L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Groupes d’amitiés de nos députés nordistes : silence, on voyage ?

DailyUne | Réflexions Par | 19 octobre 2011

Il n’y a pas que l’élection présidentielle dans la vie. Il y a aussi les Législatives au mois de juin. Autant dire qu’en coulisses, les grandes manoeuvres commencent pour les postes convoités de députés. A travers des enquêtes, des portraits, des bilans, DailyNord passera donc ces prochains mois en mode Législatives. On commence avec un rôle méconnu dans la besace du député : celui de membre de groupes d’amitiés avec les pays étrangers. Sujet qui ne méritait pas débat, nous semblait-il à première vue. Sauf qu’apparemment, chez les Nordistes, peu ont envie d’en parler.

 

 

Carte : nos députés et leurs groupes d’amitiés


Afficher Les groupes d’amitiés de nos élus sur une carte plus grande
Cliquez sur les pays pour voir quel député nordiste est ami de quel pays. En zoomant sur la France et le Nord – Pas-de-Calais, vous aurez également accès à la liste des députés par circonscription et un résumé de leurs fonctions et groupes d’amitiés.

 

 

Petite question pour se mettre en jambes : à votre avis, à combien de groupes d’amitiés peuvent participer les députés ? Un, cinq, dix, vingt ? A priori, il n’y a pas de règles. Il suffit de regarder les participations aux groupes d’amitiés de nos trois champions nordistes (selon le comptage effectué sur le site de l’Assemblée nationale) : Jean-Pierre Kucheida, Frédéric Cuvillier et Jean-Luc Pérat. Le premier est membre de 46 groupes, le second de 37, le troisième de 26 ! N’oublions pas Michel Lefait qui est également l’un de ceux qui dépasse la vingtaine (23), la moyenne de nos Nordistes se situant plutôt autour de la dizaine. Fichtre, ça fait beaucoup d’amitiés et il faut avoir un sacré appétit pour l’international !

Une mission claire et floue à la fois… des députés qui ne répondent pas

Définition d’un groupe d’amitié de l’Assemblée Nationale ? Il suffit d’aller voir sur le site… de l’Assemblée Nationale:

Les groupes d’amitié de l’Assemblée nationale regroupent les députés portant un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étranger ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale.

La principale activité des groupes d’amitié est l’organisation de missions auprès du parlement homologue et de réceptions de délégations parlementaires étrangères. Ces missions et réceptions doivent avoir été préalablement autorisées par le Bureau de l’Assemblée nationale, qui fixe leur programme annuel. Les groupes d’amitié peuvent également recevoir des personnalités étrangères et servir de point d’appui à des actions de coopération interparlementaire ou de coopération décentralisée.

A la fois très claire et… très floue, cette mission. D’autant qu’à farfouiller à droite et à gauche, on y fait peu référence. Un peu dans les organes officiels (rapports de missions), un peu moins dans la presse et encore moins sur les blogs des députés, pourtant prompts à communiquer sur leurs faits et gestes du quotidien. D’où notre volonté de contacter quelques-uns de nos Nordistes (des champions et d’autres) pour en savoir un peu plus leurs missions au sein de ces groupes. Sur la dizaine de députés contactés, sept d’entre eux ont fait les morts. Trois nous ont répondu qu’ils allaient nous recontacter : un seul l’a fait, le communiste Alain Bocquet.

En 2006, un livre s’intéressait aux relations des députés avec leurs groupes d’amitiés

deputes-sous-influenceY-aurait-il donc anguille sous roche ? Il faut se plonger quelques instants dans un livre publié en 2006, pour commencer à démêler les fils. Députés sous influences, le vrai pouvoir des lobbies à l’Assemblée Nationale, signé Vincent Nouzille et Hélène Constanty. Un ouvrage mettant en lumière quelques secrets d’initiés et qui s’intéresse entre autres, dans le chapitre « Monsieur le député est en voyage à l’Assemblée », à ses fameux groupes d’amitiés. Qu’y apprend-t-on? D’abord, que dans le cadre stricto sensu des groupes d’amitiés, rien ne sert forcément comme Jean-Pierre Kucheida d’adopter la multiplication des pays : « L’Assemblée nationale ne finance que douze missions par an et une même destination ne peut être visitée deux fois au cours d’une législature. » Sauf qu’évidemment, en cas de déplacement présidentiel ou ministériel, ou une autre mission parlementaire quelconque à l’étranger, ce qui est un autre budget, le Président ou Vice-Président dudit groupe d’amitié (ou autre membre) pourra faire partie de la mission concernée. De quoi se balader aux frais de la Princesse sans d’autres intérêts ? Non, bien entendu : Nouzille et Constanty donnent plusieurs exemples : un tel est président d’un groupe d’amitiés avec les Seychelles parce qu’il est député de Concarneau. Et que les pêcheurs du coin vont pêcher… aux Seychelles. Idem avec de député du Var qui accueille chaque année une prestigieuse régate en provenance de Malte : il est donc président dudit groupe d’amitié, etc. Et dans certains cas, et certains pays, on négocie quelques accords économiques entre deux échanges diplomatiques…

Nos députés également sous influence ?

Rien de choquant pour Alain Bocquet, député de la vingtième circonscription du Nord (lire également son interview ci-contre). « Les groupes d’amitiés sont là dans un premier temps pour avoir des échanges d’expériences avec nos homologues étrangers et représenter l’Assemblée nationale dans les autres pays, explique-t-il en préambule. Avant d’ajouter : Mais c’est aussi une manière de développer les relations entre deux territoires, qu’elles soient culturelles ou économiques par exemple. » Exemple : son voyage en Italie en 2000, en tant que Président du groupe dédié lui a permis de lancer un jumelage avec Tivoli. Idem avec sa nouvelle présidence, la Finlande : « Nous y sommes allés pour découvrir l’expérience finlandaise en terme d’éducation. J’en suis ressorti localement avec des contacts pour mon Festival de l’Eau. » Consacré il y a quelques mois à… la Finlande. Des relations que notre élu communiste  pourrait très bien développer sur le plan économique : « Avec l’Italie, nous avions envisagé un partenariat thermal, nos deux villes ayant cette spécificité. Pour la Finlande, j’envisage un déplacement d’investisseurs régionaux là-bas. J’ai noué des contacts, il y a des créneaux dans les nouvelles technologies, le design, etc. »

Le Pas-de-Calais sportif se sert-il de ses députés ?

jo-2012Honnête, donc Alain Bocquet sur l’utilisation qu’il peut faire des groupes d’amitiés. Du coup, on imagine que d’autres en font de même. Comme au niveau sportif dans le Pas-de-Calais, même si aucun ne nous l’a confirmé : Michel Lefait, membre des trois groupes d’amitiés, avait accueilli l’Argentine, la Russie et la Roumanie (sur cinq pays) au centre gymnique d’Arques en 2008 ; le Sénégal, le Cameroun et le Tchad devraient poser leurs valises dans le Pas-de-Calais pour la préparation des Jeux Olympiques 2012 (Gilles Cocquempot, Serge Janquin et Michel Lefait font partie de ces groupes, en ayant à deux reprises des responsabilités… ) ; tandis que la Nouvelle-Zélande pourrait revenir d’ici peu à Liévin (toujours pour les JO), terre d’élection de Jean-Pierre Kucheida, vice-président du groupe, après s’y être déjà installé pour préparer les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004…

Du relationnel exporté à d’autres échelles économiques ? On a bien entendu regardé les listes d’entreprises étrangères installées dans la région et en particulier les circonscriptions des députés : sur certaines d’entre elles, le hasard a l’air d’avoir bien fait les choses, d’autres pas…  Sachant qu’il faut tout de même noter que nos députés nordistes ne tiennent pas les présidences ou vice-présidences des groupes les plus influents ou stratégiques (Etats-Unis, Chine par exemple)… Mais on se doute que lorsqu’ils rencontrent leurs homologues à l’étranger, à Paris (car le groupe d’amitié fonctionne aussi dans l’autre sens…) ou dans la circonscription d’élection (Bernard Derosier et Gérard Vignoble ont amené respectivement les délégations algérienne et djiboutienne en terre nordiste en 2003, Jean-Pierre Kucheida cet été mais avec l’ambassadrice en France de Nouvelle-Zélande), ils ne dégustent pas que des spécialités locales.

Frédéric Cuvillier, infatigable voyageur… mais quasiment jamais en tant que Parlementaire

cuvillierOn remarquera aussi parfois la frontière tenue entre les rôles de maire-député-président du groupe d’amitié. Si l’on en croit le site de l’Assemblée nationale, Frédéric Cuvillier n’est jamais parti en Argentine avec une délégation, malgré sa présidence. Une présidence assez logique (*) nous diront ceux qui connaissent les attaches de Boulogne-sur-Mer avec l’Amérique du Sud (un général argentin, héros des indépendances sud-américaine, est mort en exil ici, voir cette page par exemple). Du coup, Boulogne-sur-Mer développe de nombreux partenariats avec ce pays dans lequel le député-maire s’est rendu l’an dernier, en tant que… maire. Boulogne-sur-Mer a également accueilli des expos ou collections plutôt importantes sur le Pérou ou Madagascar, groupes dont il fait partie… Pendant que Frédéric Cuvillier essayait de développer des liens avec l’Egypte (le célèbre égyptologue Mariette est originaire de Boulogne-sur-Mer), cette fois-ci au nom de la Région (tout en faisant partie du groupe d’amitiés parlementaire), en s’y rendant avec Daniel Percheron l’hiver dernier. Frédéric Cuvillier, décidément un grand consommateur de voyages et des casquettes :  en janvier, on retrouvait sa trace du côté du Maroc, cette fois-ci officiellement avec les Parlementaires, trois ans après s’y être rendu en tant que maire pour les jumelages…

Quasi-impossibilité de savoir combien de fois ils sont partis

Dénombrer le nombre de voyages qu’a pu faire tel ou tel député à l’étranger n’est d’ailleurs pas une mince affaire. Car s’il existe des rapports censés être complets sur le site de l’Assemblée Nationale, il peut être permis d’en assemblee-nationaledouter. Officiellement, si l’on en croit cette page, c’est Michel Lefait, le champion nordiste : trois voyages au cours de la dernière Législature (Roumanie en mai 2011, Italie en juin 2011, Portugal en mai 2010), soit autant qu’Alain Bocquet, mais lui, en trois mandats (Finlande en mai 2010, Italie en 2000 et 2004). Ne seraient ainsi partis qu’entre 2007 et aujourd’hui : Michel Lefait, Alain Bocquet, Serge Janquin (Mali et Soudan), Odette Duriez (Mali), Christian Bataille (Chili où il en profité pour défendre son petit péché mignon nucléaire), Alain Cacheux (Ukraine), Gilles Cocquempot (Cameroun), Bernard Derosier (Algérie)… Sauf qu’à y regarder de plus prêt et à faire d’autres recherches, vous voyez donc l’absence de Frédéric Cuvillier de cette liste (en mission parlementaire au Maroc cet hiver disions-nous plus haut). Tout comme celle de Jean-Pierre Kucheida en Australie en 2003, qui est rapportée par la presse locale, mais pas dans les rapports de la précédente législature.

D’autant qu’on l’a dit, les députés peuvent aussi se déplacer sous d’autres casquettes : André Flajolet, membre du groupe d’études à vocation internationale avec le Vatican (compris dans les groupes d’amitiés), s’y était rendu en 2005 mais sous la casquette du groupe de spiritualité des assemblées ; on a également repéré un voyage en Algérie du Président Derosier avec le Président Sarkozy (d’ailleurs, l’ex grand manitou du CG Nord insistait lourdement sur le fait qu’il ne soutenait pas… Nicolas Sarkozy)  ; Françoise Hostalier, elle, en annonce quatorze en Afghanistan entre 2002 et 2010 (certainement pas pour faire faire du tourisme), l’Assemblée nationale… zero (mais là, il y en a aussi au nom de l’UEO…) ; Alain Cacheux annonçait être allé au Mexique dernièrement pour rendre visite à Florence Cassez parce qu’il devait participer à un colloque sur le logement là-bas, en omettant de préciser qu’il fait partie également dudit groupe d’amitié.

“Quand on devient membre, c’est juste pour faire le nombre”

Groupe d’amitiés, une nébuleuse de l’Assemblée Nationale alors ? Les quelques éléments compilés ci-dessus et l’absence de réponses à nos demandes d’interview n’aident en tout cas pas à la rendre plus transparente. Une transparence d’ailleurs qu’Alain Bocquet défend (« il n’y a pas de raison de se cacher. Tout est très clair. ») et qu’il nous agrémente même d’une petite révélation concernant les députés qui ont adopté la multiplication des pays : « Honnêtement, il n’y a que le Président, voire quelques vices-présidents qui bossent là-dedans. Quand on devient membre, c’est juste pour faire le nombre et permettre au groupe d’amitiés d’exister. » Donc, la bonne nouvelle, c’est que Jean-Luc Pérat, Frédéric Cuvillier et Jean-Pierre Kucheida, nos trois champions, sont au moins de bons camarades…

(*) D’ailleurs, Bernard Derosier est président du très influent groupe d’amitiés avec l’Algérie : il a enseigné et vécu en Algérie ; Jean-Pierre Decool est lui vice-président du groupe d’amitiés avec la Mongolie : Guillaume de Rubrouck, né sur ses terres bien avant qu’il ne voie lui-même le jour, était parti évangéliser les Mongols, un héritage que Rubrouck entretient.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus