L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Un après-midi au tribunal de proximité

DailyUne | Réalités Par | 16 mars 2011

C’est le tout petit échelon judiciaire. Ici, on est très loin des grands procès d’assises. Encore loin même de la correctionnelle avec ses dealers à la petite semaine ou ces arnaques de bas niveau qui font le bonheur de notre carte du Petit Banditisme. Le tribunal de proximité règle les petits litiges de la vie quotidienne, juge les petites infractions routières et s’intéresse aux prémices du tout petit banditisme. Jamais avare en sensations fortes, DailyNord a assisté à une séance dans une petite ville de la région. Ambiance.

justice-proximite

On sent tout de suite le peu d’habitude d’une partie de l’assistance présente. Lorsque le juge de proximité entre, seuls les avocats se lèvent en ce début d’après-midi ensoleillé dans la campagne nordiste. « Merci à ceux qui ont eu le respect de se lever », maugrée le nouveau venu. Il faut dire que l’ambiance est un peu bizarre pour quiconque a déjà assisté à une audience correctionnelle : ici, une partie des gens ne sait même pas où se trouve la salle d’audience et vient parfois pour la première fois au tribunal. Certains ont saisi le juge de proximité pour régler les petits litiges de la vie quotidienne, d’autres sont convoqués pour des infractions routières de bas étage, annonce la profession de foi de la juridiction de proximité créée au début des années 2000 pour désengorger les tribunaux d’instance (plus d’infos sur les juges de proximité par là).

“Vous n’irez pas en prison pour ça”

Les petits litiges de la vie quotidienne et les infractions routières de bas étage ? On va en avoir un aperçu au cours de cette longue après-midi (quatre heures d’audience au bas mot). Déjà dans les délibérés rendus en début d’audience : celle-ci est relaxée pour son défaut d’assurance car elle peut rouler un mois avec sa vignette. Mais en revanche, elle est condamnée pour le non-port de ceinture. L’amende ? Dérisoire. De toute façon, ici, on ne tape jamais très haut sur le portefeuille…

C’est l’heure du premier litige. L’homme n’est pas là, il a choisi un avocat pour le représenter. Motif de sa contestation : il est passé à l’orange, mais conteste. Fascinant, non ? Ce sera ça toute l’après-midi. Là, c’est un excès de vitesse : 80 au lieu de 50, là-bas, 150 km/h pour 110 km/h. A chaque fois, c’est contesté. Pourquoi ? « La police ne pouvait pas voir ». « Mais, non, je ne collais pas la voiture de devant, ce n’est pas vrai », « mon stationnement n’était pas dangereux. Gênant peut être mais pas dangereux. Regardez, j’ai les photos. Oui, je sais, c’est toujours le même angle, mais bon… ». L’objectif ? Eviter parfois l’amende, surtout le retrait de points, notamment quand ils ont déjà fondu comme neige au soleil. Ce sera donc cela l’essentiel des audiences de l’après-midi : la sacro-sainte voiture, ses excès et tentations. De petites infractions en général et, à chaque fois, la leçon du magistrat qui demande l’honnêteté car “ça ne sert à rien de nier l’évidence” face à un vieux roublard comme lui  : « Vous n’irez pas en prison pour ça (le juge de proximité ne peut pas prononcer de peine d’emprisonnement, Ndlr), mais vous vous rendez compte les conséquences que ça aurait pu avoir ? » Avant de déclarer, derrière les réquisitions du Ministère public : « Délibéré après la suspension de séance. Moins 20% si vous payez dans le mois ». La promo de l’après-midi ? Non, “la loi ».

Les policiers (ou gendarmes) racontent n’importe quoi

Mais il n’y a pas que la voiture. Avant l’arrivée d’une jolie avocate qui émoustille l’assistance masculine, il y a aussi le tapage nocturne. Comme ce quinquagénaire qui aime mettre sa musique très (trop) fort. Pas correct pour les gens qui travaillent : « si vous ne travaillez pas, il ne faut pas faire payer les autres ». Les autres, d’ailleurs, déclare notre homme, ce sont eux qui foutent le bordel dans le HLM à coups d’extincteurs qu’ils vident sur son palier. Rien à voir, mais il se défend comme il peut. Il essaie. Plus avenant en tout cas que ce gamin affalé sur la barre, de quoi énerver nos magistrats : « La tenue négligée, ça ne va pas arranger votre cas. » Quand un autre est là, à côté de son ex, parce qu’il a menacé le nouveau copain de son ex par Textos. Avant de se remettre avec (son ex, pas le nouveau copain, enfin, vous avez compris…). Pour ce couple, c’est autre chose : monsieur l’a frappé, mais madame continue de le provoquer. Oui, elle le cherche. Du grand art. Là, notre dame repart en larmes pour avoir bu un coup de trop au volant de sa voiture électrique. Bref, du lourd, du très lourd, qui ne ferait même pas l’honneur de notre carte du petit banditisme. Mais des réflexes de défense pour certains à faire penser à la correctionnelle (même si la plupart restent très discrets et intimidés par la grande salle d’audience) : c’est pas moi, c’est l’autre, je suis dans mon droit, les policiers (ou gendarmes) racontent n’importe quoi pour les plus téméraires. Et au final, une ambiance plutôt détendue entre ceux qui ne veulent pas payer leur amende, ceux qui sont accusés d’avoir vendu un paquet de clopes à un mineur ou ce gérant d’entreprise convoqué parce que ses employés se prennent des amendes à tout va et qu’il n’avait pas de fiche de rapport de conducteur. “Ça aura au moins servi à cela », note-t-il. Et un juge de proximité qui se permet quelques plaisanteries sur le salaire mirobolant des fonctionnaires d’une grande communauté urbaine de la région, tout en s’assurant des ressources de la personne citée à comparaître pour ne pas la mettre dans la panade. L’ambiance de la proximité. On vous avait prévenu : ici, ce ne sont pas les Assises.

Dessin : Ray Clid. Retrouvez tous ses dessins sur son blog.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture