L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Meetings : silence radio sur les coûts

DailyUne | Réflexions Par | 27 mars 2012

Depuis le mois de janvier, la saison des meetings a commencé. François Bayrou est passé par Dunkerque, Eva Joly a fait une incursion à Roubaix, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen ont mobilisé leurs forces à Lille. Ce mardi, c’est au tour de Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), en attendant Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), demain. Sécurité, pouvoir d’achat, emploi, bilan de Sarkozy seront bien évidemment au programme. Pas comme le coût des grand-messes en région, un sujet qui reste tabou.

Réserver une salle, affréter des bus pour les militants, louer la sono, faire venir un groupe… les meetings des candidats, dont l’ambiance est de plus en plus américaine (voir la chanson de campagne de Nicolas Sarkozy), ont un coût et souvent élevé. La question est de savoir lequel.

Les salles municipales mises à disposition des candidats

Commençons par exemple par Éva Joly, qui avait tenu meeting salle Watremez, une salle municipale de Roubaix (retrouvez le reportage de DailyNord). Au service animation de la ville, on nous répond qu’ils « sont tenus de mettre à disposition la salle à tous les partis qui en font la demande “. Mais la mairie de Roubaix ne s’occupe que de prêter la salle et de mettre ensuite en relation équipe de campagne, régisseur, techniciens. “Une salle prêtée gratuitement“, nous précise-t-on. Ce que confirme Paola Stecca, du service communication du cabinet du maire : « la Ville de Roubaix a établi une liste de salles municipales , de capacités différentes, susceptibles d’être prêtées aux mouvements politiques , dans le respect de la vie démocratique. »Mais si les Verts n’ont pas besoin de payer la salle, un meeting ne se fait pas tout seul. Un petit coup de fil au QG des Verts de Roubaix… où on nous répond de nous adresser directement à l’équipe de campagne : « La campagne est gérée au niveau national. C’est le comité de campagne qui a choisi la salle Watremez. Nous on ne s’occupe de que de mobiliser les militants, distribuer des tracts pour que les gens viennent ». Ok. Sauf que malgré nos demandes suivantes, nous n’aurons pas plus de précisions, à part en ouvrant Libération un samedi matin. D’après le quotidien, le meeting d’Eva Joly n’aurait coûté “que” 55 000 euros.

Informations confidentielles chez les privés

Une peccadille par rapport aux mastodontes de la campagne, type Sarkozy ou Hollande. Du côté des candidats probables au second tour, on fait d’ailleurs plutôt appel au privé. Type Grand Palais ou Zénith à Lille.  Là encore, difficile d’avoir des chiffres précis. Mikaïl Henriot, directeur de la communication au Grand Palais : « en général, pour les meetings, les candidats ne veulent que la salle. On loue donc l’espace et chaque candidat a son propre service de sécurité par exemple. Ils paient la location comme n’importe quel client. » D’ailleurs, un politique est un client comme un autre, de droite ou de gauche, d’extrême-droite ou d’extrême-gauche. « Nous n’avons pas de logique partisane ». Exception cependant pour cette catégorie de clientèle : elle commence cependant à remplir son dossier très longtemps à l’avance, même si la date se décide au dernier moment, au rythme de la campagne et des sondages. Revenons-en cependant à nos moutons : et le prix ? « Ce sont des informations confidentielles. Pas parce que ce sont des politiques, c’est valable pour tous nos clients ». On saura juste que pour un séminaire d’une centaine de personnes, Grand Palais facture 50 euros par tête pour une journée. Et c’est encore Libération – qui a décidément eu la bonne idée de voler à notre secours pendant le déroulement de l’enquête – qui nous livrera le coût d’un deuxième meeting à Lille, celui du FN : 300 000 euros, parce qu’il était couplé avec une convention présidentielle, un meeting classique du Front National coûtant entre 100 et 150 000 euros.

Silence radio du côté des comités de campagne

Et pour les autres partis ? Nous avons bien entendu contacté les comités de campagne respectifs. « Envoyez un mail avec vos questions, on verra ce qu’on peut faire », nous dit-on par ici. « Merci de l’intérêt que vous portez à la campagne de François Bayrou, vos questions ont été transmises », nous répond-on par là. Et blablabla. Tout cela évidemment sans suite quand d’autres ne daigneront même pas répondre. Malgré plusieurs relances, les comités de campagne décident de faire les morts, tous partis confondus. Décidément, dès qu’on parle argent et politique du côté de DailyNord (Frais de nos députés : seule une élue a joué le jeu), il est délicat d’obtenir des réponses. Sinon, qui prône la transparence ?

Crédit photo Une : Stéphane Dubromel.

Partenariat INA/DailyNord : 45 ans de meetings nordistes

Retour en images sur le meeting de Nicolas Sarkozy

Retour en images sur le meeting d’Eva Joly

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture