L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Meeting du Front de Gauche: parmi les passagers du Mélenchon’s tour

DailyUne | Réalités Par | 29 mars 2012

Dans le jargon journalistique, on emploie le terme d’ «embedded ». Embarquement donc dans l’un des cent bus affrétés pour le meeting du Front de Gauche à Lille en partance de Grenay, l’un des fiefs du PCF dans le Bassin minier où l’autre Front réalise de gros scores aux présidentielles depuis 2002. C’est le lot de nombre de cités historiquement communistes dans le secteur. Lors de la consultation interne, la Fédération du Pas-de-Calais n’était pas franchement enthousiaste pour porter Jean-Luc Mélenchon à la tête du mouvement. La soirée de mardi a dû lui faire revoir sa copie. Et on essaiera d’oublier le départ prématuré d’une manifestation qui sans nul doute fera date.

Rendez-vous était donc donné devant l’Hôtel de ville.Un homme l’air un peu hagard, pour ne pas dire autre chose, s’approche pour s’enquérir du motif de cet attroupement. On lui répond qu’il s’agit d’un bus en partance pour le meeting de Jean-Luc Mélenchon. « Qui ? » « Mélenchon, le candidat à l’élection présidentielle ! » « Connais pas, moi j’suis sdf, ça fait des jours que je cherche un logement ». Ambiance… Reflet d’une France d’en bas, si profondément bas, l’exclusion en chair et en os. Mais le bus arrive, en route pour le Grand-Palais lillois, il est 17h45, ce sera juste au niveau du timing. La délégation de 34 personnes compte bien plus de tempes grises que de barbes naissantes, ce qui ne reflètera nullement le public présent à Lille.

Sous un soleil de mai avant l’heure, le car sort des frontières de Grenay, une ville de 6 000 habitants typique du bassin minier mais portant son lot de particularismes, au niveau des élections en tout cas. L’administration de cette commune par le PCF est quasi séculaire mais cette terre rouge au niveau local où le non au Traité de constitution européenne a cartonné en 2005 propose de sérieux contrastes lorsque les présidentielles se profilent. En 2002, Jean-Marie Le Pen arrive en tête au premier tour (21,3%) devant Robert Hue (20,9%) et Lionel Jospin (18,1%). Le leader du FN réalisera le même score en 2007 mais derrière Ségolène Royal (23,56%), Marie-George Buffet (14,89%) a semble-t-il payé le « vote utile » de l’époque. Et si la candidate socialiste a certes fait le plein au second tour (65,32%) il n’empêche que le Parti communiste français a connu une chute vertigineuse (1,93% au niveau national). Jean-Luc Mélenchon, du moins selon les sondages du moment, semble en mesure de redonner l’épaisseur que le PCF a perdu depuis de nombreux rendez-vous électoraux. Alors, dans un mois, Marine Le Pen fera-t-elle aussi bien dans la cité artésienne que son géniteur depuis 2000 ? Positive ou négative, la réponse sera un signal fort, du moins révélateur.

« Marchais à Lens, c’était moins loin ! »

Les terrils voisins du 11/19 de Loos-en-Gohelle, en lice pour un classement à l’Unesco, sont bien loin maintenant. Sur le bitume de l’A1, une Clio double, par la vitre, un bras fait flotter frénétiquement un chiffon rouge, on devine sa destination. Le chiffon rouge justement, ses paroles sont distribuées avec celles de L’Internationale, une répétition collective s’impose afin d’être dans le ton en clôture du meeting. Grand moment d’humilité. À l’instar de La Marseillaise, on ne connaît guère que les refrains de ces chants de lutte (combien peuvent prétendre le contraire?). Et pourtant, le programme du Front de Gauche est bien là, dans ces couplets : « L’État comprime et la loi triche ; L’impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s’impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux ; C’est assez languir en tutelle ; L’Égalité veut d’autres lois ; ”Pas de droits sans devoirs” dit-elle ; Égaux pas de devoirs sans droits… Hideux dans leur apothéose ; Les rois de la mine et du rail ; Ont-ils jamais fait autre chose ; Que dévaliser le travail ?; Dans les coffre-forts de la banque ; Ce qu’il a créé s’est fondu ; Et décrétant qu’on le lui rende ; la peuple ne veut que son dû » (L’Internationale). Tout un programme on vous dit.

Sortie Lille-centre, le bus avance au pas, ça bouchonne dur mais c’est le prix de l’affluence attendue. Un esprit taquin lance à la cantonade : « Georges Marchais, on l’avait vu à Lens, c’était moins loin ! »

Le spectre d’autocar ou tintin pour la fin du meeting !

18h55, descente du bus au pied du Grand-Palais. Il ne faut pas être grand clerc pour se dire que la centaine de bénévoles mobilisés pour assurer la sécurité paraît bien faible au vu de la marée humaine convergeant sur le site. C’est une foule incroyable, calme et bigarrée que seul le talent de Margerin pourrait croquer. Rendez-vous est fixé à 21h pour reprendre l’autocar. Nous avons la chance de pénétrer dans l’enceinte, ce qui sera loin d’être le cas de tout le monde…

Dans la salle, l’atmosphère n’est absolument pas électrique, attentes et espoirs sont intériorisés. Il semble que pour une majorité, on est venu entendre des mots porteurs d’avenir plutôt que des promesses sans lendemains. Reste aux intervenants à convaincre. Martine Billard (députée de Paris) ouvre le bal avant de laisser place à Pierre Laurent qui sera présent le 17 avril à Hénin-Beaumont… le jour du meeting de François Hollande à Lille. Un nouveau caillou dans la chaussure du candidat PS qui devra faire oublier les plus de 20 000 personnes présentes ce soir. À l’annonce de ce chiffre, un plan de coupe furtif sur les écrans géants montre un Mélenchon abasourdi par ce qu’il qualifiera d’une « rivière sortie de son lit ». « Nous ne sommes pas la voiture-balai du PS, nous devenons la locomotive de la gauche » lancera le secrétaire du PCF avant de laisser la place à la vedette de la soirée. Quelque soit l’estime que l’on porte au personnage, Jean-Luc Mélenchon est un orateur hors norme. Pas de bagoût de bas étage mais du vocabulaire ciselé, aux antipodes de la syntaxe improbable ou des platitudes forgeant les discours de ses rivaux.

Bon, c’est bien beau tout cela mais rançon du succès, le meeting a pris un tel retard que Jean-Luc Mélenchon prend la parole à 20h40 et dans vingt minutes, il faut rejoindre le bus. Ce qu’il faudra bien se résoudre à faire en ravalant sa frustration. Dehors, on se regroupe, les bruits des diesels étouffent la sono, on entendra rien sur les retraites, le smic à 1700 euros… Le comble est que le bus s’est échoué tout au bout du boulevard Eisenhower qu’il faudra rallier… pédibus, pour finalement grimper dedans à 22h ! Au loin, on entend L’Internationale, la répétition aura été vaine. 23h, retour à Grenay, les passagers se dispersent dans la nuit. Dans quatre semaines, autant dire demain, on saura si ce nouveau Front a conquis les bulletins grenaysiens. Mais nous nous garderons bien, comme l’a si bien dit « Méluche » de participer au « PMU politique » ambiant.

Crédit photo de Une : Stéphane Dubromel

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Le petit “bobobo” (bourgeois bobo bolchevique) n’est qu’un petit Lénine en peau de lapin, dissimulant difficilement ses rictus haineux vis à vis des Français de souche et de leurs défenseurs ! La France est le dernier pays d’Europe où prospère encore la bête immonde bolchevique ! Quelle honte !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus