Législatives : J.-F. Caron (EELV), “proposer un nouveau monde, durable et désirable”

Jusqu’ici, le Pas-de-Calais pouvait se targuer d’être l’un des rares départements à avoir trouvé un accord politique entre le Parti socialiste et Europe Ecologie Les Verts. Mais ça, c’était avant. En annonçant sa candidature verte aux prochaines législatives, Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle et conseiller régional depuis 1992, a bousculé les habitudes. Dans les urnes, l’élu devra faire face Guy Delcourt, député-maire de Lens et Bruno Troni, le maire de Billy-Montigny investi par le Front de Gauche.

DailyNord : Vous avez déclaré que vous ne vous présentiez pas pour gagner. De son côté, le candidat socialiste Guy Delcourt a fait savoir à la presse locale ne pas comprendre votre candidature aux élections législatives. Quel est donc votre état d’esprit ?

Jean-François Caron : « Je n’ai jamais envisagé l’action politique comme un combat. Le but n’est pas de mettre quelqu’un à terre. Pour moi, l’action politique, ce n’est pas une carrière, encore moins un tremplin ou un destin. C’est avant tout défendre des valeurs et proposer des solutions. D’où ma candidature sur la 3e circonscription. En 1992, j’ai refusé d’être vice-président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais. Mon objectif n’a jamais été de me mettre en avant, d’avoir des responsabilités coûte que coûte mais de faire avancer l’action publique. »

“nous n’avons pas su répondre à la question fondamentale du changement de civilisation”

DailyNord : Qu’avez-vous pensé de la dernière campagne présidentielle ?

Jean-François Caron : Je mesure à quel point la classe politique dans son ensemble n’est dramatiquement pas à la hauteur des enjeux d’aujourd’hui. Et je mets également Europe Ecologie Les Verts dans le lot ! Lors de cette dernière campagne, nous n’avons pas su répondre à la question fondamentale du changement de civilisation. Notre modèle de société, qui consomme, qui détruit, qui est très matérialiste, n’a plus d’avenir. Ses impacts sur l’environnement, dû à la consommation irréfléchie des ressources, sont de plus en plus catastrophiques. Le prix du pétrole va de toute façon tout bouleverser d’ici quelques années. Le problème, c’est que le nouveau modèle de développement n’est pas encore visible. On n’a pas de rêve mobilisateur, contrairement à des époques comme l’après guerre, où la reconstruction a suscité un espoir immense, où la libéralisation des modes de vie permettait à chacun d’envisager d’accéder à un confort matériel minimum. On est donc à la fin d’un monde et le nouvel imaginaire n’est pas apparu. D’où les postures défensives de la plupart des candidats. Un mot revenait sans cesse : « protéger ».

Coulisses d’interviewJean-François Caron a presque un agenda de ministre. Pour cette interview, nous avons pris rendez-vous quasiment deux mois à l’avance. Et ça n’a pas été simple de coordonner nos deux agendas pour que son assistante puisse trouver un créneau d’une heure avec le futur candidat aux législatives de la 3e circonscription… Mais nous voulions prendre le temps de rencontrer le maire de Loos-en-Gohelle. Jean-François Caron est très à cheval sur les horaires. D’ailleurs, il ne supporte pas les retardataires. Ils nous a reçus exactement à l’heure prévue. Mais avec un parcours aussi riche, les 60 minutes sont passés très vite. Et nous sommes sortis de son bureau exactement une heure après, puisqu’un autre rendez-vous l’attendait. C’est ce qu’on appelle la ponctualité !

DailyNord : Dans cette 3e circonscription récemment remodelée comme dans sa voisine la 11e (où s’affronteront Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon)…

Jean-François Caron : Ce qui se passe avec le Front national est grave. Même à Loos-en-Gohelle, les scores atteints sont très hauts. La dépression est collective. Chacun a peur de l’avenir. Oui, en tant qu’Europe Ecologie Les Verts, nous n’avons pas su faire émerger de nouveaux modèles de développement. A l’époque du référendum de Maastricht, j’avais voté non. Non, pas parce que j’étais contre le principe de l’Europe mais parce que cela inscrivait l’économie de marché dans le marbre. L’ouverture est une richesse pour l’autre. L’Europe apporte cette richesse mais pas l’économie de marché et la consommation à outrance. Aujourd’hui, un modèle de société est appelé à disparaître. Reste à proposer un nouveau monde, à la fois durable et désirable. Sans oublier de traiter de la cette question de la mondialisation qui génère des angoisses. Notre société somme aux agens d’exister en se différenciant. Elle dicte à chacun d’être individualiste. Ce qui renvoie à la souffrance individuelle de chacun. A nous écologistes, de construire le monde de demain.

DailyNord : Qu’avez-vous pensé de la campagne d’Eva Joly ? Etait-ce le bon choix ?

Jean-François Caron : J’étais très favorable à Eva Joly dans un premier temps. Puis j’ai reçu Nicolas Hulot une journée à Loos-en-Gohelle et j’ai découvert un homme très ouvert. Cette rencontre a transformé la vision que j’avais de lui. Non seulement, il fait une vraie remise en question de son parcours mais il prône un discours global à la fois économique et social. En plus, il a une réelle empathie avec les gens. Lorsque nous nous sommes promenés dans la ville, il a fait preuve d’une grande simplicité. Quelques jours plus tard, lorsqu’il est passé sur une télé, il a réussi à dire en quelques phrases ce que j’aurais aimé dire. C’est justement tout ce qu’Eva Joly ne sait pas faire. L’autre problème de cette campagne, c’est que les écolos sont toujours considérés comme des annonciateurs de mauvaises nouvelles. On est toujours clairement vus comme des emmerdeurs. Tout notre boulot, c’est donc de réduire cette consommation effrenée qui fait du mal à la planète mais aussi travailler sur le vivre-ensemble.

Cd2e, Team2, les réussites du maire Caron ?


DailyNord : Votre ville est un laboratoire d’initiatives écologiques. Quelles solutions proposez-vous ?

Jean-François Caron : Face à Guy Delcourt, je peux avancer quelques initiatives qui fonctionnent. Notamment le CD2E, le centre de développement des éco-entreprises devenu un modèle à l’échelle nationale et internationale. Il est installé sur l’ancien site minier du 9/9 bis, au pied des terrils jumeaux, qui accueille des maisons basse consommation de Villavenir, servant d’exemples aujourd’hui des maisons de demain. Loos-en-Gohelle a accueilli également un nouveau centre de fondation des apprentis d’Auteuil de 108 places, spécialisé dans les métiers liés à l’enveloppe des bâtiments. Nous avons réussi à financer, en grande partie grâce à l’Europe, une centrale solaire de production électrique, dont les résultats permettront d’améliorer la recherche et le développement en matière de panneaux solaires pour l’ensemble du Bénélux. Le centre de ressource sur le solaire, ouvert il y a un an, teste ainsi 24 technologies, qui serviront notamment aux écoles mais à la formation professionnelle et à la nouvelle industrie du solaire.

Nous allons bientôt inaugurer une halle des éco-matériaux, en partenariat avec le pôle de compétitivité Team2, dédié aux technologies de recyclage. Pour moi, l’enjeu des économies d’habitat en matière d’énergie est l’un de nos principaux défis. La mairie a d’ailleurs lancé la construction de logements sociaux à charges maîtrisées dès 2007, au sein d’un nouvel éco-quartier. Un des habitants est venu me voir avec sa facture en main : il ne paie désormais que 197 euros de chauffage par an ! C’est une manière de rendre visible la démarche d’éco-construction pour les habitants comme pour les bailleurs. Même la toiture de l’église a été rénovée avec des panneaux voltaïques. L’investissement de la municipalité s’est avéré rentable.

DailyNord : Et sur le fameux vivre-ensemble ?

Jean-François Caron : Sur l’aspect vivre ensemble, on s’en sort pas trop mal à Loos-en-Gohelle puisque là ville a 107 associations. C’est vraiment dans la proximité qu’on apportera des réponses concrètes. Par exemple, trop de gens ne savent pas encore qu’avec une maison HQE (Haute Qualité Environnementale) on paie beaucoup moins de charges… Alors qu’avec Jean-Luc Mélenchon, on part sur de la dénonciation. Comme Marine Le Pen d’ailleurs, on part sur de la dénonciation. Alors qu’on devrait plutôt apporter des réponses concrètes plutôt que de dénoncer. Dans la perspective des législatives, il reste donc encore de l’espoir. A Loos-en-Gohelle, nous avons pris le parti d’organiser près de 200 réunions publiques lors du mandat. Nous avons mis en place la logique d’habitant-acteur, pour que les citoyens puissent co-décider du programme des actions municipales.

DailyNord : Les affaires du PS dans tout ça ? Qu’en pensez-vous ?

Jean-François Caron : Dès lors qu’un système est en domination totale, un certain nombre de personnes peuvent se croire tout permis. . Alors que le rôle d’un élu n’est pas de courir après le pouvoir et l’argent mais d’anticiper les risques, faire en sorte que l’on retisse du lien social, que l’on apprenne à vivre ensemble, que l’on propose une meilleure qualité de vie en matière de logement et d’amélioration de l’environnement… Ce qui était justement la force de l’ex-bassin minier : la fraternité, la solidarité ont été pendant longtemps le terreau de ce territoire. Aujourd’hui, le bassin minier retrouve peu à peu de son attractivité en se débarrassant de son image de terres ultra-polluées, presque repoussoir. C’est pourquoi j’ai lancé par exemple le marathon de la route du Louvre qui a rassemblé 50 000 personnes. A chaque fois, et c’est mon combat depuis des années, j’essaie de mixer la mémoire, c’est-à-dire nos racines et l’avenir.

DailyNord : Et le classement du bassin minier au patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Jean-François Caron : Cette fois-ci, un seul dossier a été déposé et c’est celui du Bassin Minier. Nicolas Sarkozy ne pourra plus nous planter. En 2011, il l’avait proposé in extremis, le dernier jour, la dernière heure, le dossier sur les Causses et les Cévennes alors que le dossier Bassin Minier était déjà ficelé. Nous aurons les résultats d’ici quelques semaines maintenant.

J’aurais pu rester au Parti Socialiste par pure tradition familiale

DailyNord : Votre arrière grand-père était délégué mineur en 1900, votre père et votre grand-père ont été maires de Loos-en-Gohelle. Est-ce que l’on peut parler de dynastie ?

Jean-François Caron : Je suis très fier de mes origines et de mon histoire familiale. Mes père et grands-pères m’ont transmis des valeurs fondamentales. Mon grand-père maternel Voltaire était délégué mineur, meneur de grève. Ses frères s’appelaient Juvenal, Rosa, Eglantine, Ferrer, Louise-Michel et Danton. Vous imaginez bien l’engagement politique lorsqu’il a pris la succession de mon arrière-grand père paternel à la tête de la ville… Mon père a notamment instauré une logique d’auto-gestion pour la ville de Loos-en-Gohelle. En tant que membre du bureau national des SCOP, les sociétés coopératives et participatives, il a géré une entreprise où il n’y avait un rapport que de 2,5 entre le plus haut et le plus bas salaire. Il a vraiment transformé la ville de Loos-en-Gohelle, il l’a clairement dynamisée. Je suis donc porteur de cet engagement militant mais je me suis orienté vers l’écolo-social. J’aurais pu rester au Parti Socialiste par pure tradition familiale. J’aurais pu prendre une autoroute politique. Mais j’ai fait le choix de l’écologie par conviction. Parce qu’il faut qu’on arrête de détruire la planète. Moi, je suis kinésithérapeute de formation. C’est sûr que j’aurais pu gagner beaucoup plus en m’installant en cabinet libéral. Mais j’ai fait un autre choix.

DailyNord : Et concernant vos chances pour la prochaine députation ?

Jean-François Caron : Comme je suis clairement engagé pour la ville de Loos-en-Gohelle, les gens votent pour moi. Lors des dernières élections municipales en 2008, j’ai obtenu 82% des voix. Mais à Loos-en-Gohelle, les Verts font toujours deux fois plus que la moyenne du Pas-de-Calais.

Lors des dernières présidentielles, je connais des militants Verts cartés qui ont voté François Hollande dès le premier tour par peur du Front National. Je connais même des militants d’extrême gauche irréductibles qui ont voté Hollande en arguant le vote utile. Ca change quand même la donne de l’échiquier politique.

A l’échelle de la circonscription, on sait que Guy Delcourt est certain de gagner avec 35% selon les derniers éléments de sondage qui datent de décembre dernier. Le PCF et les Verts pourraient rafler 10%. Parce que dès que je sors de la ville, les gens ne me connaissent plus. J’en ai bien conscience. Mais en tant que politique, nous sommes des leaders d’opinions. C’est à nous de proposer des solutions, de se présenter pour défendre ses idées. Et pas forcément pour gagner.

Nos interviews législatives :

Hervé-Marie Morelle (UMP) : « Non, je ne suis pas kamikaze ! »

Audrey Linkenheld (PS) : « Je ne suis pas une socialiste de bureau ! »

Annie Lemahieu (FN, ex-FO), « le FN est plus social que le parti socialiste »

J.-F. Caron (EELV), « proposer un nouveau monde, durable et désirable »

Cet article vous a plu ? Découvrez le meilleur de DailyNord, inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire (envoyée le vendredi matin) ou suivez-nous sur Facebook et Twitter. Et partagez l’info !

Un peu plus de DailyNord ?

2 Commentaires

  1. Mr Caron est assurément l’un des rares élus respectables du Bassin minier. Mais lorsqu’il taxe Mélenchon d’adepte de la dénonciation, il ferait mieux d’en prendre de la graine sans OGM. Est-ce parce que, en bon maire qu’il est, son statut d’élu de plein droit à la communauté d’agglomération de Lens-Liévin (toujours présidée à cette heure par … Jean-Pierre Kucheida) l’amène à approuver les dénis de démocratie de ses pairs?
    Pour l’avoir évoqué dans des coms précédents, je reprends le cas de la déviation prévue entre Vimy et le stade couvert régional de Liévin. Une inutilité structurelle absolue, une catastrophe écologique qui va tout simplement éventrer le terril de Pinchonvalles, dernier biotop du Bassin minier. Un comble lorsque l’on sait que M. Caron est, rappelons le, initiateur et président de la chaîne des terrils! Tout y est passé concernant ce que l’on surnomme “la route de Kucheida”: pressions, menaces, sur les contestataires (nombreux) et les associations naturalistes ayant pointé cette gabégie dédiée à la reine bagnole, aux entreprises de BTP pourvoyeuses de fonds du PS local en particulier et départemental en général. Le plus drôle est que la préfecture a pris acte d’une pétition favorable à ce projet signée… par des employés de la mairie de Liévin! On ne vous a pas entendu sur ce dossier M. Caron et c’est bien dommage. Même si il s’agit d’une circonscription voisine, cette période de campagne des législatives est pourtant la période idéale pour dé-non-cer les projets débiles, justement parce que les élections font table rase des compromis nécessaires au fonctionnement d’un groupement de collectivités. Votre silence assourdissant sur ce dossier, M. Caron, n’est vraiment à la hauteur de votre -bon,je le répète- travail d’élu de terrain car votre devoir était de le dénoncer haut et fort. Il faut dire qu’avec des fourbes (Cécile Duflot, Jean-Vincent Placé) à leur tête, les Verts ne sont pas près de trouver un crédit et de l’électorat auprès de la population. Certainement parce qu’ils ne disposent pas d’un Mélenchon. CQFD.
    Dommage, encore une fois, car votre action sur Loos-en-Gohelle est tout à fait remarquable.
    Un ancien électeur historique écolo qui s’est tourné vers Mélenchon (et Bové en 2007) lassé de la gentrification des Verts.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire