L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Premiers pas à Denain (2/2) :« la ville n’est pas morte »

DailyUne | Réalités | Un quinquennat à Denain et Saint-Omer Par | 24 avril 2012

Deuxième partie de notre premier contact avec Denain dans le cadre d'”Un quinquennat à Denain et Saint-Omer”. Après Aurélie, née ici et qui rêvait d’ailleurs, DailyNord a fait quelques pas pour entrer dans un café du centre-ville. Le Café de l’Univers. Idéal (et un peu cliché, on l’avoue, mais il faut bien commencer par quelque chose) pour continuer à prendre la température de la cité en avril 2012.

 

En ce début de mois d’avril, le vent est glacé. Le ciel est gris. Vendredi, 15h30, la ville semble comme arrêtée. On vient de remonter l’avenue Villars, la principale artère commerçante de la ville. Seule la sonnerie du tramway vient perturber le calme. C’est l’heure de prendre un café. Au milieu de la rue, on aperçoit l’enseigne du café de l’Univers . On va pouvoir y poser carnets et appareil photo le temps de se réchauffer. Dans le bistrot, le patron termine de nettoyer le sol. Au bar, un client est posé devant un demi. Pas de musique, pas de brouhaha, rien. Le calme olympien.

Après nous avoir servi deux cafés, le patron s’attable. Pour enfin prendre le temps de manger. « Et oui, je viens seulement de terminer mes deux services ! ». Au Café de l’Univers, on accueille l’étranger avec sympathie. « La dernière fois, un ancien Denaisien est revenu ici. Son ami lyonnais ne connaissait pas la région. C’est lui-même qui nous a dit : « On n’a toujours une mauvaise image du Nord mais finalement, il y a de belles choses ».

La zone franche lui est passée sous le nez

Jérôme, le patron du Café de l'Univers

On explique notre projet. Et plus on regarde à travers les grandes fenêtres, plus ce tramway traversant la ville nous impressionne. « C’est une bonne et une mauvaise chose. Avant, l’avenue principale c’étaient deux allées pourries avec des panneaux déglingués. Grâce aux travaux, la rue est maintenant complètement rénovée. Mais il reste encore les façades de certains magasins. Et ça, faut que chacun y mette du sien », explique Jérôme, installé depuis maintenant 12 ans avec son épouse. De sa vitrine, il voit le tramway passer juste devant lui. Il voit aussi la zone franche lui passer sous le nez. « Ils en ont profité pour créer une zone franche afin d’encourager les entreprises à s’installer. C’est bien mais moi, je ne fais pas partie du périmètre. Et ça se joue à seulement quelques mètres.»

Qu’importe. Avec sa carte de plats du jour faits maison pas chers et sa clientèle d’habitués, le commerçant travaille.  Il estime même que la ville offre encore du potentiel. « On peut encore travailler. Mais il faut proposer une offre différente. Regardez l’enseigne Kiabi : elle va plus miser sur des articles super discount. C’est pas à Denain qu’on a une clientèle pour de la super qualité. » Chantal et Roland viennent d’entrer au café. Ici, chacun a ses petites habitudes. Après avoir servi deux bières, place à la belote.

Fantôme d’Usinor

Partie de belote avec Martine et Paul.

L’installation du Carrefour en plein cœur de ville, une particularité denaisienne, continue de nous intriguer. On pose la question. « Avant, avec Usinor, c’est sûr que la ville n’avait pas besoin de centre commercial. Sans Carrefour aujourd’hui, (NDLR : premier employeur de la ville), Denain serait déserte » Roland propose une partie de 421. Allez, la rédactrice se lance même si ça fait un bail qu’elle n’a plus tâté du dé. Distribution de fiches. 431 en deux. As-6 à battre. 421,  gagné.  Entre temps, le bar s’est peu à peu rempli. Certains boivent une bière au comptoir. D’autres s’attablent pour déguster un petit rosé. Une ambiance légère s’installe petit à petit. Mais on sent bien que l’équipe de DailyNord ne fait pas partie du décor habituel.

On aurait pu parler de choses et d’autres mais la conversation revient sur Usinor. Le mot est sur toutes les lèvres. L’usine sidérurgique, ses hauts fourneaux et ses milliers salariés, c’était le cœur de la ville. C’était une fierté nationale, la première usine de France pour les produits plats. C’était aussi des logements, des centres sociaux, des centres aérés pour les enfants. En décembre 1978, on annonce la suppression de 7000 emplois. Les luttes et les grèves n’y feront rien. Lorsque l’usine ferme l’année suivante, les sous-traitants ont bien du mal à donner du travail à leurs 20 000 salariés. « La ville a commencé à décliner à la fermeture d’Usinor, résume Jérôme. C’est ainsi qu’on est passé de ville la plus riche de France à la plus pauvre. »

DailyNord retournera à Denain d’ici quelques jours ou quelques semaines, c’est selon, dans le cadre du projet “Un quinquennat à Denain et Saint-Omer”. Retrouvez d’ores et déjà le premier volet de ces “Premiers pas à Denain” avec Aurélie, née ici, rêve d’ailleurs.

D’ici quelques jours, à découvrir sur DailyNord, la prise de contact avec l’autre ville du projet : Saint-Omer.

Vous habitez Denain ou Saint-Omer ? Vous souhaitez participer d’une manière ou d’une autre à ce projet ? Vous voulez témoigner ? Contactez-nous à info[@]dailynord.fr ou via les commentaires ci-dessous.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Bonsoir,

    Tout le monde parle d’USINOR, enfin surtout les politiques locaux qui s’accaparent le sujet, pour s’en servir à des fins politiciennes … mais leur discours est faux, sur http://www.denain2012.fr vous trouvez la vérité sur USINOR. C’est malheureux de jouer ainsi.

    Sinon très bon reportage, qui sort des traditionnels reportages (voix du nord par exemple) vous avez un regard incisif sur la chose, c’est très bien. Pour rappel, c’est vous qui avez débusqué Mastaing, vous savez le village qui “tisse sa toile” 🙂

    Merci,

  2. Bonjour
    Et merci pour vos compliments qui vont directement au coeur du photographe et du rédacteur… Nous ne manquerons de repasser très bientôt par Denain. Et de poursuivre nos investigations autour d’Usinor, bien évidemment.
    Encore merci.
    Bonne journée.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture