L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le Nord – Pas-de-Calais est-il lillo-centriste ? Le débat (1/3)

DailyUne | Réflexions Par | 14 septembre 2011

On connaît la rengaine : « Lille regroupe la majeure partie des grands événements, grands équipements, des élus, et la presse n’en a que pour elle ». On appelle cela du lillo-centrisme (*). DailyNord a décidé de se pencher sur ce phénomène à travers un dossier en plusieurs actes. Histoire de confirmer – ou d’infirmer – cette thèse. Premier volet avec un débat : un Lillois pur souche et un habitant du Pas-de-Calais – le commentateur fétiche de DailyNord Pasdecalaislibre pour ne pas le nommer – qui aimerait que l’on regarde un peu ailleurs que vers Lille.

PasdeCalaislibre : Alors, tu m’as l’air normal morphologiquement pour un Lillois. Je suis étonné.

Le Lillois : Ça commence bien !

Pasdecalaislibre : Pour mettre tout de suite les choses au clair, il faut que tu le saches : j’ai porté une fois les couleurs du LOSC dans ma vie ! Une fois de trop, mais une fois quand même !

Le Lillois : En tant que supporter ou en tant que joueur ?

Pasdecalaislibre : En tant que joueur, ça suffit ! J’ai joué pendant dix ans avec les anciens du RC Lens. Une fois, il y avait trop de monde côté Lensois et pas assez côté Lillois. Je suis donc passé de l’autre côté. J’ai même failli marquer !

Le Lillois : Tu t’en es remis ?

Pasdecalaislibre : Heureusement. Ceci dit, pour parler du LOSC actuel, en termes purement sportifs, je ne peux que m’incliner, il n’y a rien à dire.

« Anti-Lille par rapport à sa volonté hégémonique »

Le Lillois : Tu te présentes comme anti-Lille, anti-Lillois. A part le foot, qu’est-ce que tu veux dire par là ?

Pasdecalaislibre : Je suis anti-Lille par rapport à sa volonté hégémonique dans tous les sens du terme. Cette volonté qu’elle inflige à l’ensemble de la région. Pourquoi se ranger auprès d’une métropole qui concentre tout : l’emploi, l’économie, l’événementiel. Moi, ça ne me convient pas. Ou plus. Je l’ai subi, me farcir une heure et demi de bouchons pour rejoindre « LA » ville…

Le Lillois : En fait, tu reproches à Lille ce que l’on reproche au niveau national à Paris ?

Pasdecalaislibre : Les Lillois sont les Parisiens du Nord. Tellement parisiens d’ailleurs que vous avez été jusqu’à élire une Parisienne comme maire ! Bon, tu vas peut-être me répondre que je n’ai pas de leçon à donner : on a bien Jack Lang à Boulogne-sur-Mer !

Le Lillois : En même temps, ça fait du bien, un peu de neuf dans la vie politique, non ? Quand tu vois la mafia du Parti Socialiste dans le Pas-de-Calais, ça leur aurait peut-être fait un peu de bien un apport extérieur ? Ils vivent depuis des années dans leurs petites baronnies sans personne pour venir les titiller…

Pasdecalaislibre : Oui, tu as raison. Mais c’est pareil à Lille : ne me dis pas que Martine Aubry a tout révolutionné !

Le Lillois : Sauf que quand Martine Aubry est arrivée, elle a fait le ménage dans les rangs. Quand elle est arrivée, tous les Mauroyistes qui dormaient dans les placards sont partis. Tu me diras, ils sont au Conseil Régional maintenant…

Pasdecalaislibre : Enfin, Gros Quiquin, au moins, il était de la région.

Sans Lille, une région « désert de Gobi » ?

Le Lillois : Au-delà de ça, une grande métropole lilloise attrayante, tu ne crois pas que c’est une chance pour le Nord – Pas-de-Calais ?

Pasdecalaislibre : Au contraire. Et je tiens à dire que mon discours dépasse l’antagonisme Nord contre Pas-de-Calais. C’est toute la région qui pâtit de l’omniprésence lilloise. J’ai notamment appris avec satisfaction et espoir que Dunkerque créait une métropole d’envergure pour se défendre un peu, contrebalancer les mouvements vers Lille. Tu vis dans Lille, donc, tu ne t’en rends peut-être pas compte : comment peut-on concevoir toute cette foule qui se déplace vers Lille tous les matins alors qu’une partie pourrait très bien faire ce boulot de son lieu de vie ?

Le Lillois : Je ne suis pas d’accord…  Si Microsoft décide de venir dans la région, la société va s’installer à Euratechnologies. Pas dans la zone industrielle de Douai ou de Lens. C’est logique.

Pasdecalaislibre : Pourquoi est-ce si logique ?

Le Lillois : Parce que c’est à Lille que sont tous les moyens de transports. Lille Europe, l’aéroport. C’est logique. On parle en terme mondial désormais. Si Lille attire les boîtes internationales, c’est une chance pour toute la région . C’est à Lille que cela se passe., mais ensuite, cela peut entraîner des retombées ailleurs.

Pasdecalaislibre : Je n’y crois pas.

Le Lillois : C’est une réalité. Aujourd’hui, le Pas-de-Calais ou le Bassin Minier sans l’attractivité de Lille, c’est quoi ?

Pasdecalaislibre : Enlevons Lille. Tu crois que la région serait le désert de Gobi ?

Le Lillois : Un peu…

Pasdecalaislibre : Il y aurait peut-être justement une plus juste répartition, plus homogène en tout cas, des responsabilités, des pôles médicaux, sportifs, etc. Les alentours de Lille, aujourd’hui, c’est quoi ? Une couronne. On en revient au côté parisien du Nord, ce système féodal. Lille veut avoir tous ses vassaux à disposition. Regarde les Weppes : c’est devenu un secteur résidentiel, des villages où plus personne ne se parle…

Le Lillois : Mais c’est le sens de l’histoire. Regarde à Lyon, Milan, Barcelone, Francfort, ce sont des métropoles qui tirent leur région vers le haut.

Pasdecalaislibre : Tu me fais rire. Vous prenez le package, mais vous ne regardez pas les conséquences. Tu parles de l’Italie d’ailleurs. Là-bas, c’est un scandale : il y a une vraie fracture géographique entre le Nord et le Sud. Tout dans le nord, rien dans le Sud. Les Nordistes appellent ceux du sud les Africains ! Alors, si les Italiens acceptent ça, c’est leur problème, mais moi ici, ça me dérange…

Le Lillois : Mais le développement de Lille résulte aussi d’une histoire. Le Pas-de-Calais a vécu un siècle sur les richesses de son sous-sol sans aller chercher de nouvelles technologies. Pendant que la métropole lilloise s’ouvrait à l’extérieur et développait autrement.

Pasdecalaislibre : C’est indiscutable. Nos politiques ont fait trop longtemps reposer le Pas-de-Calais, et en particulier le Bassin Minier sur une industrie monolitique. On a bien essayé un peu la plasturgie et l’industrie automobile, mais sans grand succès.

Le Louvre-Lens à Lille : qui aurait crié au loup ?

Le Lillois : On est d’accord. Donc, tu comprends, l’avenir est à la mondialisation. Le but est d’attirer des activités tertiaires, des sièges d’entreprises, non ?

Pasdecalaislibre : Il ne faut pas que tu oublies qu’ici on doit être dans le secteur le plus sous-diplômé de la région. Attention au boulot que tu veux leur proposer. Quand tu vois le Louvre-Lens, ok. Mais est-ce que ça va donner du travail à la population locale ? J’y croyais un peu : ça pourrait permettre aux ouvriers du coin de bosser, aux boîtes d’embaucher. Résultat, on fait venir en sous-traitance des Polonais…

Le Lillois : L’enjeu n’est pas là ! Tu me parles des ouvriers, ce n’est pas ça le Louvre-Lens. D’ailleurs, si Le Louvre-Lens était allé à Lille, tu serais le premier à hurler au loup ! Là, pour une fois, on a quelque chose de mondial qui va s’installer dans le Pas-de-Calais, actuellement pour un Japonais synonyme de trou du cul du monde ! Pense aussi aux gamins du coin : ils vont rencontrer d’autres personnes, s’ouvrir à autre chose que la Star Ac’. Moi quand je me balade à Lille, je suis heureux d’entendre parler Néerlandais, Anglais, Allemand. C’est ce qu’il faut pour Lens. Tu ne peut être que content !

Pasdecalaislibre : Je reste sceptique. En revanche, je pense qu’il faut le souligner, ça s’est fait sous la mandature de Daniel Percheron, qui est Lensois. Je ne suis pas sûr qu’avec quelqu’un d’autre à la tête de la Région, le Louvre soit arrivé à Lens, on peut lui reconnaître cela. Mais bon, toi tu te projettes sur l’avenir, moi sur le présent…

Le Lillois : Franchement, tu penses que le Pas-de-Calais pourrait se développer sans Lille ? L’avenir, c’est une zone Côte d’Opale, une zone Lille-Bassin Minier, une zone Avesnois-Cambrai. Ça, c’est cohérent pour l’aménagement d’une région forte !

Pasdecalaislibre : Je n’ai jamais aimé les partages de gâteaux, de butin. Mais je vais te donner un exemple de ce que j’aimerais, politiquement pour rééquilibrer la région. Je voudrais qu’il y ait une Assemblée régionale mobile. Alors, bien sûr, qu’ils gardent leurs bureaux à Lille. Mais que pour les séances plénières, ça tourne : à Lille, à Valenciennes, à Arras, à Boulogne-sur-Mer, à Dunkerque, à Douai. Ça, ça éviterait le centralisme. Et ça permettrait aux élus régionaux de se rendre compte de certaines réalités. Sur le terrain.

Le Lillois : Selon toi, les élus ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe dans la région ?

Pasdecalaislibre : Chacun est dans sa chapelle. Ce sont des professionnels de la politique. Et ceux qui gouvernent réellement, ce sont les têtes d’oeufs dans les bureaux. Qui ne sont même pas d’ici d’ailleurs. La Région gérée comme une entreprise.

Le Lillois : Tu penses qu’il y a entre Lille et le reste de la région la même déconnexion de certains Parisiens avec la province ?

Pasdecalaislibre : Oui, et je ne suis pas le seul à le penser. Et cette déconnexion existe notamment chez les journalistes et les politiques. Prends l’exemple de la presse : si tu veux trouver du boulot, si tu ne traînes pas à Lille, bon courage.

Le Lillois : Mais ça ne t’empêche pas d’habiter ici !

Pasdecalaislibre : Pourquoi suis-je obligé d’aller à Lille ? J’en reviens toujours à la même chose : proximité !

Et si le territoire bossait ensemble ?

Le Lillois : Si Lille récupère tout, c’est bien la preuve qu’il faut bosser tous ensemble. Que les Chambres de commerces et d’industries, les services économiques des collectivités disent : «  oui, vous êtes intéressés par Lille, mais vous pouvez aussi vous installer à Lens. Ce sera plus pratique pour telle ou telle raison, moins cher… » Travailler ensemble, c’est la seule possibilité. Parce qu’une entreprise, quand elle souhaite s’installer ici, elle ne sait pas mettre Lens sur une carte…

Pasdecalaislibre : Lille, faut pas croire que ce soit gagné également…

Le Lillois : Certes…Il faut aussi que l’on puisse développer toute une infrastructure qui fonctionnerait dans les deux sens : avec un TER Rapide, plus de cadencements. Et aussi, changer les mentalités : le malheur du Pas-de-Calais, c’est que les gens n’en sortent pas. Je croise des gens qui pourraient intégrer Sciences Po ou aller faire des études à Lille. Ils n’y vont pas, parce que c’est Lille, c’est loin, c’est dangereux, etc. Inversement, il y a de plus en plus de Lillois qui viennent s’installer dans le Bassin Minier.

Pasdecalaislibre : Ceux qui voulaient une maison et n’ont rien trouvé dans leur prix avant…

Le Lillois : Imagine qu’on arrive à réduire les distances, tu arrives à te retrouver à Lile en dix minutes. Ce serait superbe, non ? Moi, il y a des coins dans le Bassin Minier, je considère que c’est mon jardin. Et Lille chez moi… L’avenir est dans la coopération Bassin minier/Lille.

Pasdecalaislibre : Mouais, l’avenir est dans une ville et une métropole qui peut pas s’empêcher de jouer à qui a la plus grande. Regarde ce stade… Une contenance hallucinante, un prix exorbitant…

Le Lillois : Tu penses que le Grand Stade, on aurait pu le faire ailleurs ?

Pasdecalaislibre : Il n’y avait pas besoin de Grand Stade. Un nouveau stade, oui. On aurait pu refaire celui de Villeneuve-d’Ascq par exemple…

Le Lillois : C’est dans une optique de développement international. Jusqu’à maintenant, pendant les Coupes du Monde ou d’Europe, nos pauvres joueurs étaient obligés d’aller à Lens !

Pasdecalaislibre : Pourquoi pas ? Chaque fois, il en faut plus. On rentre dans une compétition régionale, c’est stupide. Pourquoi avoir besoin d’un stade qui ne sera rempli qu’une à deux fois par an ?

Le Lillois : Tu as peut-être raison : ce n’est peut-être pas utile. Lille pouvait jouer à Bollaert. Moi, à l’époque, ça ne m’a pas dérangé de me rendre à Lens voir les matchs. Je mettais quasiment autant de temps que pour aller à Villeneuve-d’Ascq.

Pasdecalaislibre : Un exemple justement sur les stades et la compétition entre les territoires. Le stade couvert de Liévin ouvre. Meetings d’athlé, grands concerts avec Goldman, Renaud, Simple Minds. Le Zenith se construit à Lille. Le stade couvert décide de faire des travaux pour redevenir compétitif. Qu’est-ce qui tombe ? Le Grand Stade. Dans ce cas-là, il y en a un en trop.

Le Lillois : Ce que tu veux dire c’est que Lille veut tout avoir ?

Pasdecalaislibre : Oui. C’est comme Martine Aubry qui veut faire venir le Main Square d’Arras à Lille. Comme la Route du Louvre qui a été inversée parce que madame préfère que la route arrive à Lille…

Le Lillois : Le Main Square à Lille, c’est une rumeur, non… Mais d’ailleurs, le Main Square, c’est génial pour Arras. Enfin, les gens connaissent une ville du Pas-de-Calais.

Pasdecalaislibre : Il y a aussi Robespierre à Arras

Le Lillois : Qui connaît Robespierre chez les jeunes ? Bref, si tu arrives à me prouver que Lille et Lens peuvent jouer à Bollaert tous les deux, que le stade de Liévin peut accueillir tous les grands concerts, alors, oui, je suis d’accord. Le Grand Stade est une aberration économique.

Pasdecalaislibre : C’est ce que je te dis : l’harmonisation des territoires. Entre Lille et les autres centres urbains, mais aussi la campagne. Il faudrait que les flux soient différents, que ça aille dans les deux sens. Et pas uniquement vers Lille.

Le Lillois : C’est vrai.

Pasdecalaislibre : Est-ce que tu as compris que cet antagonisme, ce n’est pas une affaire personnelle ? Pour peu que tu approfondisses avec quelqu’un d’autre, tu verras qu’il pense peu ou prou la même chose. C’est historique.

 

(*) Tout au long de ce dossier, le lillo-centrisme définit la métropole lilloise et non uniquement la ville de Lille (ce qui est encore un autre débat, qui sera d’ailleurs évoqué dans un article ultérieur).

Retrouvez la suite de notre dossier sur le lillocentrisme dans quelques jours sur DailyNord.

Crédit photo Une :  le beffroi de Lille, Christophe Finot, Wikimedia Commons

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

11 Commentaires

  1. Remplir le grand stade, ce sera difficile. Pas seulement pour les spectateurs; pour les spectacles aussi.
    Cela va aspirer beaucoup de ce qui pouvait passer ailleurs dans la région.
    Le main square dans le GS, ce ne serait pas étonnant.

  2. Oh le beau ramassis de lieux communs et de discussions de comptoir ! Y’a pu rien qui va, ma pov’dame ! Allez, Pasdecalaislibre, remets-nous la même !

    Aménagement du territoire du dimanche, quand tu nous tiens. On va peut-être rappeler juste une petite chose sans aucune importance : Lille fédère une métropole d’un million d’habitants, 1 habitant sur 4 dans la région. Alors oui, forcément, ça veut dire plus d’emplois, plus de magasins, plus de transports et plus de vie culturelle qu’à Fourmies ou à Liévin. On devrait trouver ça anormal ?

    Oui, il y a des Parisiens qui se sont installés à Lille. Ils ne sont pas venus en masse à Calonne, bizarrement. Avec leur pognon, leurs habitudes et tout ce que ça signifie. On ne va pas s’en excuser, mais si vous y tenez tant, on vous les renvoie à Béthune ou Arras, moi ça ne me dérangera pas.

    Malgré toutes les “explications” balancées plus haut, je n’ai pas vu une seule proposition crédible pour inverser cette situation. Alors, il faut quoi pour tout le monde soit fier de sa petite ville ? Une boutique Chanel à Maubeuge ? Une gare TGV à Rang du Fliers ? Vous allez bientôt avoir le Louvre et Euralens, c’est formidable, non ? Lol.

  3. @H.R. : Lille fédère un habitant sur 4. C’est un fait, historique, merci Mauroy peuvent dire les Lillois.
    Cela veut-il pour autant dire qu’on doit toujours en faire plus aujourd’hui pour la métropole au détriment des autres territoires ? Je pense que le coeur du débat est plutôt là. Et c’est ce qu’à mon avis, Pasdecalaislibre dénonce.

  4. Dans le sens où un million de personnes s’entassent, se déplacent, travaillent, étudient, consomment sur ce petit territoire, oui, il faut en faire plus qu’ailleurs, ça parait évident.

    Dans la métropole aussi il y a de gros problèmes sur tout un tas de sujets et je ne vois pas en quoi essayer de les solutionner en étant ambitieux devrait systématiquement être pris comme une attaque envers les habitants des autres coins de la région !

    C’est purement grotesque, de la querelle de clocher mêlée de pseudo-fierté en mode “moi je suis provincial et authentique et vous vous êtes les méchants prétentieux de la capitale”… Ramené à l’échelle de notre région, c’est vraiment risible. Vous vivez à quelle époque, Pasdecalaislibre ?

  5. Pas dans la même que la vôtre semble-t-il. Le tout est de savoir où, vous et moi, nous nous plaçons. Qui s’inscrit dans l’avenir? Lequel d’entre nous favorise un passé révolu voire franchement rétrograde? That is the question.
    Et, s’il vous plait, puisque vous parliez de lieux communs, évitez d’employer l’expression de “querelles de clochers”, l’argument passe-partout par excellence. Celui qu’emploient les contempteurs de nos “contrées” complètement hypnotisés par leurs visions égoïstes des choses tant qu’elles participent à leurs intérêts, et qui surtout sont impuissants à justifier leur logique d’actions… C’est ce type d’échappatoire qui d’ailleurs, soit dit en passant sert le couvert au FN, mais cela -et j’espère que vous me l’accorderez- n’est pas que le fait de la métropole.

  6. @H.R. : je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas en faire plus qu’ailleurs. Bien évidemment, un territoire d’un million d’habitants a d’autres besoins qu’un territoire qui n’en compte que 60 000. Il faudrait juste ne pas oublier celui qui en compte 60 000.

  7. Nous sommes d’accord sur ce principe, Habitant de la brousse ! J’attends donc toujours au moins un exemple concret et édifiant d’une chose réalisée dans la métropole lilloise au détriment des habitants d’une commune de 60 000 ou moins. Je n’en ai vu aucun malgré l’abondante littérature figurant plus haut.

    Après, si les habitants de la commune de 60 000 habitants ont le sentiment d’être “oubliés” (un terme bien choisi, mais en lisant Pasdecalaislibre, on a carrément l’impression que Lille a réduit la région en esclavage…), il faut aussi qu’ils sachent qu’ils ont des élus qui sont censés être responsables. En quoi est-ce la faute des habitants et des élus de la métropole si des communes ailleurs dans la région ont des difficultés à se développer ou s’affirmer ? Tout mettre sur le dos de Lille qui viderait la région, c’est juste se vautrer dans la parano – et ça évite de se poser de vraies questions de fond.

  8. Un exemple en cours : la fameuse bataille sur la troisième gare TGV que la métropole veut absolument pour elle, et que Lille à l’intérieur de la métropole ne veut absolument pas voir ailleurs que sur ses terres, si elle se fait. Je pense que ça, c’est du lillocentrisme. Même si on peut s’interoger sur le bien-fondé ou non de cet équipement.
    Ceci dit, je suis d’accord avec vous : les élus sont responsables. Peu d’entre eux ont un poids, à part Delebarre à Dunkerque ce qu’évoque d’ailleurs Pasdecalaislibre.

  9. @ H.R. Nous sommes -incroyable non?- d’accord au moins sur une chose: l’impéritie des élus. L’exemple d’Hénin-Beaumont est édifiant: François Hollande, deux fois de passage dans le secteur récemment, Ségolène Royal en début d’année à Bully-les-mines et je ne parle pas des ”locaux” Aubry et Lang, nul d’entre eux n’a eu le cran de se rendre dans cette ville dévastée politiquement et économiquement (et donc par extension socialement), devenue terrain de jeu et laboratoire de Marine Le Pen. Le PS du Pas-de-Calais (sachant que les autres forces politiques font figures de nains dans le secteur) oscille entre la lâcheté et le ridicule absolu sans que cela n’émeuve grand monde. Et cela est très grave! J’ajoute que moult de nos élus accomplissent un travail d’administrateur (considérant leurs électeurs comme un vulgaire personnel) plutôt que celui que la politique est censée leur conférer. Il y aurait tant à dire. Etonnez vous après que la population s’en batte de la politique.
    Pour le reste, je vous recommande de relire cette première partie de dossier. En espérant que vous rangerez votre qualificatif de ”paranoïa” au même titre que vos ”histoires de clochers”.
    “…en lisant Pasdecalaislibre, on a carrément l’impression que Lille a réduit la région en esclavage…” Eh! bien vous voyez juste. En concentrant les structures, emplois etc dans un même périmètre, il est évident que l’on peut parler d’esclavage, au sens figuré du terme certes. Quoique…

    NB: Sachant que je suis impliqué directement dans le sujet, il s’agit là de mon dernier post d’ici la parution du troisième volet. En espérant que les interventions seront nombreuses, riches, variées, et surtout contradictoires. Cela me semble en tout cas bien parti…

  10. Désolé mais HR devrait se renseigner… “Un exemple concret et édifiant d’une chose réalisée dans la métropole lilloise au détriment des habitants d’une commune de 60 000 ou moins.”… s’il connaissait un peu mieux sa région il saurait que des années 80 jusqu’à la fin des années 90 Lille a pratiqué un dumping financier pour que des entreprises et sièges sociaux quittent leurs localités (dans le Pas-de-Calais comme dans le Nord d’ailleurs) pour s’installer d’abord à Lille puis dans la métropole lilloise. Cette politique était financée par la ville, l’agglo mais aussi le CG 59 et la Région. Reprenez les débats du Conseil Régional, de 85 à 98, en matière économique. C’est dedans. Cela c’est passé de la même manière à Lyon qui a vidé le Rhône de ses industries pour les concentrer. Avec toutes les conséquences : obligation d’augmenter le nombre de voies autoroutières, déplacement des salariés sur des distances de plus en plus grandes, désertification rurale, création de ghettos urbains… Si c’est le type de développement qu’on souhaite…vive les camps alors !

  11. nb : et toujours pour HR, “Parisiens du Nord” n’a rien à voir avec la présence de Parisiens à Lille. C’est le terme péjoratif employé depuis près d’un siècle par les habitants de la région lorsqu’un Lillois évoque la supériorité de Lille sur le reste des territoires du NPDC en invoquant sa nombreuse population (240.000). Ce qui fait généralement rire les habitants du Bassin Minier, un autre territoire cohérent et réellement régional (Nord et PdeC) qui compte plus d’1 million et demi d’habitants.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture