L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Sénatoriales : Les leçons d’un séisme

Le monde selon moi | Petit théâtre de Martine Aubry Par | 26 septembre 2011

En France : C’est François Hollande qui peut tirer les meilleurs marrons du feu. Décryptage : la Haute Chambre est celle des territoires. Autant dire que le PS, solidement implanté en France profonde, est en adéquation avec la représentation sénatoriale. Et ceci explique cela, même si la gauche a toujours nourri un réflexe oedipien vis à vis du Sénat (qui a renversé Blum deux fois et que Jospin premier ministre fustigeait comme anomalie démocratique). Quant à François Hollande, il incarne mieux cette figure de l’élu des champs, sensible au porte-monnaie des petites gens, sorte de notable cool et rassurant, un peu Troisième République mais pas tropqu’une Martine Aubry urbaine, parisienne, arc-boutée sur le statut de la culture, de forte composition dépensière, et patronne d’une grande intercommunalité de plus d’un million d’habitants. On peut même se demander si, à l’aune des primaires socialistes, la maire de Lille n’en a pas trop fait pour la capitale des Flandres ! …Grand stade, dimension européenne, projet transfrontalier, mise à niveau économique,…aspirée par l’ambition assumée d’une grande cité, la première secrétaire du PS s’est peut-être éloignée d’un peuple de gauche (ou même d’un peuple tout court) toujours attaché à une vision recadrée sinon plus modeste de la société et que les grands enjeux du monde, lointains et décalés, lassent voire dépassent. Vu ainsi, le président du conseil général de Corrèze, énarque rural, en phase avec les bobos des villes (on peut naturellement en dire autant de la maire de Lille…à Lille), affiche une proximité de bon aloi avec le corps électoral des primaires et saura jouer d’un tel soutien engrangé au nouveau Sénat où ses partisans sont nombreux. L’ancien patron du PS profite ainsi d’un excellent timing juste avant le premier tour des primaires. François-des-champs contre Martine-des-villes. Ajoutons que Jean-Pierre Bel, le patron du groupe socialiste au Sénat, et le favori pour tenter de conquérir le “plateau”, est un soutien décidé de François Hollande et un ennemi presque personnel de…Martine Aubry*.

Les Verts jubilent. Ils doublent leur quota de sénateurs. Et si quelques non-inscrits veulent bien partager un rond de serviette avec eux, ils auront un groupe parlementaire. Pt’êt même qu’ils auront une vice-présidence en cas de bonheur ou une présidence de commission. Jean-Vincent Placé ? Marie Blandin ?  En tout cas, un excellent augure pour les élections législatives de juin prochain et un point de plus à la théorie Cohn-Bendit de la nécessité d’un enracinement parlementaire puis local pour le parti écologiste. Autre conséquence : un véritable renversement d’alliances au profit d’ EELV, consacré allié de préférence du PS, au détriment du Front de Gauche, dont le discours de son leader J-L Mélenchon est par trop clivant.

Pour la gauche, une grande victoire…quoiqu’il arrive. Elle aura montré que l’impossible devient possible. Reste à transformer l’essai, naturellement. Et si Sarkozy réussit à se faire réélire, un Sénat de gauche face à un exécutif de droite serait une première dans l’histoire de V ème République, tout comme, en cas d’alternance à l’Elysée, un Sénat et un exécutif tous les deux de gauche. Car les tripatouillages et autres petits arrangements entre amis de circonstance  – on songe, dit-on, à débaucher des radicaux et des non-inscrits – qui feraient reconduire un Gérard Larcher à la présidence ne feraient qu’abaisser les protagonistes d’une telle mascarade et, partant, nuire à l’institution. Sans compter les dommages collatéraux en termes d’opinion négative pour le pouvoir en place.

Un Sénat ingouvernable ? mais une aussi courte majorité peut-elle gripper les fragiles rouages de la machine sénatoriale et déplacer sa majorité au gré des projets de lois ou en fonction des humeurs partisanes ou …non-partisanes ? Autant rouvrir la boite à critiques. Hypothèse pas si saugrenue tant la Haute Chambre est traversée par des forces parallèles qui sont sa véritable grille de lecture : catho, francs-maçons, notables, groupes d’intérêts, lobbies professionnels et corporatistes, ententes de circonstances,…Mais une majorité aussi ténue peut réactiver quelques clivages idéologiques.

Dans la région : L’échec des dissidents. N’est pas Pierre Charon qui veut ! …Didier Legrand et Joël Wilmotte à droite dans le Nord, Michel Sergent à gauche dans le Pas de Calais, Ivan Renar à gauche dans le Nord,…tous ont échoué à se faire élire ou réélire. Pire : leur aventure a tourné court. Ils ont manqué leur cible avouée ou cachée : snipers aveugles. Deuxième sur la liste communiste dans le Nord, Michelle Demessine retrouve les ors du Sénat. Idem pour la Nouveau Centre Valerie Letard, numéro deux d’une liste UMP/NC non investie et qui avait concentré sur sa personne quelques ressentiments.

 Le ressac d’Alex Türk et de Jacques Legendre. Du coup, c’est la colistière de l’ex-président de la CNIL, sénateur non-inscrit, qui fait les frais de la division à droite (Sylvie Demarescaux). Et, malgré un optimisme visiblement déplacé pour un Jacques Legendre qui sauve sa tête, c’est la numéro deux sur la liste officielle UMP qui reste à quai. Comme des balles perdues…

A droite : Lecerf, homme fort. L’étiage – plus d’un millier de voix, mieux qu’en 2001 – de la liste Lecerf/Letard, en marge de l’UMP, résonne comme une victoire…pour eux-mêmes. Le prof de droit Lecerf a bien mené sa barque en présentant en numéro trois, le maire d’Arleux, Patrick Masclet, le président de l’influente association des maires du Nord. Mais c’est la fédération UMP (dirigée par Marc-Philippe Daubresse qui a longtemps caressé l’idée de se lancer dans la joute sénatoriale) qui est amoindrie. Le candidat adoubé par l’appareil fédéral, Jacques Legendre sauve son fauteuil mais avec un score étriqué. Et Jean-René Lecerf gagne son pari. Lui qui a pris ses distances avec l’UMP canal historique et milite pour une candidature présidentielle du radical Jean-Louis Borloo pour “élargir l’assise électorale de Nicolas Sarkozy”. Il y a quelques mois, le sénateur spécialiste des questions judiciaires, était donné partant aux municipales…à Lille. Mais il pourrait tout aussi bien rebondir à…Marcq-en-Baroeul, dont il fut maire à la fin du siècle dernier. De quoi donner du fil à retordre au premier magistrat en place, le député UMP Bernard Gérard.

A gauche : Delebarre et Percheron en haut de l’affiche. Ils pavoisent les deux têtes de liste socialistes du Nord et du Pas-de-Calais et surclassent les pronostics. Dans la région, après des régionales gagnées, la gauche est plus forte que jamais, ou plutôt ce socialisme municipal et localiste, véritable credo gravé dans le marbre électoral. On prête même à la liste Delebarre l’idée d’un recours : il manque en effet une voix pour débloquer un sixième fauteuil. Faut-il rappeler que nos deux caciques sont de fervents partisans de François Hollande ? Difficile pour la chef de Solférino de revendiquer pleinement la victoire pour elle avec de tels faux amis (pour ne citer que ceux du Nord-Pas de Calais). Aubry fragilisée dans sa conquête de l’investiture à la présidentielle, voilà qui doit les réjouir en leur for. Gageons que l’un comme l’autre joueront des coudes pour monter d’un cran dans la hiérarchie protocolaire de cette si douillette haute assemblée. Comme vice-présidents ou questeurs, par exemple.

Municipales en ligne de mire : Les résultats de ce week-end et la bascule à gauche du Sénat ont un impact important sur les prochaines batailles. En particulier, des municipales partielles qui vont se dérouler dans l’année qui vient. Trois villes à suivre :

– Roubaix,  où René Vandierendonck, élu au Sénat, ouvre une nouvelle séquence dans la ville de son mentor plus centriste que nature, André Diligent. Il réitère (dans NE ce jour) son souhait de voir son premier adjoint, Pierre Dubois, lui succéder comme premier magistrat de transition, jusqu’en 2014, date normale des échéances municipales. Opération délicate sinon risquée. René V. pourra-t-il manoeuvrer pour garantir à son poulain une élection de…sénateur ? Lui, le socialiste de fraîche date et ancien…balladurien de 1995, et qui fut le lieutenant d’un Diligent dominateur qui savait composer – certains disent museler – avec ses oppositions ? Le théâtre roubaisien peut réserver quelques surprises, comme l’élu municipal de Roubaix, Renaud Tardy par exemple, qui a travaillé son pédigree en conservant cette année à la gauche un canton roubaisien…aura-t-il la patience d’attendre encore trois ans ? Mais, à Roubaix, ville de cent mille habitants et ancienne Mecque du socialisme, le microcosme sera examiné au microscospe par la fédération nordiste. Pas question de la laisser filer à droite ! Et les récentes déclarations d’un Marc-Philippe Daubresse pour l’UMP : ” Roubaix nous intéresse. Pourquoi pas une femme ? “, résonne pour l’instant comme une rodomontade.

– Dunkerque. On ne sait pas grand-chose de la succession – pas encore annoncée – de Michel Delebarre dans la cité corsaire (voir : La malédiction du corsaire sur DailyNord). A la différence de Roubaix, les instances fédérales ne devraient pas avoir – beaucoup – voix au chapitre. Une chose est sûre : on ne succède pas impunément à un homme de l’envergure de Michel Delebarre. Entendez : un éventuel futur maire du grand port du Nord subira inéluctablement l’emprise du président de la communauté urbaine qui ne peut être que…Delebarre. Certains observent que le récent agrandissement de Dunkerque peut ouvrir quelques perspectives à des …non-dunkerquois d’avant l’agrandissement.

– Arras. Le sénateur réélu Jean-Marie Vanlerenberghe, figure MoDem, a lui aussi fait part de son projet de quitter son fauteuil de président de la communauté urbaine d’Arras et réfléchit à sa succession à Arras. Il gouverne avec une majorité de droite (à la différence des élus MoDem de la métropole lilloise). Arras, ville ouverte. La gauche fera tout pour récupérer ce que le maire avait chipé aux socialistes en 1995. Et la droite ne se laissera pas occire aussi facilement. Reste à savoir qui seront les cavaliers en lice. Le MoDem Frédéric Leturque semble tenir la corde. Et si les choses durent jusqu’en 2014, la socialiste Catherine Génisson, qui fut députée arrageoise, nouvellement promue sénatrice, hésitera-t-elle toujours à se jeter dans une bataille difficile ?

* Qui l’a qualifié d’“arriviste”. Pas très malin en pleine primaire. On aura remarqué dimanche soir la présence insistante de l’ex-sénateur nordiste Bernard Frimat auprès de Jean-Pierre Bel, dont il est proche. Bernard Frimat, non reconduit et victime de l’hégémonie aubryenne a eu des mots durs pour la maire de Lille (voir billet : Les sénatoriales en sept proverbes). De même, le retrait de la liste du Nord il y a quelques jours pour raisons juridiques, d’Audrey Linkenheld, bras droit et protégée de Martine Aubry, apparaît presque comme un camouflet.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

5 Commentaires

  1. Vous employez l’expression “tirer les marrons du feu” à contre-sens 😉

    http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Singe_et_le_Chat

  2. Alors, entre FH et MA, qui est le singe et qui est le chat ?

  3. Qu’on se rassure. La France reste le pays du fromage. Après le Hollande, la fromagerie Bel. Et Dame Aubry dans le rôle de ma-mimolette…

  4. Tonton Jean-Nono ! …toujours sur le bon créneau ! ….
    alors que penses-tu des Notes from San Francisco de l’ami Rory ?

  5. Tout est dit dans mon dernier ouvage “Rory Gallagher, Rork en Cork” (pourpaler edition, made in Nord)….

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .