L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Mercato : les beaux discours de nos recrues

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 22 août 2011

Benoît Pedretti, Ronny Rodelin, Dimitri Payet, Daniel Sanchez, Pierre Ducasse ou encore Jean-Louis Garcia… Quelques nouveaux noms dans le football nordiste, arrivés à la fin du printemps ou au début de l’été au LOSC, au VAFC, au RC Lens ou à l’USBCO. Point commun ? Ils sont tous très bien élevés et disent tous à peu près la même chose à leur arrivée. La preuve alors que le mercato touche bientôt à sa fin.

Qui a dit : « Il y a un vrai projet » (sous-entendu dans ce club) ? Allez, un petit effort. Pedretti, Rodelin, Payet, Sanchez, Garcia (Jean-Louis), ou Ducasse, quelques-unes des recrues nordistes de l’été ? Texto, c’est Benoît Pedretti, le nouveau joueur de Lille. Rassurez-vous, d’autres ont parlé de projets également avec quelques variantes. Dimitri Payet (LOSC) par exemple : « Le projet sportif est intéressant ». Ou Pierre Ducasse nouvelle recrue de Lens : «  Ici c’est une vraie ville de foot, avec un beau projet sportif ». Un autre ? Ronny Rodelin (LOSC) : « Au niveau footballistique, le projet est très intéressant ». Un dernier pour la route ? Jean-Louis Garcia, le nouvel entraîneur artésien : « C’est un projet magnifique qui m’a été présenté ».

Une charte de l’interview interchangeable ?

Vous l’avez compris, nous, ça nous émoustille tous ces projets du côté de DailyNord. Il faudrait regarder du côté de La Voix des Sports (d’où sont tirées toutes ces interviews, à l’exception des extraits de l’interview de Daniel Sanchez, de Football365.fr) pour voir combien de fois le mot projet a été employé durant les mois de juin et juillet . Le terme champion du monde, sans aucun doute. Mais ce n’est pas le seul mimetisme qu’emploient nos footeux, qui doivent certainement signer une charte de l’interview programmée et interchangeable au maximum. L’un des principes par exemple ? Insister sur le fait que l’on était très courtisé et qu’évidemment, on a choisi le meilleur projet. Jean-Louis Garcia : « Je vais vous l’avouer : j’étais encore la priorité de certains clubs de Ligue 1 il y a quelques heures. Mais si j’ai choisi le RC Lens c’est parce que j’ai apprécié le discours du président Martel ». Virgile Reset (Boulogne-sur-Mer) : « J’avais quand même pas mal de contacts cet été mais c’est l’USBCO qui a manifesté la plus grosse envie de me voir signer ». Quitte aussi à réécrire un peu l’histoire avec un petit “h”. Style Payet qui a longtemps hésité avant de signer au LOSC. Enfin, plus devant la presse : «  Je n’ai pas hésité au moment de signer pour le LOSC. » Ah ouais ? Et Paris alors ?

Du plaisir… mais du travail

Autre tradition dans la présentation à la presse : insister sur la bonne entente qui règne dans le club. Et surtout dire que ses petits camarades sont bien sympas. Du côté du LOSC par exemple. Pedretti : « J’ai rencontré des gens adorables ici » ; Payet : « Cela s’est très bien passé » ; Rodelin : « Les gens parlent aux nouveaux. C’est plus facile de s’intégrer ». Chouette, y’a de l’ambiance. D’autant que souvent, le club choisi par nos joueurs ou entraîneur est un endroit « idéal » pour eux (« idéal pour moi » dans le texte) dans des équipes qui leur ont toujours plu ou les ont toujours attiré (Ducasse, Pedretti). Quitte même à s’autopersuader un peu de faire le bon choix. Ducasse encore : « Je préfère jouer le haut de tableau en L2 que ramer en Ligue 1 à fermer le jeu tous les week-ends. C’est une bonne école pour préparer un groupe, on peut prendre du plaisir même en Ligue 2. » En insistant tous sur les efforts à faire néanmoins pour s’intégrer, parce qu’il ne faut pas exagérer, on n’est pas payé quelques dizaines de milliers d’euros par mois pour jouer les touristes : « Je dois m’habituer à mes équipiers » (Pedretti) ; « Mais il va falloir travailler » (Payet) ; « Il faut travailler pour réussir » (Sanchez) ; «Je ne suis pas venu ici en vacances. Je suis venu pour jouer au foot ! » (Reset). On veut bien les croire. Mais l’avantage avec leurs discours, c’est qu’en signant dans un nouveau club d’ici un, deux ou trois ans, ils pourront les adapter à la nouvelle sauce locale, qu’elle soit anglaise, allemande ou espagnole, sans aucun problème. Pourquoi faire compliqué quand on peut la jouer simplement ?

Image de Une extraite d’un reportage de Grand Lille TV

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus