L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Une mutuelle pour frauder le métro

DailyUne | Petite histoire Par | 02 avril 2012

Depuis deux ans, la Mutuelle des Fraudeurs de Lille réunit les usagers du réseau de la métropole qui ne paient pas leurs tickets et sont abonnés… aux amendes. Le fonctionnement est celui d’une mutuelle classique : on s’acquitte d’une cotisation mensuelle de 5 à 10 € et l’on peut se faire rembourser les amendes. Derrière ce système de fraude organisée se cache une revendication, la gratuité dans les transports publics.

Capture d'écran, mutuelle des fraudeurs de Lille

« Fraudeurs avertis ou débutants, il y a une place pour chacun au sein de la mutuelle », annonce le tract. Et ils accueillent tout le monde, lors de leurs réunions mensuelles, rue des Tours à Lille. Toutefois ce soir-là, quand nous assistons à la réunion de janvier, ils ne sont qu’une dizaine dans la petite salle, qui sert également de lieu de rencontre à d’autres associations libertaires.

Depuis deux ans, les fraudeurs lillois s’organisent. Marchant dans les traces de leurs homologues parisiens, ils ont mis en place un fonctionnement similaire. Les membres payent de 5 à 10 euros par mois (en fonction de l’état des finances) et peuvent ensuite se permettre de prendre gratuitement les transports, car les amendes seront remboursées par la mutuelle. Et quand les caisses sont vides, ils organisent une soirée de soutien. Et « c’est légal ? », demande innocemment un nouveau venu. « Oui, répond une des responsables, ce qui est illégal c’est de ne pas payer l’amende. Nous, on aide simplement à les rembourser ». Ce qui n’est pas l’avis de Transpole : « D’une manière générale, au même titre que l’application qui visait à informer les voyageurs de l’endroit où se situent les agents de prévention et de contrôle sur le réseau, inciter à la fraude est illégal. », explique Julie Cornille, du service presse de l’entreprise. D’ailleurs, les fraudeurs lillois sont loin d’être des inconnus pour le service : « Cette “mutuelle” a déjà été prise en flagrant délit de distribution de tracts dans le métro et a été interpellée quant à cette infraction. »

Les transports communs gratuits

La réunion est réglée comme du papier à musique. Première étape, l’indispensable lecture de la charte. On y rappelle le principe et les objectifs de la mutuelle, ainsi que quelques conseils : « Il faut toujours avoir un ticket non-composté sur soi (un ZAP suffit) et prendre l’escalier plutôt que l’escalator. Demander aux personnes descendant l’escalier si il y a des contrôleurs réduit complètement le risque. » Imparable. Et avant de passer à l’étape du remboursement des amendes, on organise les différentes actions.

Car les fraudeurs de la mutuelle sont avant tout des militants, revendiquant la gratuité dans les transports en commun, qui devraient être des services publics. D’autant plus que selon eux, le prix du ticket sert avant tout… à payer le salaire des contrôleurs et des divers services de surveillance : « les client(e)s loin de seulement se payer un déplacement, voient une partie du prix de leur ticket s’envoler dans l’achat des distributeurs, des pointeuses, des caméras ainsi que dans les dividendes des actionnaires et le salaire de ceux qui contrôlent s’ils ont bien un ticket valide. ». Pour Transpole, il s’agit « d’arguments de propagande », qui sont « entièrement faux » : “Les recettes de Transpole servent à financer pour partie, la maintenance et les développements du réseau de transports en commun de Lille Métropole. Quant au système de vidéo-surveillance et au travail en étroite relation avec les forces de police, il s’agit bien de garantir la sécurité sur l’ensemble du réseau et non pas de réprimer ou pister quoi que ce soit en mode nominal. “

Mais où sont les contrôleurs ?

Pour faire valoir leurs convictions, les fraudeurs s’activent, l’un de leurs objectifs étant de « répandre l’idée des mutuelles » (exposition médiatique exclue, ils ne donneront jamais suite à nos relances, après la réunion où nous nous sommes rendus). Un film sur la mutuelle est en préparation. Des opérations de tractage sont organisées régulièrement. Dernière action en date, la création d’un forum, Zaptonticket. Lancé il y a quelques semaines, il ne rameutait pour le moment pas les foules. Le principe, indiquer où l’on a croisé les contrôleurs de Transpole, est intéressant mais désuet surtout à l’ère des applications smartphone, qui fonctionnent en temps réel. Et même dans ce cas, le progrès se heurte à un obstacle, et de taille. Dans le métro, ça ne capte toujours pas.

La Mutuelle des Fraudeurs de Lille 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus