Lang et les vipères

Que n’a t-on pas entendu sur les propos de Jack Lang au sujet de la caution de DSK? Je m’étais dit que tout ce ramdam ne valait même pas un petit billet, mais le buzz continue et les ayatollahs de la bien-pensance persistent et signent. Le prof de droit ne faisait pourtant qu’expliquer un point de procédure juridique américaine. “Il n’y a pas mort d’homme“…Une expression qui n’est même pas ambigüe puisqu’elle ne s’applique pas en l’espèce pratique mais se rapporte bien à une généralité théorique. Un peu le synonyme de crime de sang qui, aux Etats-Unis, exclut toute possibilité de caution, et c’était précisément ce que Jack Lang voulait expliquer. Et si le Djack avait dit “il n’y a pas mort de femme“?…il se rapportait au cas DSK et cela changeait tout. Une maladresse qui pourrait lui coûter cher puisque l’Elysée songe à l’évincer des prétendants au beau poste de défenseur des droits (Dominique Baudis autre grand “lynché”, tiendrait la corde). On ajoutera que Jack Lang est une proie facile, lui qui attire la rumeur et la critique comme l’aimant la limaille. Un lynchage en entraînant un autre, le député du Pas de Calais fait les frais d’une certaine hystérie qui amalgame son propos ainsi tronqué à LA cause en l’isolant et le décontextualisant. Typiquement stalinien. Ajoutons que personne n’a la mauvaise idée de prétendre que le viol ou sa tentative n’est pas un crime grave. Autrement plus répréhensible, le propos de Jean-François Kahn sur le “troussage de domestique”. L’intéressé a fait amende honorable. Mais quelle triste épitaphe pour celui qui annonce la fin de sa carrière journalistique (Hier au Grand journal, Christine Ockrent, qui s’exprimait sur son cas à elle – elle quitte France 24 dans des conditions qui tiennent de la guerre psychologique – lui porta une estocade remarquée: “Il annonce son retrait du journalisme…J’ignorais qu’il en fît encore…”).
Remarque sur le cas DSK. D’ici quelque temps, la victime présumée, pour l’heure femme de chambre, recevra fort probablement un gros chèque en guise de dédommagement (on parle déjà de plusieurs millions de dollars). Drôle de cause, qui se monnaye ainsi. Mais nous sommes aux Etats-Unis. Quand Nafissatou Diallo sera riche…comment réagiront les avocats de LA cause à la soudaine richesse de leur chère victime, si bankable sur le marché aux idées tant qu’elle est pauvre*? Une vraie légende digne de l’Oncle Sam. De Dickens à “Dallas”, qu’il est tortueux le chemin de la vertu.

* Et je n’ignore pas qu’une part de ce pactole servira à rémunérer les avocats et experts de la partie civile. Tout cela ne minimise en rien les faits reprochés à DSK et subis par la victime présumée.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .