L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Elections 2012 : le feuilleton

Présidentielle 2012 Par | 12 avril 2012

12 avril : le Nord – Pas-de-Calais, terre d’accueil des candidats déclarés et potentiels à la Présidentielle

Avez-vous remarqué cet étrange climat ? Depuis quelques jours, on sent à lire les comptes-rendus de la presse locale (ou à recevoir les invitations pour les journalistes privilégiés) comme une poussée parisienne aux quatre coins de la région. Des gens peu habitués à oeuvrer sous nos latitudes mais qui, en ce début de printemps, estiment qu’il est temps d’aller faire un tour dans la grisaille…

Si, si, souvenez-vous, il y a deux vendredis : le 1er avril, François Hollande venait humer l’air de la mer du côté de Boulogne-sur-Mer, juste après sa déclaration de candidature à la primaire socialiste… Et bien, pour ceux qui ne suivent pas, ce n’est pas le seul. Dominique de Villepin, par exemple. Comme ça, par grandeur d’âme, il y a une semaine,  il a débarqué à Denain, ville paraît-il la plus pauvre de France. Mais ce n’était pas pour parler de ça, mais du monde de l’entreprise.  Et rencontrer le peuple français. Sans être candidat bien sûr. Presque venu au hasard finalement le bonhomme…

Un socialiste et un Gaulliste ne pouvaient pas occuper tout l’espace nordiste. Et donc, c’est Eva Joly, d’Europe Ecologie-Les Verts, qui s’y est collée pour rééquilibrer les débats ce lundi. L’objet de sa visite ? Soutenir les Camaïeu de Roubaix, dont les représentants syndicaux luttent pour obtenir une augmentation de salaires. L’occasion pour elle d’essayer d’augmenter sa popularité, avant un débat le soir à Sciences-Po Lille, mais surtout la déclaration probable de candidature du natif de Lille, Nicolas Hulot, ces prochaines heures… En tout cas, quelque chose nous dit que l’on n’a pas fini de voir des candidats dans la région.

10 avril : Bocquet n’en sera donc pas

On vous en parlait il y a un peu plus d’un an. Parmi les Présidentiables nordistes, il y avait un Ch’ti pur jus. Qui ? Alain Bocquet, le député-maire de Saint-Amand-les-Eaux, bien sûr. Un communiste qui avait déclaré : « Si on me fait confiance et qu’on estime que mon expérience peut apporter au combat commun, je suis prêt. » Injustice de la vie politique, on n’entend plus beaucoup parler de celui qui roule à Dieu et Marx. La faute à Melenchon qui se retrouve presque adoubé par la direction du PCF… En attendant les militants…

9 avril : départ de Borloo de l’UMP, Daubresse toujours entre deux eaux…

On le dit tout de suite : on n’en veut pas particulièrement à Marc-Philippe Daubresse du côté de DailyNord, mais son yo-yo prête toujours à sourire… On attendait donc avec impatience sa réaction suite à l’annonce de son grand ami fidèle Jean-Louis Borloo. Comme on pouvait s’y attendre, à la différence de Rama Yade, le député-maire de Lambersart ne quitte pas le navire UMP. C’est toujours mieux d’être numéro 2, quitte à s’appeler Ploc. Avant d’annoncer dans son communiqué, relayé par le site de l’UMP que  « l’heure de vérité se situera au moment de l’annonce des candidatures présidentielles (…). On a bien compris que Jean-Louis Borloo n’a pas pris hier la décision d’être candidat et que son choix définitif pèsera lourd car, pour gagner l’élection présidentielle, la droite et le centre devront être unis et rassemblés. » Sale année pour notre ténor nordiste qui feint donc encore d’ignorer ce qui va arriver : car il va bien falloir faire un choix à un moment donné. Et il y aura un ami mécontent. Dieu, que c’est difficile d’être fidèle !

8 avril : Jean-Louis Borloo y va tout droit

Les cantonales sont terminées, on peut donc parler de l’élection présidentielle à venir sans aucune gêne (tout le monde se moque des sénatoriales). Et hier, le citoyen intéressé par la politique avait les yeux rivés sur notre Jean-Louis Borloo à nous. Pour savoir ce qu’il avait à déclarer.

Notre désormais député valenciennois (il ne l’était plus quand il était ministre, on le rappelle) se savait très attendu le jour de son soixantième anniversaire. Donc, il n’a pas attendu bien longtemps avant d’annoncer sa prise de distance avec l’UMP. « Le Parti radical va proposer, a proposé d’organiser l’aile sociale, l’aile humaniste de la majorité », a-t-il notamment expliqué. Surprise, surprise et traduction tout au long de l’émission : une nouvelle branche se crée au centre et va présenter un candidat à la Présidentielle. Notre Jean-Louis à nous qui en a profité entre deux pour rappeler sa méthode valenciennoise et sa « rédemption » en politique après avoir eu beaucoup de chance dans la vie ? Il ne l’a bien sûr pas confirmé, mais il est prêt et c’est a priori le mieux placé dans la course…

Reste que s’il a une cote de sympathie plutôt très élevée, il lui faudra réussir à effacer quelques petits fardeaux : sa présence dans un gouvernement Sarkozy pendant 3 ans et demi (on peut rajouter aussi les années Chirac). Et le fumeux gaz de schiste aussi sur lequel il a été (très brièvement) interrogé : « J’assume. J’ai manqué de vigilance » a-t-il déclaré appelant à refuser l’exploitation du gaz de schiste. Faute avouée, faute à demi-pardonnée ? Un manque de vigilance que ses futurs adversaires ne devraient pas tarder à lui rappeler. Et nous, on attend de connaître le positionnement de certains hommes politiques nordistes qui vont devoir prouver leur fidélité (suivez notre regard)…

4 avril : Martine aime le rap… la suite et annonce – presque – sa candidature

Martine Aubry aime le rap, on l’a appris ce week-end. Sauf que voilà, dans le monde des médias, on veut connaître plus précisément ses goûts. Difficile, difficile. Alors, face caméras, elle cite Akhenaton, Iam, Abd Al Malik… et bien sûr Kool Shen. Et quand un facétieux journaliste du Petit Journal lui demande quel est son titre préféré de ce dernier, c’est encore plus difficile. On lui souffle donc : « Laisse pas traîner ton fils ». Que la première secrétaire du PS (certainement inspirée par le Zadig et Voltaire de Frédéric Lefebvre ce week-end) traduit par « Laisse pas crier ton fils ». Dommage. Sinon, pour le projet, c’est donc en cours et ce mardi nous aura permis d’apprendre que Martine Aubry compte être candidate. A une question d’une journaliste, elle a répondu : « Je vous le dirai quand je serai candidate ». On avance, on avance…

3 avril : Aubry cite Kool Shen

Plus que quelques jours avant de découvrir le projet du Parti Socialiste pour la Présidentielle, porté par Martine Aubry. En attendant, après s’être posée en bonne gestionnaire avec la baisse de facture du Grand Stade (voir notre Lu, vu, entendu) la première secrétaire du Parti Socialiste et maire de Lille, s’adressait à la jeunesse ce samedi. L’occasion de rajeunir un peu le discours : car si Titine de fer a cité Rimbaud, Socrate et Camus (plus de toute première jeunesse, on vous l’avoue), son discours a fait aussi référence au rappeur Kool Shen, ex-NTM : « Ces vies qui te rappellent que chaque jour c’est les play offs » (voir l’AFP). Beau comme du Rimbaud.

2 avril : Hollande à la pêche aux voix

Il va falloir s’y habituer. Les candidats à la candidature et les candidats tout court vont débarquer dans notre région en nombre ces prochains mois. Ben oui, c’est l’élection Présidentielle. On se souviendra donc de la visite de François Hollande à Boulogne-sur-Mer. Un 1er avril, ça ne s’invente pas. Candidat déclaré depuis 24h seulement, l’ex premier secrétaire du PS n’a donc pas perdu de temps. A 6h45, il était déjà sur le pont pour rencontrer les pêcheurs, écouter leurs revendications, visiter des entreprises de transformations du poisson, rencontrer des militants… Bref, le programme classique d’un Présidentiable en campagne. On attend le prochain.

29 mars : les cinquante qui font Martine

Elle a de nouveau répété qu’elle n’irait pas si DSK y allait. En attendant, Martine Aubry peut compter sur un soutien de poids : celui de 50 députés PS (sur les 230 de gauche et divers gauche) qui viennent de signer un texte à paraître, pouvant s’apparenter comme un appel à candidatures de la maire de Lille. Plébiscitée, la patronne du PS, alors ? A voir. Ce qui est sûr, c’est qu’on a peu de chance d’y retrouver la signature de Ségolène Royal vu le nouveau tacle qu’elle s’est pris par notre « mante religieuse » (expression de Mélenchon) dimanche soir au soir des cantonales : « avec le même statu quo, en 2007, Ségolène aurait été élue. Elle a eu 47%, moi ce soir, j’ai eu 53% » (voir sur Europe 1).  Le haut niveau continue. Et la campagne est lancée…

25 mars : Martine Aubry se désolidarise d’un appel, Marine Le Pen explose l’audience, Jean-Louis Borloo bat la campagne…

Entre deux tours de cantonales sur l’Hexagone. Et toujours en fond, la campagne pour la Présidentielle 2012 cette semaine. Avec Martine Aubry d’abord, embarrassée par sa signature accolée à un appel au gouvernement pour renoncer au débat sur la laïcité. Il faut dire que le contesté Tariq Ramadan a signé aussi… Une semaine qui lui aura en tout cas permis de montrer son entente avec Les Verts. C’était au Mans, sur les terres du Premier Ministre François Fillon, ce mercredi où, face caméras, la maire de Lille, qui fête ses dix ans de mandat d’ailleurs (Dix ans d’Aubry à Lille : tout n’est pas si rose (1)), affichait sa plus grande complicité avec Cécile Duflot… On en reparlera. Pendant ce temps, mardi, Marine Le Pen avait les honneurs du Grand Journal sur Canal +. Carton d’audience pour l’émission de Michel Denisot qui a réuni 2,18 millions de téléspectateurs pour une part d’audience de 10,8 %. Et un « accrochage » sur les dérapages antisémites de Jean-Marie Le Pen, dont la présidente du Front National a décidément bien du mal à se dépêtrer. Et pendant ce temps-là, du côté du discret Jean-Louis Borloo ? Il pourrait quitter avec le Parti Radical l’UMP… Pour mieux se présenter à la Présidentielle ?

24 mars : Marc-Philippe Daubresse toujours fidèle à géométrie variable…

Jean-Louis Borloo et son Parti Radical pourraient quitter l’UMP. Forcément, ça nous intéresse. Notamment pour connaître le sentiment de Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart et surtout secrétaire général adjoint de l’UMP. Car Jean-Louis Borloo et son ami. Mais l’amitié, ça ne fait pas tout… En témoigne encore cette nouvelle « prise de position »  rapportée par le Journal du Dimanche : « Je suis fidèle en amitié et donc fidèle à Jean-Louis Borloo. Nous avons fait une confédération des centristes avec toutes les chapelles du centre. Pierre Méhaignerie et moi avons dit que nous participerions aux travaux mais que nous ne quitterons pas l’UMP ». On va nous dire qu’on lui en veut (relire : Marc-Philippe Daubresse, le fidèle opportuniste), mais il faut dire que « Ploc » ne nous aide pas…

20 mars : la semaine de Martine

Pendant que Nicolas Hulot, natif de Lille, préparerait sa candidature à la candidature du côté des écolos, Martine Aubry n’a pas arrêté ces derniers jours. La preuve : elle n’a même pas pu regarder le fabuleux documentaire dans lequel DSK défroisse son costume à grands renforts d’eau chaude. Enfin, c’est ce qu’elle dit. Il faut dire que sa semaine d’avant-cantonales a été quelque peu agitée. Il lui a déjà fallu rappeler à l’ordre sa secrétaire socialiste à l’Energie, Aurélie Filipetti, qui s’était exprimée sur « la vision dépassée » du PS sur l’embarrassant débat du risque nucléaire.  Mais ce qui l’intéressait plus, c’était a priori sa visite en Aveyron où elle espérait bien que la gauche allait enfin faire tomber la droite au Conseil général. On verra ce dimanche soir.  Et aussi la Libye, pays auquel « elle pense jour et nuit », déclarait-elle en milieu de semaine, avant l’intervention récente des forces armées… Mais la palme de ses déclarations est certainement celle qui apparaît dans l’interview donnée à La Voix du Nord pour son bilan des dix ans de mandat à Lille : « J’ai redonné la fierté de leur ville aux Lillois », a déclaré quelque peu prétentieuse la maire de Lille (voir également au 14 mars). Et en 2017, aura-t-elle réussi à redonner leur fierté aux Français ?

14 mars : si c’est pour un ministère, Martine Aubry préfère garder Lille…

« L’Elysée ou Matignon, sinon rien. On est prévenu… » Comme chez Pascal Cobert, Martine Aubry fait parler dans les chaumières depuis qu’elle a accordé une interview « exclusive » à La Voix du Nord a l’occasion des dix ans de son mandat lillois. Longue interview où elle dresse le bilan de ses années nordistes, en étant un peu présomptueuse : « J’ai redonné la fierté de leur ville aux Lillois« . Les Lillois d’avant Martine apprécieront… Et quant à ceux qui attendaient une éventuelle déclaration de candidature aux Primaires, ils en seront pour leurs frais. Question qui n’attendait pas de réponse de La Voix du Nord, c’est le moins que l’on puisse dire : « Nous ne vous poserons pas la question des primaires… » Réponse tout de même de la première édile de Lille, tout sourire sur la photo  :« Vous pouvez la poser, je ne vous répondrai pas ! ».  Avant de préciser qu’elle ne quitterait pas Lille pour prendre un ministère en 2012. Mais l’Elysée, ça c’est autre chose…

Lire également le billet de Marc Prevost sur le sujet : Martine Aubry se livre

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus