L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

La région est-elle l’oubliée du Tour de France ?

DailyUne | Réflexions Par | 29 juin 2011

Chouette, le Tour de France est de retour ce samedi. Du coup, les passionnés de coups de pédales sont sur les dents : qui pour remporter la prochaine édition ? Quel coureur se fera exclure pour dopage ? Et où aller voir l’étape de rêve ? Pas dans le Nord – Pas-de-Calais en tout cas. (Encore une fois) le Tour de France zappe la région. Comme d’habitude ?

Point commun entre Armentières, Avesnes, Louvroil, Orchies, Wasquehal ? Des villes de la région, bien entendu, mais c’était un peu plus compliqué que cela. Ce quinté fait partie des villes qui ont accueilli au moins une fois dans leur histoire une étape du Tour de France (en tant que ville de départ ou d’arrivée). Ce qui ne sera pas le cas cette année : la Grande Boucle n’a pas choisi de passer par la région. Au grand dam des passionnés du Nord – Pas-de-Calais.

Sur 20 ans, le Tour s’est arrêté à neuf reprises

Et d’ailleurs, à y regarder de plus près, on se dit que la région n’est pas forcément bien lotie question accueil de l’épreuve née en 1903. 2011, on en a déjà parlé. 2010 ? Si, il est passé (Cambrai notamment). 2009 ? Pas de trace. 2008 ? Porté disparu. 2007 ? Dunkerque. 2006 ? Rien. 2005. Rien. On ne va pas vous faire toute la liste, mais on a fait le compte sur les vingt dernières éditions : le Tour s’est arrêté à neuf reprises dans la région. Pour onze zappings. Pas de quoi crier au scandale à vrai dire : que l’on aime ou non le Nord – Pas-de-Calais, une étape entre Dunkerque et Arras est moins sexy que l’ascension d’un col des Pyrénées ou des Alpes, présents chaque année sur le parcours de la Grande Boucle.

Continuons la comparaison des stats.  La ville qui a le plus reçu le Tour en France (après Paris bien évidemment) est Bordeaux. 79 fois (chiffre 2008). A côté, Roubaix et ses vingt-cinq départs et arrivées peut aller se rhabiller, comme Dunkerque (19) ou Lille (16). D’ailleurs, sur les cinq cents villes qui ont reçu depuis le début de l’épreuve, elles ne sont qu’une vingtaine du Nord – Pas-de-Calais (Armentières, Arras, Avesnes, Béthune, Calais, Cambrai, Douai, Dunkerque, Le Touquet, Lille, Liévin, Louvroil, Maubeuge, Orchies, Roubaix, Saint-Amand-les-Eaux, Valenciennes, Wasquehal, etc) pour environ 90 départs ou arrivées… Et pour les Grands Départs ? Là, rien à dire, le Nord n’est pas moins bien desservi que les autres : quatrième ex-aequo avec l’Alsace et la Lorraine (pour nous, c’est Lille deux fois en 1960 et 1994, Roubaix en 1969 et Dunkerque en 2001).

Monsieur Tracé du Tour de France : “Nous faisons en sorte de passer dans les régions au moins une fois tous les trois ans”

Pratique intensive du journalisme oblige, on a bien sûr décroché notre téléphone pour en savoir plus auprès d’Amaury Sport Organisation, qui… organise l’épreuve. Est-ce que le Nord – Pas-de-Calais est plus mal loti qu’une autre région ? Et Monsieur je-trace-les-parcours-du-Tour-de-France, Jean-François Pécheux, directeur technique, ne s’est pas démonté : « Aujourd’hui, on ne peut plus passer dans toutes les régions, confirme-t-il. Si avant les années 80, on pouvait aller quasiment partout, ce n’est plus le cas : nous sommes limités à 3 500 kilomètres (contre 5 000 auparavant). » Rançon du succès, de la vitesse et de la publicité. Mais pour autant, la région n’est pas plus mal servie qu’une autre à l’entendre : « En dehors des Alpes et des Pyrénées, qui font partie des incontournables, nous faisons en sorte de passer dans les régions au moins une fois tous les trois ans. » Chacune à son tour : la Bretagne une année, l’Alsace une autre, le Nord – Pas-de-Calais pour la troisième, par exemple.

« D’autant que l’on sait que le Nord – Pas-de-Calais est une terre de cyclistes, reprend notre directeur technique. Nous avons chaque année de nombreuses candidatures, comme Lille, Cambrai, Arras, Boulogne. » Quelque soit le prix à payer : car bien sûr, accueillir une arrivée et un départ a un prix : 200 000 euros au bas mot, « mais des retombées économiques majeures avec des hébergements complets dans les trente à cinquante kilomètres environnants ». Une broutille quand on compare au prix de l’organisation d’un Grand Départ, auquel la métropole lilloise est candidate pour l’édition 2014 : 2 millions d’euros. Et d’ailleurs, une petite exclu sur le sujet ? Peine perdue. « Nous avons rencontré les porteurs du projet lillois. C’était une visite de courtoisie. On verra. Il y a d’autres candidatures… » D’ici là, de toutes façons, le Tour devrait repasser par ici. Peut-être même par là dès l’an prochain, le Grand Départ étant donné à Liège en Belgique.

Crédit photo Une : Celso Flores via FlickR

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. L’année prochaine verra une arrivée à Tournai et un départ d’Orchies!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus