L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Péage autour de la métropole : chiche…à une condition…

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 26 avril 2011

On parle beaucoup d’un péage autour de la métropole lilloise pour réguler le trafic des véhicules entrant, sortant et surtout traversant l’agglomération lilloise. Je suis incapable de dire si un tel dispositif serait efficace. Et pourquoi pas ? Une seule condition, que nos chers élus politiques et consulaires n’évoquent naturellement jamais. Créer une nouvelle taxe, chiche ! Mais supprimons-en une simultanément, de préférence une taxe locale. Pour ne pas compliquer le maquis des taxes et impôts qui caractérise notre beau pays. Par souci d’équité fiscale – une tarte à la crème – : faire payer l’usager plutôt que le contribuable ? Mais ce sont les mêmes personnes, voyons. Une nouvelle taxe, why not ? Pour en supprimer une, il n’y a que l’embarras du choix…

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. Pas d’accord Marc!
    Pour une simple et bonne raison: les flux -majoritaires- de voitures qui convergent vers la métropole concernent pour la plupart les travailleurs obligés d’habiter dans les villes et secteurs périphériques. Donc leur travail apporte une richesse supplémentaire au royaume de Martine Aubry. Il n’y a donc absolument aucune raison de supprimer une taxe au bénéfice d’une agglomération vampirisant les activités économiques et administratives au détriment du reste de la région. Une seule vraie solution alternative s’impose: une répartition plus harmonieuse de ces activités sur l’ensemble du territoire. Et les avantages seraient multiples: proximité du lieu de travail = usage réduit de la voiture donc économie d’énergie et dissolution mécanique (sic) du trafic; stress en berne et vie familiale retrouvée; plus aucun argument pour nos élus quant à la création de nouveaux axes routiers (tant pis pour leurs caisses occultes…); une chance supplémentaire pour le commerce de proximité, la consolidation du lien social, un intérêt plus assidu quant aux rouages de la démocratie locale…
    En fait, il s’agirait de taxer les entreprises s’implantant dans la métropole plutôt que dans des secteurs plus défavorisés. Mais que ne dis-je pas là, les édiles de LMCU ne sont pas disposés à partager le fromage. Dans ce cas, il ne faut pas pleurer à cause de cette invasion mécanique. De ces causes, je persiste à dire qu’il s’agit donc de taxer les auteurs et non les acteurs.

  2. @pas de calaislibre

    Ben, je suis d’accord avec vous grosso modo, ce que je dis c’est “à nouvelle taxe, suppression d’une taxe”, laquelle ? La moins efficace, la moins équitable, la moins rentable,…on a le choix. Un principe que l’on pourrait peut-être même constitutionnaliser.
    Après, problème de ressources fiscales ? ! Il n’y a pas de bonnes ressources fiscales, il n’y a que de la bonne gestion et de la bonne dépense.

  3. Bonjour,
    cette note est pertinente, et la réaction l’est tout autant.
    Je me permets de rebondir sur les deux billets :
    empiler les taxes … ce qui pose problème c’est qu’en l’occurrence, celui qui peut payer, obtient le droit à la ville.
    J’étais très favorable à la notion de péage urbain, jusqu’à ce qu’on me fasse remarquer qu’il s’agit d’un privilège octroyé à l’argent. Finalement la situation athénienne, où déjà il y a plus d’une décennie, les voitures étaient autorisées à circuler un jour sur deux (contrôle simple des plaques minéralogiques) était à la fois tellement plus arbitraire, et plus équitable, avec vraie incitation au covoiturage. Certes, ceux disposant de plusieurs véhicules étaient avantagés … aucune solution socialement juste, donc ?
    Ce qui serait juste, c’est une vraie amélioration des transports en communs, que ce soit pour les habitants venant travailler depuis l’extérieur ou pour les métropolitains. L’inflation des tarifs Transpole à la rentrée dernière fait quand même réfléchir, certes le ticket unitaire de base est valable sur l’ensemble du réseau, mais compte tenu de son organisation, l’utiliser sur un déplacement dans toute son extension est plutôt très très chronophage ! et cela renvoie à la décennie 1990 où nous avons eu le rare privilège d’avoir les transports en commun les plus chers de France.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .