas être issu du monde agricole) ? Ou que le Crédit Agricole S.A à Paris ne tape du poing sur la table (voir également notre article) ?

Un Crédit Agricole Nord de France qui a un appétit d’ogre

Le Crédit Agricole Nord de France pèse lourd. Très lourd. D’abord dans l’immobilier avec une présence dans des groupes comme Nord de France Immobilier, Nacarat (groupe Rabot-Dutilleul), Arcadim, MSI ou encore Imm-Nord. Ensuite dans l’investissement au sein des entreprises (à travers deux entités que sont Nord Capital Investissement et Finorpa), ayant racheté notamment Le Furet du Nord en 2008.

Le crédit “créé par et pour des agriculteurs” a également investi dans le crédit agricole belge (Europabank, Keytrade et CA assurances). Enfin dans les médias, avec des actions au sein de l’hebdomadaire Horizons Nord-Pas-de-Calais, la Voix du Nord Investissement et de la chaîne de télévision régionale Wéo (ce qui explique peut-être que, sauf erreur de notre part, le groupe n’ait pas pipé mot de l’affaire Pacory dans ses différents supports).

Conclusion, le Crédit agricole semble partout, partenaire de clubs de football comme le RC Lens ou mécène culturel du musée de Flandres à Cassel ou du Louvre à Lens. Au total, la Banque représente 25% de parts de marché régionales.

Les 4,3 millions d’euros de l’ex directeur général toujours dans l’attente

Cette histoire de gros sous fait également suite à une autre affaire dont vous parlait DailyNord en mars dernier. Elle concernait le directeur général du Crédit Agricole Nord de France. Si pour les observateurs extérieurs, Alain Diéval prenait une retraite bien méritée, les informations que nous nous étions procurées, éclairait la passation de pouvoir d’un autre visage : l’ex-DG attaquait son entreprise aux prud’hommes pour licenciement abusif. Montant des indemnités réclamées : 4,3 millions d’euros. Alors que quelques mois avant, une partie du personnel se mettait en grève pour obtenir une sécurisation des rémunérations par rapport à l’intéressement et que la direction déplorait cette manoeuvre en «décalage avec la gravité de la situation et un environnement social – notamment régional – très perturbé» … Hasard de l’actualité, une nouvelle audience doit avoir lieu ce jeudi à Arras pour régler ces histoires de millions (dans un environnement social toujours aussi perturbé, soyons médisants).

L’acquisition d’ImmNord et Arcadim, tout comme l’implication dans le RC Lens critiquées, un cadre mis en examen dans l’affaire Apollonia

Deux cas personnels qui font tâche pour la banque mutualiste. D’autant que la période n’est pas toute rose pour le Crédit Agricole Nord de France. On pourrait parler d’Apollonia par exemple : dans cette affaire d’escroquerie aux investissements immobiliers défiscalisants, un cadre du Crédit agricole Nord de France (ce n’est pas le seul à être mis en cause) a été mis en examen il y a quelques mois (voir le Figaro  et Le Parisien).

Certains choix d’investissements posent également débat, même si la banque affiche toujours une bonne santé (entre 2010 et 2011, le résultat net part du Groupe a progressé de 1,2% à 194,8 M €) : les filiales immobilières (ImmNord et Arcadim), acquises juste avant la crise, n’en finissent pas de subir la récession économique (le syndicat FO de la banque estime les pertes à 13 millions d’euros entre 2007 et 2011), tandis que la banque s’est retrouvée sur le devant de la scène au début de l’été avec le RC Lens. Pour rappel, le Crédit Agricole Nord de France est devenu actionnaire majoritaire du RC Lens, éclipsant l’historique Gervais Martel et épongeant une première dette de 15 millions d’euros (sur les résultats de l’année précédente). Le football business, pas exactement le type d’investissement sécurisé que l’on pourrait attendre de ce type de banque, ce qui avait d’ailleurs été reproché par la direction nationale du Crédit Agricole à ses cousins nordistes. « On s’est carrément éloigné du métier, juge Jean-François Innocenti, délégué FO du Crédit Agricole Nord de France. Du coup, la banque se retrouve dans l’oeil du cyclone, une position dont elle n’avait pas l’habitude ». Comme en plus, ses dirigeants (et ex-dirigeants) s’y mettent, ça n’arrange rien…

Vous aimez DailyNord ? N’hésitez à vous abonner à la newsletter, à devenir fan sur Facebook ou à nous suivre sur Twitter.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. Le Crédit agricole actionnaire d’un club de foot au fond du trou – le RC lens – ça interpelle. D’autant plus qu’il ne veut plus consentir de prêt à ce club. Mais il le ferait semble-t-il en prêtant au conseil regional qui jouerait le rôle de prêteur en dernier ressort càd que la garantie du club ne vaut rien tandis que le conseil regional dispose de solides appuis bancaires. C’est comme une société dirigée par un homme de paille. ET quand on dit RC lens, le president Percheron a les yeux du Grand Loup pour betty boop.

  2. Après les flops connus par le Crédit Agricole, en Grêce notamment, voilà que de pareilles escroqueries apparaissent en France. Si comme il est mentionné, le crédit agricole a été créé par et pour des agriculteurs, ce temps semble aujourd’hui révolu. Il suffit pour cela de constater le nombre d’agriculteurs qui ont mis la clé sous la porte ou sont placés sous contrôle de l’autorité judiciaire. Mais le Crédit Agricole, lui, semble posséder 25% de parts de marchés Régionaux. Le plus grave et alarmant, c’est que les fidèles clients (1/2 siècle) sont aujourd’hui mis à mal en raison de difficultés financières qu’ils tentent de jugguler mais à quel prix (en raison de leur passage de l’activité à la retraite) !!!!
    Agios par ci, agios par là, plus de 100 euros par mois, sans compter les intérêts remboursés qui viennent compléter la richesse du Crédit Agricole. Facturation fantaisiste de la part de ce crédit agricole (5 euros une lettre de rappel adressé parmi des relevés de banque !!!!)
    Alors l’affaire Bernard PACORY n’est, semble-t-il, qu’une petite goutte de l’océan. Mais quand j’en ai beaucoup, j’en veux encore plus.
    Eh bien maintenant, assèchons le système et faites en sorte que les honnêtes gens soient reconnus en ou hors difficulté.
    Arrêtez Messieurs les riches de piller encore plus le patrimoine financier des Français. Regardez vous devant une glace. J’ose espérer que les médias feront leur travail en suivant cette affaire et en la diffusant largement au Plan National.
    Un bien mal acquis ne profite jamais dit on ? Espérons que la Justice jouera son rôle.
    Celui de rendre la justice quel que soit le prévenu.

  3. L e crédit agricole est bien loin d’être uniquement une banque d’agriculteurs.N’ayant aucun lien avec l’agriculture,nous avons un compte au crédit agricole depuis prés de cinquante ans,. Pour les habitants de la campagne, le crédit agricole reste l’une des dernières banques de proximité.Je serais curieux de connaitre la provenance de la collecte d’épargne (répartition entre agriculteurs , ruraux non agriculteurs et citadins) Je crains que dans le cas ou le crédit agricole imaginait de revenir à son métier d’origine (banque des agriculteurs),celui ci ait énormément de difficultés à lever l’épargne nécessaire à son fonctionnement dans la période présente.Laissons cette banque vivre sa vie et soyons vigilants aux conditions et frais qui nous sont octroyés, c’est à mes yeux la seule chose qui importe

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus