L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

La région lillocentriste ? La preuve (ou pas) (2/3)

DailyUne | Réflexions Par | 22 septembre 2011

La semaine dernière, nous vous présentions un débat entre deux protagonistes. Un habitant du Pas-de-Calais estimant que la région était trop centrée sur Lille face à un Lillois justement. Derrière ce débat, DailyNord a voulu vérifier si les impressions étaient confirmées.  Politique, économie, culture, médias, enseignement, on a fait le point avec quelques chiffres entre les répartitions Lille/ ailleurs dans le Nord – Pas-de-Calais.

En politique, ça dépend de la collectivité !

Le lillocentrisme, c’est d’abord une affaire de politiques. Il suffit de regarder la liste des Présidents du Conseil Général du Nord ces trente dernières années (*): Albert Denvers, entre 1973 et 1985, est le dernier président non issu de la métropole lilloise. Depuis, on a eu le droit au règne de Bernard Derosier, à l’intermède Jacques Donnay (conseiller général de Lille-centre), avant que Derosier ne reprenne la main pour ensuite filer le bébé à un autre pur produit lillois, Patrick Kanner. Les autres conseillers généraux avaient qu’à mieux naître. Comme Paul Raoult, élu socialiste du Quesnoy, qui disputa longtemps le sceptre à ses homologues socialistes. L’éternel antagonisme entre les champs et la ville…

Au Conseil Régional, la donne est sensiblement différente. Lille est même sous représenté au niveau de la présidence. Noël Josephe, le premier président, était un homme élu sur les terres du Pas-de-Calais, tout comme Michel Delebarre, lui installé à Dunkerque, et l’actuel président, Daniel Percheron, un Liévinois.  Seule Marie-Christine Blandin, la première femme élue à ce poste, est née dans la métropole avant de s’installer dans le Pas-de-Calais. Reste qu’actuellement, sur les quinze vice-présidents du Conseil Régional, nous en avons dénombré six issus de la métropole lilloise. Soit près de la moitié, alors que la métropole ne représente, rappelons-le, qu’un peu plus d’un quart de la population régionale. Une surreprésentation que l’on retrouve chez les sénateurs actuels (avant les élections qui vont se dérouler d’ici dimanche) avec six sénateurs de la métropole lilloise sur onze dans le département du Nord.

Economie, emploi, LMCU toujours au centre

Pas de surprise, vous le voyez tous les matins avec les bouchons aux entrées de Lille : chaque jour, 430 000 véhicules entrent ou sortent chaque jour de la métropole (80 000 de plus qu’il y a une quinzaine d’années d’ailleurs), et, toujours selon l’INSEE, la métropole lilloise polariserait toujours plus eu égard à l’influence de sa zone d’emploi. Lille attirerait ainsi 24% des salariés résidant en Flandre-Lys, 16% de ceux résidant à Douai, 14% de ceux de Lens-Hénin, 12% de ceux de Béthune-Bruay (Valenciennes et Dunkerque résistant avec respectivement 7% et 4%), etc. Tandis que ceux vivant dans la métropole lilloise travaillent dans la métropole lilloise (88% de ceux qui vivent à Lille et 94% de ceux qui vivent à Roubaix Tourcoing).

Logique quand on sait que LMCU pèse lourd dans l’économie du Nord-Pas-de-Calais : on y compte 45 000 établissements sur 103 000 déclarés au RCS dans la région (source LMCU). Et 38% de l’emploi salarié privé régional. Une métropole au 1,1 million d’habitants (sur quatre dans la région) qui profite d’ailleurs à plein des pôles de compétitivité du Nord – Pas-de-Calais : quatre des sept pôles sont directement situés dans la métropole lilloise.

En enseignement… là encore, Lille tire son épingle du jeu…

Autant dérouler tout de suite, c’est édifiant, et de toute façon, LMCU en fait un atout de promotion de son territoire. La métropole regroupe plus de 80% de la recherche publique et de l’enseignement supérieur régional. Ainsi que 100 000 étudiants sur 150 000 au niveau régional. Ajoutez-y les grandes écoles reconnues (ESJ, Sciences Po, EDHEC, etc.) et vous avez le tableau. Pour se développer intellectuellement, direction Lille.

Culture : Lille bien sûr, mais quelques efforts

Ça faisait partie des points de crispation avant les dernières élections régionales. En cause, les budgets de fonctionnement à la culture profitaient pour moitié à la métropole lilloise et à ses têtes de ponts. Logique en soi quand on sait que nombre des grandes structures régionales se trouvent… dans la métropole lilloise… A l’époque, Catherine Génisson, vice-présidente en charge de la culture, avait promis un rééquilibrage qui passait notamment par les Capitales régionales de la culture (voir le prochain article du dossier).

Et au niveau médiatique ?

Les médias lillocentristes ? La plupart sont en tout cas installés dans la métropole lilloise, mais c’est finalement plutôt logique. Et dans leur contenu ? Regard sur le principal quotidien régional sur une semaine. Les titres principaux de Une ? Un seul consacré à Lille explicitement, à travers l’inauguration de son V’Lille. Quant au contenu des pages Région, rien à signaler de spécial, il faut même reconnaître qu’elles sont plutôt bien équilibrées entre les territoires régionaux. Exemple si je vais faire la foire aux vins à Auchan Roncq, j’interroge le maître-sommelier du Touquet… Et en général, quand on parle de Lille, c’est qu’il y a une actualité susceptible d’être régionale (la grande manifestation de l’extrême-droite à venir par exemple). Même chose sur France 3 Nord – Pas-de-Calais, même si on remarque parfois une tendance à illustrer le sujet régional avec des images lilloises. Les temps auraient-ils donc changé si l’on se réfère à cette anecdote, narrée par un confrère : “un jour, dans une télévision régionale (cherchez laquelle, Ndlr), on apprend qu’il y a eu deux meurtres. L’un à Tourcoing, l’autre dans le Pas-de-Calais. Lors de la réunion, certains décrètent qu’on va aller couvrir celui de la métropole. Je demande pourquoi pas celui du Pas-de-Calais ? On me répond : parce que dans le Pas-de-Calais, tout le monde s’en fout.”

(*)  C’est d’ailleurs Pasdecalaislibre, dans le débat du premier volet, qui avait souligné l’origine géographique des présidents du Conseil général du Nord (passage que nous avions coupé pour une meilleure lecture du débat).

Retrouvez le premier volet de ce dossier :

Le Nord – Pas-de-Calais est-il lillo-centriste ? Le débat (1/3)

La semaine prochaine, retrouvez notre troisième volet.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie