Révérence royale

Un élu de base, selon l’expression consacrée. Patrick Roy, qui a lutté en vain contre un cancer, laissera un bon souvenir. Etrange coïncidence, je suis allé me promener ce week-end à Denain (l’un des plus beaux théâtres à l’italienne au Nord de Paris), commune ouvrière, industrielle, marquée par les crises économiques et sociales, frappée par une pauvreté effrayante. Denain…son équipe de basket championne de France (Jean Degros, un capitaine hors normes, ambidextre et meneur de jeu : “en forme, il est meilleur que les américains…pas les américains d’ici, hein, les américains de là-bas !” …répétait l’un de ses amis, entraineur d’athlétisme). Des élus de terrain et de terroir comme il y en a tant ? Voire. Je fais le rapprochement avec une émission sur LCP consacrée à la décision politique, hier soir : l’ENA et les grands corps sont les voies privilégiées – dans tous les sens du terme – pour décider pour les autres. On a même envie de dire à la place des autres. Heureusement qu’il y a des types comme Patrick Roy, qui mettent du simple dans le compliqué, qui n’oublient jamais qui ils sont ni où ils ont grandi et vécu, qui font leur job sérieusement sans se prendre au sérieux (cf son appétence non simulée pour le hard-rock et le heavy metal et ses apostrophes remarquées aux ministres. Dans sa jeunesse, il fut le manager amateur de groupes rock locaux tendance punk que l’auteur de ce blog fréquenta, Liebroman, Les Vazelines,…aux noms si évocateurs). Modestement et justement. Peut-être qu’il n’y en a pas assez ? Pour la démocratie, une voie royale.

5 Commentaires

  1. Merci pour cet hommage. Monsieur Roy était un gentil trublion aimé de nous tous, qui suivons la politique de près ou de loin. Une épine dans le pied de l’Assemblée Nationale qui donnait un peu de couleurs aux débats trop souvent monotones et monocordes.
    Il nous manquera, c’est une certitude. Je me souviens de son intervention lorsqu’il dit ‘La vie est belle”.
    Bon vent Monsieur Roy, Un Roy à l’Assemblée Nationale…. Il aura tout fait pour nous faire sourire ce Monsieur.

  2. Paresse de ma curiosité, j’étais persuadé jusqu’à l’annonce de son décès que Patrick Roy était PCF… ! Dommage d’ailleurs. N’oubliez pas qu’il était instituteur, et ce n’est pas insulter sa mémoire que de dire que l’Éducation nationale constitue un sacré terreau chez les élus socialistes (certainement une époque révolue désormais). En attendant, je rejoins votre analyse. Des “mecs” comme Patrick Roy constituent une bouffée d’air pur dans le landerneau de la politique. Mais je doute que PS et UMP aient le souci de promouvoir de tels hommes et femmes. Pas assez formatés. Pourtant, un hémicycle allègrement rempli de Patrick Roy amènerait certainement les Français à porter un intérêt plus prononcé vers la politique. Ce que ne veulent surtout pas ces ringards des partis majoritaires. Fini Danton, place aux moutons (et la Le Pen en profite dans la foulée). Et c’est justement parce qu’il a marqué les esprits par sa singularité que Patrick Roy manquera à l’Assemblée. Il apportait de la couleur aux débats. Et pas que par ses vestes…
    NB: J’imagine (j’en suis même sûr) que l’entraîneur d’athlétisme auquel vous faites référence n’est autre que Pierre Legrain, l’homme qui a “enfanté” puis sculpté le plus grand hurdler français de tous les temps. Dommage que Chirac ait pris la suite, faisant de Guy Drut l’un des ministres de Sports les plus pitoyables de la Ve République. Mais pour avoir assisté à l’émotion -réelle- de la remise de la Légion d’Honneur de l’élève à son maître, je pardonne volontiers à l’enfant de Oignies.

  3. Oui, il s’agit bien de Pierre Legrain, ancien international lanceur de marteau, qui avait fait de l’Etoile d’Oignies un des meilleurs clubs d’athlétisme en France avec des champions comme Guy Drut, vice-champion olympique du 110 mètres haies à Munich, en 1972, et qui prendra la poudre d’escampette au Stade français ensuite et remportera la médaille d’or à Montréal quatre ans plus tard (je me souviens que J. Degros aussi avait eu une incartade avec le club de Reims une année, sais pus quand exactement, mais ces matches de l’AS Denain-Voltaire à domicile… et on peut en dire autant de Berck (les frères Galle) à la même époque). Ladji Doucouré n’est pas mal aussi, quand même, question palmarès. Guy Drut ministre sera très tiède sur la candidature olympique de Lille vers 1995/96. Ingratitude ?! …
    Décidément, nous avons beaucoup de choses en commun, Mr Pas de Calais libre !

  4. N.B : Le PCF Patrick Leroy était le prédécesseur de Patrick Roy à Denain.

  5. Vous pouvez rocker au Paradis, maintenant, Monsieur Roy. Votre combat était juste sur la planète terre!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .