L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Hommage au plein emploi : 5 ans de Nicolas Sarkozy, 5 fermetures d’usines

DailyUne | Petite histoire Par | 12 avril 2012

« En cinq ans, nous pouvons atteindre le plein emploi, c’est-à-dire un chômage inférieur à 5 % » promettait Nicolas Sarkozy en 2007. On voit le résultat dans le Nord – Pas-de-Calais et son taux de chômage parmi les plus hauts de France, à plus de 12%… En cinq ans, la région n’a pas été épargnée par les plans et conflits sociaux. Et si Total ou  SeaFrance viennent spontanément à l’esprit, des entreprises de moindre envergure ont bu la tasse. Cinq ans de sarkozysme, cinq exemples de fermetures, une par année. Notre cadeau de fin de mandat.

Photo : Stéphane Dubromel.

2007 : Tereos au nom de l’Europe

89 salariés concernés. En novembre 2007, Nicolas Sarkozy est à peine sorti du Fouquet’s, que Teréos, groupe coopératif autour de la betterave, qui possède plusieurs sucreries, annonce la fermeture de trois d’entre elles : dans la Somme, dans l’Aisne et dans le Pas-de-Calais à Marconnelle. La raison invoquée : une obscure réforme du régime sucrier européen à laquelle on n’a pas tout compris (lire l’Usine Nouvelle de l’époque).

2008 : Igol, la mort en toute discrétion

A Carvin, Igol n’a jamais fait de bruit, mais faisait partie du paysage depuis les années 40. Toujours en toute discrétion, la société, spécialisée en lubrifiants automobiles, a licencié ses huit derniers salariés en 2008. La suite à un changement de direction l’année précédente. Evidemment, avec moins de dix employés, on ne fait pas de grabuge pour rameuter les médias et politiques. D’autant que l’entreprise ne comptait aucun syndicat (source : La Voix Eco).

2009 : Arthélyse, trop innovante

Cinq ans et puis s’en va. C’est l’histoire de l’usine de traitement de déchets Arthélyse, installée du côté d’Arras. Pourtant, la romance avait bien commencé : plus de 20 millions investis dans un projet innovant (traiter les déchets par thermolyse), 32 emplois créés. Mais voilà : faillite de l’exploitant initial et problèmes techniques conduisent en 2008 à un déficit d’exploitation de 2 millions d’euros. En 2009, pour les douze salariés restants, c’était la porte. L’innovation attendra encore un peu (source : L’Usine Nouvelle).

2010 : Isocab, victime d’une politique de groupe

Isocab ? Une filiale du groupe allemand Thyssengrupp. Et deux usines dans le Dunkerquois, à Petite-Synthe et Grande-Synthe. Enfin, jusqu’en 2010. Aujourd’hui, il ne reste que la première. La seconde, qui fabriquait des panneaux sandwiches pour les bâtiments industriels, a fermé ses portes, son activité déménageant à Petite-Synthe. Trente-trois emplois étaient menacés, une quinzaine de salariés a finalement fini sur le carreau. Un petit symbole la désindustrialisation de la France dans une aire urbaine où on continue de miser sur les usines (source : Le Phare Dunkerquois)…

2011 : briqueterie de Cauchy-à-la-Tour, la fin de l’esprit de famille

Un marché de la construction en fort ralentissement, l’optimisation de la production, d’autres outils pour la construction…   Le groupe Wienerberger, leader mondial de la brique en terre cuite, a annoncé l’an dernier l’arrêt de la production à Cauchy-à-la-Tour. Vingt-cinq personnes étant concernées par des licenciements ou des offres de reclassement dans les autres usines nordistes. La fin de l’errance de main en main pour la briqueterie : quatre propriétaires en à peine 20 ans (de 1985 à 2002). Alors qu’elle était dans le giron de la famille Quiénot, sa créatrice depuis les années 1920 (source : La Voix du Nord).

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES LÉGISLATIVES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus