L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Les drives passent la sixième

DailyUne | Réflexions Par | 05 décembre 2011

Encore un nouveau pied de nez aux traditions : les courses à papa sont bel et bien terminées. Désormais le consommateur veut du vite, du facile, du connecté. En résumé, le consommateur veut du drive. La preuve dans la région où les courses sans sortir de la voiture se multiplient comme les petits pains. Résultat d’une idée lancée dans le Nord – Pas-de-Calais il y a maintenant sept ans.

12 mars 2004. Nord Eclair rapportait ces drôles de paroles : « On manque encore de clients. C’est un nouveau concept qui doit entrer dans les moeurs. Pérennisons déjà la vingtaine d’emplois. » L’auteur de la petite phrase ? Ludovic Duprez, ancien directeur des collections de Kiabi. Et l’un des deux fondateurs de l’enseigne Chronodrive dont le premier magasin était situé à Marcq-en-Baroeul.

Chronodrive : un succès de plus pour la galaxie Mulliez

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en sept ans, le concept a été plus que pérennisé. On compte une quarantaine de magasins dans tout le pays (et un millier de salariés). Dont une  dizaine dans le Nord – Pas-de-Calais (six dans la métropole, les quatre autres à Dunkerque, Calais, Loison-sous-Lens et d’ici le 15 décembre Valenciennes).  L’idée des deux entrepreneurs, dont l’un issu de la famille Mulliez, était donc la bonne. Même si on les traitait de fous au départ avec ce concept si bizarre en 2004 : « faire ses courses en ligne qui sont chargées ensuite en magasin dans le coffre de la voiture du client. »

Carrefour, Leclerc, Auchan, Cora, Intermarché, Système U : la mode des drives à toutes les sauces

Les fous ont même fait des adeptes. En réponse à ce lancement réussi, toutes les chaînes de grande distribution classique ont réfléchi au concept, avant de se lancer, la plupart timidement : Auchan en 2006, Leclerc en 2007, puis Super U, Intermarché, Carrefour, Cora… Avant une nette accélération ces deux-trois dernières années. Deux exemples régionaux pour comprendre. En Flandre intérieure (autour d’Hazebrouck), les consommateurs devaient se déplacer jusqu’à la métropole pour faire leurs courses en ligne. Le secteur se retrouve désormais avec quatre systèmes de drives entre Hazebrouck et Nieppe (deux Leclerc Drive, un Intermarché et un Super U). Deuxième exemple probant : le Cambrésis, qui ne comptait aucun drive, se retrouve avec trois possibilités de courses en ligne dans le coffre, qui ont ouvert à seulement quelques jours d’intervalle depuis cet automne (Cora, Leclerc, Auchan).

Une tendance que le directeur des deux Leclerc Drive de Nieppe et de Bailleul, Yann Gautier, trouve logique : “Il y a désormais une forte demande des consommateurs, c’est une évolution. Qui s’est généralisée avec la démocratisation de l’accès internet, ce qui n’était pas encore le cas aux débuts de Chronodrive en 2004.” Un Chronodrive avec lesquels ses drives sont d’ailleurs en directe concurrence, celui-ci se trouvant à Bois-Grenier un peu plus loin sur l’A 25. “Et il y a aussi Carrefour à Lomme, Auchan à Englos. Il y a du monde autour de l’A25. C’est normal, 50 000 véhicules passent chaque jour entre Bailleul et Lille, il y a des marchés à capter.” Pour ses deux Drive, l’un ouvert il y a quelques mois et le second mi-novembre, le directeur flamand se satisfait en tout cas des premiers chiffres de fréquentation : 400 clients par jour.

Chronodrive : “à nous de proposer une vraie différenciation sur le service clients”

Et du côté de Chronodrive, que pense-t-on de cette nouvelle concurrence ?  “Cela prouve que l’idée était bonne, s’exclame Loïc Berenguier, un directeur de la communication de l’enseigne pas encore l’air complètement tétanisé. Et même si on vivrait bien entendu mieux sans, cette concurrence nous stimule : à nous de proposer une vraie différenciation sur le service clients.” Et sur l’implantation qui fait la différence, insiste-t-il également : “Les drives des hyper sont souvent accolés au magasin, dans une zone commerciale. Nous, nous sommes placés à des endroits stratégiques, plus faciles d’accès, dans une logique de passage.” Preuve de la politique de ambitieuse l’enseigne en tout cas : une nouvelle ouverture à Valenciennes ces jours-ci, après Toulouse jeudi dernier. Car à l’heure de l’explosion des courses en ligne dans le coffre, plébiscitées par les amateurs de gain de temps et de maîtrise du budget, la région n’est évidemment pas la seule concernée.  A en croire Google Actu, toute la France est désormais touchée par ce phénomène des drives parti un beau jour de 2004 du Nord – Pas-de-Calais. Reste à savoir s’il y aura de la place pour tout le monde.

Crédit photo de Une : Chronodrive

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus