DailyUne | Petite histoire Par | 12H40 | 28 juillet 2011

Départ de Decourrière du VAFC : les bonnes oeuvres de Monsieur Francis

Ça sent la fin de règne du côté de Valenciennes : Francis Decourrière, président du VAFC, vient, comme prévu, de rendre son tablier au profit de son vice-président, ce jeudi matin. L’âge, 74 ans, étant la principale raison à ce passage de témoin. Il faut dire que depuis plusieurs décennies, le père de Valérie Létard et parrain en politique de Jean-Louis Borloo use de son influence dans la région. Et à force, ça doit être usant…

Francis Decourrière quitte la scène à petits pas. Une scène qu’il arpente depuis presque une quarantaine d’années. Le président du Valenciennes football club passe le relais. L’âge, dira-t-on. L’homme est respecté. Presque craint. Une empreinte. Deux mandats de député européen en guise de consécration politique. Un nouveau stade Nungesser (Stade du Hainaut) pour Valenciennes. Une ligne de tramway pour l’agglo. Une capitale du Hainaut qui a surgi de ses cendres. Et… deux poulains en politique qui font parler d’eux pour ce mentor avisé et presque ombrageux. Sa propre fille d’abord. Normal, tant les liens du sang tiennent souvent lieu de viatique en politique. Valérie Letard a fréquenté les lambris parisiens au sein de plusieurs gouvernements et tente en septembre prochain la passe de deux au Sénat. Jean-Louis Borloo ensuite. Comme un yearling de choix que ce passionné de chevaux et de courses a découvert au mitan des années quatre-vingts. Eleveur de champions, comme l’autre. Un quart de siècle plus tard, le petit prince de l’Athènes du Nord rêve de tutoyer le pouvoir suprême.

Monsieur Valenciennes

Flash-back. Valenciennes se meurt. Agonie douloureuse : chômage et désespérance. Francis Decourrière, établi à Saint-Amand, alter ego de son vieux pote, le truculent Georges Donnez, le maire le plus célèbre de France par la grâce magique de Guy Lux et de son Intervilles, flaire le bon coup. Francis D. en rêve. Jean-Louis B. le fera. La municipalité RPR valenciennoise patauge dans l’ immobilisme des aveugles qui ont trop confiance en eux et croient tout voir et tout savoir. Borloo, tout d’audace et de ruse, rejoint le conseil municipal après avoir sauvé le dernier rempart contre le délitement de la ville, le club de foot. Un blitzkrieg après, voilà l’avocat d’affaires parisien, riche et admiré, jet-setter et séducteur, propulsé en Monsieur Madeleine, aux prises avec les fins de mois impossibles et les cages d’escalier improbables. Un destin presque hugolien. Cap sur les régionales. Sir Francis cravache son pur-sang qui signe une percée remarquée et manque d’un cheveu le titre (en 1992), reléguant les habituels acteurs de notre théâtre politique au rang de vieilles gloires presque fanées. A défaut d’une légende, le début d’une ascension. Avec ses hauts et ses bas.

Quelques mauvais coups quand même

Le notable faiseur de princes a parfois loupé son coup. Avec Charles de Gaulle petit junior, par exemple. Le petit-fils de l’homme du 18-juin avait répondu à l’appel d’une liste pour les régionales de 1986, les premières du genre. Moins  grandiose que son grand-père, il affole les caciques locaux, Diligent, Vernier, qui ne comprennent pas un tel coup du sort, alors que la gauche est en difficulté et ne sauvera son sceptre que de peu. Le parachuté s’en retournera quelques années plus tard, sans avoir convaincu personne. L'”opé noire” est signée de nos deux Amandinois. Georges Donnez s’en retrouvera ostracisé parmi les siens. Francis Decourrière parviendra à faire oublier son péché de division.

Campagnes électorales, petits secrets, l’homme sait tout…

C’est que l’homme est influent, et bien au-delà des cercles maçonniques ou parallèles qui traversent souvent le monde des pouvoirs. Trésorier-en-chef de l’UDF un peu partout au nord de Paris, il sait tout des campagnes électorales et petits secrets de ses membres et assimilés. Sa légende le crédite d’une prudence de chat. Fichtre ! Après tout, même Maître Borloo devra rendre des comptes quand un certain procureur Eric de Mongolfier scrutera les siens. On le retrouve à la manoeuvre dès que la poudre parle. Et quand la pénombre des coulisses le lasse, il n’a aucune difficulté pour se faire octroyer un fauteuil aux élections européennes de 1999. Quelques années plus tard, c’est le foot qui le passionne (l’équipe de basket féminine de Valenciennes-Orchies, c’est lui aussi). Un bon business pour ce chef d’entreprise discret. Il se fera remarquer par ses démêlés avec un arbitre qui ne partageait pas la même propension pour le langage trop vert. Monsieur Francis a des idées et les exprime… Le ballon rond fut longtemps un filet de sécurité, il est devenu un vecteur d’image pour un pays hennuyer dopé par Toyota, le théâtre du Phénix et autres détonateurs, et dont il fut un artificier efficace du big-bang.

A 74 ans, la vie de Francis Decourrière est décidément bien remplie.

Un peu plus de DailyNord ?

1 Commentaire

  1. La ballon rond un “vecteur d’images” ? Le foot financier actuel est une activité qui est méprisée dans tous les sondages et c’est une source d’evasion de capitaux.

    Decourrière a quitté le club en laissant des comptes en desordre. 1.2 M€ de redressement fiscal. Qui dit mieux à Valenciennes ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire