L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Lille, Dunkerque, Cambrai : elles sont toutes premières de quelque chose !

DailyUne | Réflexions Par | 16 mai 2011

Avez-vous déjà remarqué comme nos villes ou nos offices de tourisme se vantent facilement des atouts de leurs territoires ? Normal, nous direz-vous, c’est le jeu. Tout à fait d’accord. Sauf qu’à force de se déclarer toutes première de quelque chose (ou capitale ou principale ville, etc.), on s’y perd parfois. La preuve à travers cette petite balade régionale parmi les premières villes de quelque chose…

Baladons-nous d’abord dans l’ouest de la région. Au hasard. Ses ports : Calais, Boulogne, Dunkerque. Question bête : quel est le premier port de France qui se cache dedans ? Calais ? Boulogne ? Dunkerque ? Allez, on va dire le dernier au hasard. Les spécialistes s’offusquent. Ils ont tort : car la cité de Jean-Bart est bien placée dans le domaine des ports français. Et même en tête : premier port d’importation des minerais et charbons, premier port d’importation des bananes antillaises, premier port d’exportation d’acier, premier port d’exportation de sucre… Une litanie de premières places hyper-spécialisées (l’importation de bananes antillaises, ce n’est quand même pas très grand public !) qui ne détrône cependant pas Calais : premier port français en terme de voyageurs (ville qui devrait d’ailleurs posséder le plus grand centre logistique au nord de Paris en 2013). Ou Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français et premier centre européen de transformation de poissons !

Fourmies et Hazebrouck sont aussi premières dans leur genre

L’exemple se suffit à lui-même et le domaine des ports est particulièrement parlant (Le Havre se distingue par exemple comme le premier port français au point de vue du commerce extérieur, et vous pouvez faire toutes les côtes, vous trouverez une litanie d’exemples). Dans nos sociétés modernes, à l’heure d’internet et de la compétition effrénée entre territoires et zones d’influences économiques, chacun essaie de se détacher comme il peut à coups de campagnes de communication à tout va. Et en cherchant bien, parmi les entreprises, les zones d’activités, voire l’histoire de la ville, on va bien trouver un lieu ou terme à accoler à « première ville », « premier centre », « plus grand » ou « capitale », histoire de se vendre un peu mieux au chaland. Exemple avec la petite commune de Fourmies (13 000 habitants à tout casser) à l’autre bout de la région (désolé pour les Avesnois, on vous aime bien quand même, relisez notre enquête à votre sujet). Fourmies, première ville de quoi alors ? Fourmies fut le premier centre mondial de filature de laine. C’était il y a bien longtemps, mais ça fait toujours bien de le rappeler pour attirer les touristes. Quand Hazebrouck, dans les Flandres, se démarque « avec sa première gare TER de la région », ce qui est bien sa seule première place après avoir rêvé de devenir « capitale du cycle » dans les années 50…

Roubaix, Cambrai, Valenciennes : quand on est premier, on le fait savoir. Quand on est dernier…

Et on pourrait multiplier les exemples. Roubaix, par exemple. Capitale des bonnes affaires et premier centre de magasins d’usines à ouvrir en Europe, ancienne capitale mondiale du textile, première ville de la métropole lilloise labellisée “Ville d’art et d’industrie” par le Ministère de la culture… Dans le même genre, Cambrai se targue d’être la première ville du Nord à obtenir le prestigieux label Ville d’art et d’histoire, tandis que Valenciennes est la première ville (tranche de 10 à 50 000 habitants) artistique de France, selon l’un des classements publiés par Arts Magazine. La presse, d’ailleurs, qui use à tout va des classements pour comparer les villes entre elles, est en partie responsable de cette course aux premiers. Assez révélateur d’ailleurs : quand votre commune est première, vous êtes sûr de retrouver la mention quelque part sur le site de la mairie, l’Office de tourisme ou quelques documents à la gloire de la ville. Quand elle arrive en milieu de tableau ou pire en bonne dernière (ou que le classement distingue les mauvais élèves, voir plus bas), là, il n’y a plus personne…

Lille : la cumularde des premiers

Alors bien sûr, vous l’avez remarqué (et notre commentateur fétiche Pasdecalaislibre s’en réjouissait déjà), nous n’avons pas encore parlé de Lille dans notre classement des premiers. Ne vous inquiétez pas, ça arrive, mais il fallait réserver à la première ville de la région et capitale des Flandres un paragraphe entier… Première municipalité de France présidée par un socialiste par exemple (Gustave Delory, 1896, un bon point pour Martine en 2012 ?), première ville française en matière d’indice de satisfaction des chefs d’entreprises européens, première ville où il fait bon entreprendre, ville où on trouve le plus grand sauna-bar masculin nord-européen (et ouais…), première ville étudiante hors de Paris… Ben oui, vous l’avez remarqué : après première il y a souvent une précision bienvenue : hors de Paris, nord-européen, etc. Histoire de ne pas voler la vedette aux vraies premières même si en général c’est de toutes façons généralement invérifiable (et qui irait vérifier ?). Et d’ailleurs, quand on n’est malheureusement pas premiers, on trouve toujours quelque chose à dire pour sauver la face. Exemple avec le Port de Lille : pas premier, mais parmi les plus importants, est-il noté. Ça peut-être deuxième, troisième ou dixième, mais là, l’intérêt, c’est de ne pas le préciser…

Lille et Roubaix : les premiers qui font tâche

Lille (et c’est d’actualité depuis qu’une vidéo est apparue au premier rang de la scène médiatique il y a quelques semaines) qu’on retrouve aussi comme première ville islamique de France, classement fantaisiste propagé à vitesse grand V sur le net par les chantres de l’extrême-droite et de l’identité nationale… Comme Roubaix est fréquemment associée à la première ville musulmane de France, autre donnée complètement fantaisiste… Classements qui pourraient prêter à sourire s’ils ne véhiculaient pas des valeurs et préjugés inquiétants que les municipalités concernées aimeraient d’ailleurs bien voir disparaître, mais qui sont néanmoins les plus associés aux communes à regarder sur le net (tapez Lille  – ou Roubaix – , première ville, sur Google vous verrez le résultat). Sachant que pour Roubaix, on a aussi, Roubaix, première ville la plus pauvre de France…

Photo de Une : Le port de Boulogne-sur-Mer, Stéphane Dubromel

A lire ou relire sur le sujet des classements à foison :

Palmarès : la carte de la foire aux classements

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus