L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

A 25 bloquée par la neige : la galère vue de l’intérieur

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 04 février 2012

Ciel, il neige ! Et il a bien neigé ce vendredi après-midi sur la région. Au point que la métropole lilloise s’est retrouvée paralysée avec près de 80 kms de bouchons. On a hésité à vous interroger Thèrèse, furax après avoir passé plus de 9h à faire 50 kms (entendu sur France Info), mais on s’est dit qu’on avait mieux : un journaliste de DailyNord dans la galère. Récit – évidemment décalé… et parfois un peu romancé – d’un automobiliste bloqué comme les autres.

17h50 : Le Journaliste sort de rendez-vous dans le centre de Lille, non loin de l’Opéra. La neige a recouvert la ville, c’est déjà le bordel pour circuler, mais n’écoutant que son instinct, Le Journaliste se dit que ça va passer. Alors, au lieu d’appeler sagement un pote bouche-trou pour un dîner en tête à tête, il se dit qu’il va rentrer chez lui. A Bailleul. A 34,2 kilomètres de là selon Google Maps.

18h15 : Le Journaliste pénètre enfin sur la voie rapide après avoir déjà bien galéré sur le boulevard Carnot. La soirée s’annonce délicieuse.

20h40 : pour Thalassa, c’est mort

18h20 : Le Journaliste, comprenant qu’il en a pour un bout de temps, appelle l’un de ses collègues pour faire le point sur la semaine écoulée et la suivante. Autant profiter de son temps libre pour bosser.

19h : Quarante minutes plus tard, Le Journaliste raccroche. Il a avancé d’une centaine de mètres. Au-dessus de lui, un panneau lui indique que le  CHR n’est qu’à une demi-heure de route.

19h20 : Comme ses compagnons automobilistes, Le Journaliste se lance à l’assaut d’une pente bien glissante. Opération réussie (l’art de la conduite, que voulez-vous) pendant que quelques personnes sont en train de pousser une voiture qui a bien du mal à s’extirper des sommets lillois.

19h48 : Le Journaliste, de nouveau bloqué, avant de pénétrer sur le périphérique sud, passe un coup de fil à la famille. Faut bien occuper le temps. La Chapelle d’Armentières est annoncée à 60 minutes sur les panneaux de signalisation. Et le CHR n’est pas encore dépassé.

20h40 : La Chapelle-d’Armentières est toujours à une heure, Le Journaliste n’a bougé que de quelques mètres. Il a compris : ce soir, il va rater Thalassa.

20h50 : Sur la voie de gauche, ça patine sec. Le Journaliste préfère rester au milieu et prendre des photos. Mais sans ouvrir sa vitre, parce qu’il fait froid. Dans les voitures, les visages sont scotchés sur les smartphones. Pour les petits malins qui ont pensé à prendre un chargeur.

21h05 : ça avance au pas, ça bloque, ça avance au pas, ça bloque… Pas d’énervement autour, déjà une bonne chose. De temps en temps, Le Journaliste, comme ses compagnons, s’écarte pour laisser passer dépanneuse, pompiers, secours, police. Un petit malin se glisse derrière une ambulance. Le Journaliste a noté l’immatriculation et l’a déjà envoyée à Claude Guéant (faut se faire bien voir dans la vie).

21h30 : on fait un reportage … ou pas ?

21h15 : A droite du Journaliste, une conductrice sort de sa voiture, ouvre son coffre et en extirpe un sac de courses. Retour dans l’habitacle et préparation de repas improvisé. Le Journaliste est jaloux. Il n’a pas à bouffer, et, en plus, il n’a pas d’eau.

21h30 : Après avoir consulté tous ses mails – voire même répondu aux messages (miracle des tablettes et smartphones) -, Le Journaliste se dit qu’il serait peut-être bien de sortir faire un reportage tant qu’il est bloqué. Et puis, non, le reportage “machine-est-bloquée-dans-la-neige-toute-la-nuit” ne l’inspire vraiment pas. Du coup, il règle son GPS.

22h : Fatigué et défaitiste, Le Journaliste regarde sur l’application Iphone d’un confrère célèbre pour la quinzième fois. Histoire de voir ce qui peut bien bloquer comme ça (il vient à peine de dépasser la sortie CHR indiquée à une demie-heure à peu près trois heures plus tôt). Le papier de 18h36 est toujours en bonne place. “Les automobilistes roulent au pas sur l’ensemble des axes (…) A Lille, le centre-ville est complètement saturé.» Et ? Et c’est à peu près tout. Heureusement, l’info se trouve sur le papier suivant : on voit des gamins lancer une boule de neige. Tout l’intérêt d’avoir une appli Iphone.

22h15 : Le Journaliste ne sait plus quoi écouter. The National pour la énième fois de la soirée ? La radio ? Le Journaliste est déprimé et, du coup, il arrête son moteur quelques instants. A deux files de là, une voiture s’arrête, le conducteur ouvre son capot. Ça sent la panne.

22h30 : Twitter et Facebook, nous voilà !

22h30 : Le Journaliste commence sérieusement à s’ennuyer. Sur Facebook, il voit que les usagers commencent à raconter leurs galères. Il décide alors de partager son dépit, histoire que ses nombreux amis compatissent. Réponse d’un de ses collègues via SMS : “t’avais qu’à faire du journalisme de bureau». C’est bien vrai.

22h45 : Le Journaliste, qui s’emmerde toujours autant, va faire un tour sur Twitter. L’occasion d’apprendre qu’il n’est pas le seul dans la galère : Rio Mavuba, le milieu du LOSC, est aussi dans la panade.«3h que j’ai quitté Luchin et je ne suis même pas à Lille-Europe». Ça fait du bien de savoir que l’argent ne fait pas la déneigeuse.

22h55 : Sur Twitter toujours – c’est fascinant Twitter -, un confrère du Journaliste annonce qu’il cherche des témoignages. Moi, moi, moi. Et puis, non : on ne va pas témoigner chez la concurrence quand même.

23h05 : A gauche de la voiture du Journaliste, une mère de famille donne le biberon à son bébé. C’est beau. Le Journaliste en a presque la larme à l’oeil.

0h20 : Cruel, Le Journaliste se marre

23h15 : A gauche toujours, regard complice avec une autre conductrice. Le Journaliste manque presque de tomber amoureux…. sauf que son téléphone sonne : sa femme qui lui demande à quelle heure il compte rentrer. Le temps que Le Journaliste s’explique et se fasse plaindre un peu, la conductrice au regard complice a disparu.

23h30 : Le Journaliste n’a toujours pas dépassé Englos. A sa droite, désormais, des camions à l’arrêt. Sur sa file, des voitures à l’arrêt. Le Journaliste sort fumer une cigarette, manque de s’étaler par terre, se rattrape avec dignité et parle un peu au conducteur de derrière. De quoi ? De bouchons et de neige bien sûr, de quoi voulez-vous parler ? Connaît-il la raison de ce bordel ? Non plus.

23h50 : Le Journaliste se pose une question existentielle : à quel moment devient-on naufragé de la route ? Il se promet de regarder s’il sera présenté ainsi le lendemain.

0h20 : Le Journaliste se dit qu’il va vraiment falloir soulager une envie pressante sur le bas-côté. Mais miracle, plus de camion à droite, l’autoroute est quasiment vide devant. Un policier laisse passer quelques voitures, a priori envoyées au compte-goutte sur l’A 25.  A 40-50 kms/h, La Chapelle d’Armentières est enfin dépassée… pendant que dans l’autre sens, ça continue de bouchonner. Le Journaliste, cruel, se marre.

1h : Le Journaliste arrive chez lui, après avoir négocié un dernier rond-point assez vicieux. Sept heures de route pour 35 kilomètres, son record personnel est battu. Il se dit que le prochain jour de neige, il fera du Journalisme téléphonique. C’est bien plus sage.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Bah, il fallait avoir des pneus neige et passer à travers les champs….. MDR….

  2. Relater avec autant d’humour le trajet LILLE-BAILLEUL est bien digne de DAILY NORD. N’empêche qu’il a bien fallu relativiser coincé dans ce bouchon inhabituel. Mais n’oublions pas que la neige dans nos régions nous réserve toujours autant de mauvaises surprises surtout lorque l’on est obligé de se déplacer. Cet épisode mérite une fois de plus réflexion.
    La lecture de cet article a été très appréciée.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus