Martine Aubry : Mission démission

Martine Aubry est sur le point de déclarer sa candidature à la course des primaires de son parti. Question : la première secrétaire doit-elle quitter son poste Rue-de-Solférino, et quand ? Un scenario validé par l’intéressée depuis longtemps. Manière pour la maire de Lille de prendre de la hauteur et de montrer qu’elle n’est pas la candidate d’un parti, toujours en délicatesse avec l’opinion, mais que sa décision relève bien d’une proposition personnelle faite au pays. Tout en ménageant la vieille prévention des socialistes d’appareil vis-à-vis de l’élection présidentielle modèle 1958. On sait que c’est probablement Harlem Désir qui la remplacera (on n’ose dire lui succédera) pendant cette séquence pré-électorale de plusieurs mois. Mais avec quelle autorité ? Au-delà des aspects procéduraux liés à une telle décision – faut-il réunir un congrès socialiste pour ce faire ? si non, quelle légitimité et quel statut pour un premier secrétaire de transition quasi non élu ? -, l’opération est risquée car la fragile unité du PS pourrait bel et bien voler en éclats. Pour accoucher d’une nouvelle guerre des ego qui ne demande qu’à surgir. Et ce juste avant les primaires, dont personne ne peut prévoir l’issue ni le déroulement, faute de références et de précédents. A fortiori avant la présidentielle, dont le jeu apparaît au moins aussi ouvert qu’en 2007 (à tout le moins onze mois avant le scrutin). La première secrétaire peut aussi quitter son poste une fois investie par les primaires. Et donner l’impression que le parti est en ordre de marche. Mais si les primaires capotent, on ne voit pas l’intérêt de lâcher la “vieille maison”.
La déclaration de candidature de Martine Aubry, doublée de l’annonce de sa démission, la propulsera presque mécaniquement au niveau de son principal concurrent, François Hollande, lui aussi détaché des jeux d’appareils qu’il ne connaît que trop bien, avec tous les risques d’un affrontement bloc contre bloc. L'”effet Aubry” passé, il s’agira pour la maire de Lille de transformer l’essai et de fixer l’opinion du peuple de gauche sollicité pour les primaires, d’abord, pour la présidentielle, ensuite. Dans sa quête de l’onction des primaires, Martine Aubry sera-t-elle épaulée par les éléphants socialistes comme elle le fut pendant le congrès de Reims en 2008 ? Le ralliement d’un Laurent Fabius à la maire de Lille est certes de bon augure (voir billet :” Primaires socialistes : Le temps des renforts”, 18/05/2011). Le prochain rendez-vous sera bien l’université de rentrée de La Rochelle, fin août, promise à une démonstration de forces dans chaque camp. Mais la mission démission de Martine Aubry sera probablement accomplie.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .