DailyUne | Réflexions Par | 09H10 | 16 juin 2011

Les Sénatoriales pour les nuls

Ce vendredi, c’est le grand jour. Les conseils municipaux de vos communes vont élire leurs grands électeurs. Pour quoi faire ? Les Sénatoriales, ma chère madame, ça vous dit quelque chose ? Les grands électeurs voteront donc pour les sénateurs en septembre. Ah oui… une élection inintéressante. Sauf que ce moment peut être historique si le Sénat vit sa première alternance réelle en 53 ans. L’occasion pour DailyNord de vous livrer un Sénatoriales pour les Nuls (de haute volée, comme d’habitude).

A.. comme Alternance

On la souhaite pour la crédibilité des institutions mais aussi pour l’oxygène de notre démocratie parlementaire. Ce qui donne quelque grain à moudre aux partisans d’une VI ème République.

C… comme Candidats remarquables du Nord – Pas-de-Calais

– Michel Delebarre. Il succède enfin à Pierre Mauroy mais dans le fauteuil de sénateur socialiste. Et si les dieux lui ménagent une destinée, il songera – sûrement – à se porter candidat à la présidence du Sénat. Encore faut-il que ce dernier bascule à gauche…
– Audrey Linkenheld. Promotion fulgurante pour le jeune bras droit de Martine Aubry qui roulera carosse du Sénat en septembre prochain (relire :mais qui est Audrey Linkenheld, l’inconnue d’Aubry ?). A rapprocher de la centriste Nouveau Centre “versant Borloo”, Valérie Letard, dont le mandat sénatorial reçu en 2001 contribua à lui ouvrir les portes des gouvernements Fillon.

D… comme Droite

Elle domine l’assemblée depuis sa création en 1958. Une situation certes incongrue qui contribue à jeter une certaine suspicion sur les sénateurs, réputés (trop) conservateurs dans la durée. Paradoxe (dû probablement au scrutin de liste) : il y a proportionnellement plus de sénatrices que de députées ! Pour les centristes, le Sénat est un un lieu de pouvoir particulier où ils peuvent déployer tout leur sens politique. Le rendez-vous prochain de septembre sera encore arbitré par les sénateurs centristes.

G… comme Gauche

Elle désire ardemment son grand soir, c’est-à-dire une alternance qui la verrait être propulsée à la tête de cette assemblée qui a joué un rôle majeur dans l’histoire politique du pays. En 1937, ce sont les sénateurs – majorité conservatrice – qui renversent le gouvernement Blum (dit du Front populaire). Et en 1969, ils entraînent le pays à “démissionner” de Gaulle, chef de l’Etat, qui voulait les réformer. On se souvient du long conflit qui a opposé Gaston Monnerville, président du Sénat, – et par ailleurs pas vraiment une personnalité de droite puisqu’il siégeait sur les bancs de la gauche démocratique – à l’homme du 18-Juin pendant la première décennie de notre République. Avec un tel pedigree, le Sénat fait toujours un peu peur aux gouvernants.

L… comme Lobbies

Au royaume des lobbies. La Haute chambre est le terrain de chasse favori des groupes de pression et autres réseaux parallèles qui font et défont les pouvoirs. Franc-maçonnerie, cathos, élus locaux, influences souterraines,… impossible de faire l’impasse sur les forces déclarées ou occultes qui travaillent le Palais du Luxembourg. “J’ai essayé de faire la révolution au Sénat, sans succès…”, lâche, un brin désabusé, un Pierre Mauroy, élu en 1992, qui fera ses adieux à la Haute chambre en septembre prochain. On critique souvent les sénateurs pour leur supposé immobilisme. Mais c’est ignorer la violence frontale de certains débats. Exemple : la lutte pour la présidence qui évoque parfois les duels d’Homère.

M… comme Mode de scrutin

Il n’est pas grand public : scrutin de liste départemental le plus souvent. Le mandat a enfin été réduit à six ans contre neuf auparavant. Le suffrage universel indirect éloigne du peuple. Qui peut nommer ses sénateurs ? Mais les luttes sénatoriales révèlent la politique dans toute son ampleur : idéologies, conflits partisans, antagonismes de personnes, manoeuvres de coulisses…

S… comme Sénateurs régionaux remarquables

– Pierre Mauroy, évidemment. L’ancien Premier ministre avait trouvé refuge au Palais du Luxembourg en 1992 après une série de revers politiques (congrès socialiste de Rennes deux ans auparavant où en tant que patron du PS, il avait essuyé la tempête) qui le faisait douter pour sa carrière parlementaire d’abord, sa position lilloise ensuite.
– Un autre revers de l’époque fut l’irruption imprévue de la Verte Marie-Christine Blandin à la tête du conseil régional (1992). Neuf ans plus tard, pour canaliser le vote écolo qui bouillonnait, et éviter de mauvaises pensées comme une vilaine candidature à Lille, par exemple, on fit une place à l’ancienne présidente de région sur la liste sénatoriale socialiste en 2001. Et Madame Blandin devint la première sénatrice verte de l’histoire. Certainement réélue en septembre prochain.
– Jacques Legendre. L’ancien maire RPR de Cambrai préside la commission affaires culturelles du Sénat. Très engagé dans la francophonie. Un poste prestigieux qui lui permet de revendiquer une place éligible en septembre prochain. Voire de mener sa propre liste ou de recueillir l’étiquette UMP.
– Jean-Luc Bécart. Sénateur communiste du Pas-de-Calais et maire d’Auchel. Espoir du PC dans les années 80. Eu maille à partir avec la justice.
– Pierre Carous. Inamovible Maire RPR de Valenciennes avant l’ère Borloo (ce dernier élu en 1989). Il était également vice-président du Sénat. L’histoire retient son nom à la rubrique fait divers : il a mis fin à ses jours.
– Bernard Chochoy. Maire de Lumbres dans le Pas-de-Calais, conseiller général (il présidera l’assemblée départementale), conseiller régional. Et sénateur socialiste du Pas-de-Calais pendant…30 ans (petit intermède à l’assemblée nationale en 1967-68). Une figure de l’après-guerre. Secrétaire d’Etat dans les gouvernements Guy Mollet puis Bourgès-Maunoury.
– Jean-Paul Delevoye. L’actuel président du conseil économique, social et environnemental est un pur profil rural (maire de Bapaume, conseiller régional, conseiller général,…). Idéal pour devenir sénateur version RPR. Puis ministre sous Raffarin, puis médiateur.
– André Diligent. Trois fois sénateur (1965-1974 et 1983-2001). Grande figure de Roubaix, modèle centriste démocrate-chrétien. Son successeur majoral, René Vandierendonck, habilement auto-déporté sur la gauche, fera, selon toute vraisemblance, son entrée au Sénat en septembre prochain. Avec l’étiquette socialiste.
– Daniel Percheron. Elu sénateur socialiste en 1983 après un détour à Strasbourg comme député européen. L’actuel président du conseil régional est un des hommes-clés du socialisme dans la région et au-delà. Repique au Sénat en septembre prochain.
– Maurice Schumann. L’ancien porte-parole de la France libre et académicien, plusieurs fois ministre sous deux républiques, est entré au Sénat en 1974 jusqu’en 1998, date de sa mort. A droite, un monument. Historique. Mais il n’osa jamais envisager l’assaut du beffroi lillois.
– Alex Türk. Un hussard au Palais du Luxembourg. En rupture des appareils partisans formatés RPR ou UMP, il s’est fait un nom depuis 1992 et a astucieusement géré sa trajectoire pour devenir patron de la CNIL où il asticote durement les pouvoirs orwelliens.
– Jean-René Lecerf. Ce bûcheur, ancien maire RPR de Marcq-en-Baroeul, se fait remarquer par ses contributions législatives dans le domaine de la justice et de la condition pénitentiaire. Comme son précédent condisciple, il ferraille pour durer.

T… comme Territoires

Le Sénat est leur expression : “grand conseil des communes de France“, selon la définition de Gambetta, à la fin du XIXème siècle, “assemblée du seigle et de la châtaigne”, selon l’expression du doyen Vedel. Les députés représentent la démographie, donc plutôt les villes. Le Sénat incarne une certaine stabilité, une certaine mesure, donc plutôt une dimension rurale, celles des territoires. Boissy d’Anglas le disait déjà pendant la Révolution : ” Le Corps législatif est l’imagination de la république, le conseil des Anciens, la raison“. N’en déplaise à ses détracteurs, les Français, de forte composition paysanne, sont attachés à leur Sénat.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là