Borloo au pied d’un très grand mur

Pour l’ancien maire de Valenciennes, le point de non-retour est atteint. Son interview de ce jour dans la Voix du Nord appelle commentaires. S’il renonce, il donnera prise à ses détracteurs qui lui reprochent ses hésitations et un tempérament velléitaire, sans oublier cette allégeance aux gouvernements de droite pendant huit ans qui rend artificielle et opportuniste sa posture actuelle. Incompatible à qui prétend aux plus hautes fonctions. C’est peut-être même Matignon qui s’éloignerait en cas de réélection de Sarkozy (voir billet: Borloo entre chien et loup, du 8 avril 2011) : on ne nomme pas premier ministre quelqu’un qui a capitulé en rase campagne. S’il plonge dans la mêlée, il prend le risque de faire perdre ce dernier par un mauvais report de voix et surtout un éparpillement à droite au premier tour. Un 21-avril à l’envers, une hypothèse rêvée pour Marine le Pen et…la gauche. Borloo n’est ni Chirac -qui avait fait perdre Chaban et Giscard- ni Chevènement (qui avait contribué à la perte de Jospin). Le président du parti radical, personnalité sensible et tourmentée, ne voudra jamais porter un tel fardeau. Borloo veut se rendre incontournable mais le prix éventuel à payer est peut-être trop élevé. Et le seul à gauche qui aurait pu le “blanchir” d’une monumentale traîtrise était un Dominique Strauss-Kahn vainqueur, le propulsant à Matignon après son ralliement entre les deux tours. Jamais un Hollande ou une Aubry n’auront de tels égards pour un Borloo, membre de gouvernements de droite pendant huit ans. Paradoxalement, la mise hors-jeu de DSK lui ouvre une portion d’autoroute sur ce centre déjà bien encombré (Bayrou, Villepin,…). Le dilemme est patent. Pour JLB, il s’agit désormais de sortir par le haut. Et de s’imposer à droite. Les sondages le créditent de statistiques flatteuses encore insuffisantes, mais sa confédération des centres lui ouvre quelques perspectives. L’ex-ministre de l’écologie, qui n’a pas digéré ni son éviction ministérielle ni son ratage pour Matignon, dispose de onze mois pour s’affirmer. Son adversaire s’appelle Nicolas Sarkozy. Et c’est ce qui le fait hésiter. Pour Jean-Louis Borloo, le point de non-retour est atteint. Il lui reste à le dépasser.

1 Commentaire

  1. Avec une Valérie Létard dans ses valises ce n’est pas un point de non retour, c’est un aller simple dans le mur. De quoi faire passer la 7e compagnie pour un commando d’élite de l’US Marines. Plus sérieusement, JLB a réalisé des choses concrètes à Valenciennes mais sorti du périmètre du Hainaut ? Ses maisons à 100 000 euros, le triomphe interplanétaire du Grenelle de l’environnement que même les martiens nous envient ou encore la signature en loucedé de l’autorisation d’exploitation des gazs de schistes avec le pataquès -justifié- que l’on sait? Son importance sur la scène nationale (au niveau international n’en parlons pas, François Hollande à coté c’est Mickael Jackson) ne tient qu’à la sympathie que les médias lui vouent (un “bon client” dans le jargon). Mais pour jouer dans la cour des poids lourds, il faut être entouré de poids lourds, pas de camionnettes. Et encore je suis gentil parce que le parc du Centre ressemble plutôt à une flotte de scooters pour livrer les pizzas.
    Ce n’est donc pour l’instant qu’une marionnette parmi les autres, de celles qui doivent donner à manger aux médias et donc au bon peuple pour entretenir un feuilleton programmé sur un an, celui des présidentielles. D’ailleurs, soit dit en passant, à ce rythme là, le compte à rebours des présidentielles 2017 débutera dès 2014. Il est bien gentil le JLB mais quand les choses sérieuses débuteront, il fera autant le poids qu’un Asloum face à Tyson. Entretemps, je suis sûr qu’il jouera son rôle à fond pour occuper la galerie. Mais s’agit-il encore de politique?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .