L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Primaires PS : Faites vos “je”

Le monde selon moi | Petit théâtre de Martine Aubry Par | 28 juin 2011

C’est parti. Titine de Fer est candidate. Candidate à son propre destin. Elle que l’on disait indécise, incapable de faire un choix crucial, vient de franchir son Rubicon, avec ses armes à elle : sobriété cultivée et altruisme modeste. La fille de Jacques Delors coupe le cordon qui l’engonçait dans l’on ne sait quel atavisme familial. Et les méchantes langues ne se privaient pas de lui infliger la blessante remarque, comme une malfaçon héréditaire aux airs de malédiction : “Delors ? Il veut bien être président, il ne veut pas être candidat…“, disait-on méchamment de celui dont le pedigree électoral était un peu mince pour prétendre aux plus hautes fonctions et qui jeta l’éponge un soir de décembre 1994. Ce matin, à l’approche du zénith, la maire de Lille brise le signe indien.
La maire de Lille vient de réussir ce que l’on ne peut mieux appeler un examen de passage. Un passage dans la cour des grands, celle des indiscutables favoris pour 2012. Après tout, sauf accident genre DSK, ils ne sont que trois : Sarkozy, Hollande et elle-même.
Le plus dur est évidemment devant. Pour la patronne du PS (et la question de sa succession Rue-de-Solférino, en cours de réglement, exige l’efficacité, campagne présidentielle oblige), la course est lancée. Elle sait que si elle est désignée au terme de ces primaires, et on notera ce discours de candidate à la présidentielle, comme si elle avait déjà gagné l’investiture de son parti, le duel du premier tour sera impitoyable, avec l’épée de Damoclès de l’élimination au dessus de la tête. Mais les primaires ouvertes du PS, une séquence inédite dans la vie du parti de Jaurès, contiennent leur lot de chausse-trapes et de retournements de situation. On l’a dit et redit, le pire ennemi des socialistes, c’est eux-mêmes et le nid de vipères dans lequel ils macèrent depuis ce satané 21-avril 2002 quand ils découvrirent que les Français ne les considéraient plus forcément – naturellement – comme un parti de gouvernement, à tout le moins comme une alternative crédible. Remontons au congrès de Rennes de 1990 – dont Pierre Mauroy fut le notaire bousculé – qui sonna comme le coup d’envoi de la succession de François Mitterrand. Succession toujours ouverte. Et guerre des ego meurtrière depuis (congrès de Reims en 2008). Le discours officiel de Martine Aubry ce matin – la chose est frappante – contient un nombre incroyable de “je”*, expression d’une personnalité, certes, mais aussi trait révélateur d’un camp en mal de boussole et qui donne dans le volontarisme. Une première personne du présent surjouée pour prétendre être le (a) premier (e) des Français. Un curieux mantra qui frappe tout aussi profondément ses collègues candidat(e)s et qui n’épargne pas l’histoire récente des socialistes. Et voilà bien le “la” obsédant de ces primaires désormais lancées et qui pourrait, une fois de plus, résonner comme une fausse note.

* Sans compter les “moi”…

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

5 Commentaires

  1. J’espère qu’elle vérifiera l’adage qui veut que l’on pleure toujours deux fois quand on monte dans le nord. La première c’était grâce à Sébastien Huygues. La seconde, ce sera peut-être en octobre prochain et elle l’aura tout sauf volé. Dans le cas contraire, cela signifiera tout simplement que militants et sympathisants socialistes ont choisi un(e) candidat(e) de droite supplémentaire. Ce qui donnerait raison à Jean-François Kahn dans son “Dictionnaire incorrect” quant à la définition de Parti socialiste: Parti à qui ne viendrait jamais à l’esprit l’idée idiote de réaliser le socialisme.

  2. Autre tic : “Comme je le dis aux Français”.

    Dans VDN, elle a une réplique malheureuse à propos de l’argent que la ville doit à l’enseignement sous contrat. Aurait elle oublié qu’elle a fréquenté pour son bien le couvent des Oiseaux ?

  3. Et à qui va t-elle transmettre le flambeau rue de Solférino: A HARLEM DESIR…que l’on connait bien ici, dans le Nord…Il y a été condamné pour avoir bénéficié d’un emploi fictif!!!!

    Touche pas à mon fric!!!!

    Je trouve que c’est un signe encourageant, de lancer sa campagne en parlant de morale !!!

  4. Je suis surpris -après avoir pourtant scruté un peu partout- que personne, nul média, n’ait relevé ce détail qui il est vrai relève de l’anecdotique, du futile. Et pourtant! Ch’Titine a choisie d’annoncer sa candidature ce 28 juin. Le 28 juin ça ne vous dit rien? Non? Pourtant le 2806 n’est autre que le numéro de la chambre du Sofitel qu’occupait son copain Dodo. Ou le terminus de ses ambitions et le début de sa disgrâce. De là à dire que cette analogie numérique vaudra à Ch’Titine un 21 avril en octobre…

  5. Et j’oubliais cet autre détail troublant: son successeur au poste de secrétaire national n’est autre qu’HARLEM Désir. Etonnant non? Cela prouve au moins que la fille d’un personnage politique connu pour être catho n’est absolument pas superstitieuse. En tout cas il y en a un qui doit être content de s’appeler Hollande…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .