L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Google Portrait : Partouché, coulé ?

DailyUne | Petite histoire Par | 21 juin 2011

Numéro deux des casinotiers français, sponsor du du LOSC dont il détient 40 %, le groupe Partouche a été fondé il y a 40 ans par « Monsieur Isidore », qui avait lancé son premier établissement de jeu dans la région, à Saint-Amand-les-Eaux. Débarqué de son Algérie natale à 35 ans, Isidore Partouche, juif pied-noir, self made-man à la française, a su tisser le réseau de relations nécessaire à la réussite de sa petite entreprise. Qui aujourd’hui connaît bel et bien la crise. Google Portrait d’un homme lié avec le Nord – Pas-de-Calais.

Isidore-PartoucheIsidore Partouche. Un patronyme que l’on croirait sorti tout droit des listes de combattants tombés en 14-18 ornant les monuments aux morts de nos villages de la France profonde. Perdu ! A 81 ans, Isidore est bien vivant et il est né en Algérie. Bâtisseur du deuxième groupe français de casino, 394ème fortune de France en 2010, Isidore a la réputation de parler très peu aux journalistes. Ou alors, à l’instar de Jacques Chirac actuellement, son entourage se méfie à tel point de sa liberté de ton qu’il préfère établir un cordon de sécurité autour du patriarche. Morceaux choisis dans l’une de ses rares prises de parole accordée aux lecteurs de La Voix du Nord en 2006 : « Moi vivant, je vous garantis que Martine Aubry ne repassera pas aux élections la prochaine fois (on voit le résultat, ndlr). J’ai un peu de fortune, je l’utiliserai pour faire tomber cette municipalité.» A l’époque, Isidore boudait parce que Titine lui avait préféré son grand concurrent – le groupe Barrière – pour l’exploitation du nouveau casino de Lille. «Normal, le conseiller en manifestations culturelles du futur casino est un de ses collaborateurs », accusait alors Isidore. Cash ! Eh oui, ça se passe comme ça dans l’univers impitoyable des casinos : tout est affaire de relations. Et ça, Isidore en sait quelque chose.

Premier casino ? Saint-Amand-les-Eaux

Quand il achète son premier établissement de jeu en 1972 à Saint-Amand-les-Eaux à une certaine Mme Rachez, patronne controversée criblée de dettes dont le nom est liée à l’affaire Boulin , Isidore renoue rapidement avec les bénéfices… sans trop s’embarrasser des règlements. Ah cette foutue paperasse qui étouffe les petits entrepreneurs ! L’administration lui tombe dessus : amende et interdiction d’exercer pendant six mois. La même année, impair et manque, Isidore doit faire face à un redressement fiscal. Depuis son arrivée en France en 1965… il a tout simplement oublié de payer l’impôt sur le revenu. Le pied-noir de Tiaret (ville de 200 000 habitants à l’ouest d’Alger) se dit alors qu’il serait peut-être temps de se faire des amis à Paris.

Isidore entreprend alors d’étoffer son carnet d’adresse. Notamment auprès des RG qui surveillent alors le commerce des jeux. En mai 1987, quand Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur, autorise l’exploitation des machines à sous en France, c’est bingo ! La gouaille et l’entregent du bonhomme, amateur de cigares et de bons mots, font merveille pour obtenir des autorisations auprès des mairies un peu partout en France. « Il est scandaleusement parrainé par les Renseignements généraux » persifle alors un concurrent jaloux. En devenant le premier contributeur de la fondation humanitaire France-Libertés de Danielle Mitterand, le nom d’Isidore résonne même favorablement aux (grandes) oreilles de l’Elysée. Et si Isidore n’est pas au Fouquet’s le soir de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007, Enrico Macias, grand ami de la famille et administrateur de plusieurs établissements du groupe, chante place de la Concorde (voir ici).

Sale période : heureusement, le LOSC redonne un peu de baume au coeur à Isidore

Quand Isidore passe la main à son fils Patrick, ce dernier hérite d’une société de 6.000 salariés réalisant 450 millions d’euros de chiffre d’affaires et comptant 40 casinos. Le fiston a visiblement retenu quelque chose des méthodes à la hussarde du pater. « En France pour être entendu, il faut gueuler, alors je gueule » déclare-t-il dans Challenges en mai 2006. En 2007, pour s’être attaqué de front au monopole de la Française des jeux et du PMU et à l’interdiction des jeux en ligne en installant des sites de poker depuis Gibraltar, Malte et Bélize, il écope d’une condamnation à 12 mois de prison avec sursis et 40.000 euros d’amende. Avant d’être relaxé en appel deux ans plus tard. Moins glorieux, en février de l’année dernière, Patrick Partouche était placé en garde à vue à Cannes dans le cadre d’une enquête financière mettant en cause Michel Soret, figure du milieu niçois, interpellé en mai 2009 à Ronchin (on en revient toujours à la région) et mis en examen pour tenue de jeux clandestins, trafic de cigarettes, extorsion de fonds et association de malfaiteurs (en savoir plus).

Touché par la crise, l’interdiction de fumer dans les lieux publics et la libéralisation du jeu en ligne, le groupe a annoncé en février dernier des pertes de 58 millions d’euros en 2010. Fortement endetté, le groupe a vu sa fortune passer de 564 millions d’euros en 2007 à 72 millions l’année dernière et il a dû accepter le mois dernier l’entrée dans son capital de la société d’investissement Butler Capital Partners. Conséquence immédiate : pour la première fois depuis sa création en 1973, l’entreprise n’est plus dirigée par un membre de la famille, Patrick ayant dû laisser sa place à l’ex-directeur général du groupe Fabrice Paire. Coup dur pour le patriarche qui a toujours placé la famille au centre de ses ambitions et qui aime à rappeler que « son entreprise compte autant de casinos que de neveux ». Quelques jours plus tard, le LOSC remportait le Coupe de France, puis le championnat. Un peu de baume au cœur pour l’as des tapis verts.

Photo : Isidore Partouche en 1996 (capture d’écran INA)

Quelques Google Portraits de DailyNord :

Patrick Kanner, cet illustre inconnu

Mais qui est Audrey Linkenheld, l’inconnue d’Aubry ?

Christian Vanneste : né un 14 juillet

Fernand Duchaussoy sous l’oeil de Google Brother

Mais qui sont les femmes panthères ?

L’étrange Monsieur Dumont

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Console toi Isidore, si le PS dit banco à Aubry pour 2012, il finira à poil.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture