DailyUne | Réflexions Par | 09H50 | 07 mars 2011

Parité en politique : dans le Nord – Pas-de-Calais, il y a encore du boulot !

Ce mardi, c’est la Journée de la femme. Chouette. Dans moins de deux semaines, le premier tour des cantonales. Génial. Vous voyez où on veut en venir. Femme + politique font-elles bon ménage dans nos institutions régionales depuis le temps que nos élus nous parlent de parité ? Beaux discours ou réalité ? A vrai dire, il y a encore beaucoup de boulot à part pour l’une de nos collectivités. La preuve en chiffres.

Naïvement, on pensait que le boulot avait été fait. Qu’à force d’en parler (la première loi dite sur la parité a été promulguée en 2000), désormais, les femmes accédaient quasiment autant (il ne faut pas exagérer non plus) aux hautes distinctions politiques comme les hommes. D’autant plus que parmi les trois présidentiables nordistes (Borloo, Aubry, Le Pen), deux sont des femmes (Aubry, Le Pen pour ceux qui ne pigent rien à rien).

Candidats aux cantonales : la part des hommes

Eh bien que nenni, mon cher monsieur. Dans le Nord – Pas-de-Calais, on aime les femmes… dans la cuisine. La preuve vient de tomber de nouveau avec les déclarations de candidatures aux cantonales 2011 (dans quelques jours, on vous le rappelle : relire les cantonales pour les (vrais) nuls). Dans le Nord, on compte 221 candidats pour 40 sièges. Parité oblige, la loi institue désormais d’avoir un ticket homme-femme (titulaire + remplaçant). Mais elle ne pousse pas le vice à instituer dans quel sens. Du coup, les hommes en profitent : 162 sont candidats en première ligne contre 59 femmes. Le Nord machiste ? Le Pas-de-Calais aussi, rassurons-nous tout de suite : 210 candidats pour 38 cantons et là aussi, on s’amuse. 160 hommes virils qui se présentent en tant que titulaires pour 50 femmes.

A pleurer ? Vous n’avez pas fini. Analysons brièvement la composition actuelle des conseils généraux de la région (qui ne seront plus valables d’ici quelques jours donc). Il vaut mieux apprécier l’humour gras des messieurs, leur passion pour le football et la nourriture riche. Dans le Nord, sur les près de 80 conseillers généraux, une quinzaine de postes sont actuellement dévolus aux femmes. Dans le Pas-de-Calais, qui possède à peu près le même ordre de grandeur de conseillers généraux, on ne retrouve que huit représentantes du sexe faible. Vraiment faible pour le coup. On vous l’a dit, ça fait peur. Et à ce titre, on apprécie l’édito de Bernard Derosier, président du Conseil Général du Nord, qui notait en mars 2010 dans le magazine départemental (lire l’édito en page 3) que la parité allait reculer avec la réforme territoriale. Parce que ça peut être pire ?

 

Mieux ou moins bien qu’ailleurs ?

A chaque élection, l’Observatoire de la Parité livre ses analyses de scrutins. Le Nord – Pas-de-Calais est-il plus machiste qu’ailleurs ? Pas forcément. Dans les conseils généraux français, selon une étude de 2008, les hommes sont largement majoritaires avec 86,9% d’hommes ! A noter que dans l’Ariège, la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne, on ne trouve aucune femme… Ce même observatoire avait refait le même calcul avec les députés. Et là, en revanche, la région se distinguait en 2007 par un machisme exacerbée. Le Nord s’offrait même le nombre de sièges d’écart (homme-femme) le plus élevé de France (2 femmes pour 22 hommes). Le Pas-de-Calais suivait de peu avec 3 pour 11.

Seize villes de plus de 30 000 habitants, deux femmes…

Elargissons la démonstration à quelques mandats représentés dans la région. Cherchez des femmes députées par exemple… Dur, dur, non ? Allez, cinq sur trente-huit (il y en avait six mais depuis que Jean-Louis Borloo est revenu, Cécile Gallez a été priée de faire ses bagages). Maires des grandes villes de la région (plus de 30 000 habitants) ? Boulogne, Arras, Maubeuge, Cambrai, Liévin, Lens, Dunkerque, Tourcoing, Roubaix, Marcq-en-Baroeul, Wattrelos, Villeneuve-d’Ascq, Douai, Valenciennes sont tenues par des… hommes. Restent juste Calais pour Natacha Bouchart et bien sûr Lille pour Martine Aubry. Ça fait peu, très peu… même si on pourra toujours se dire que le patron de Lille Métropole Communauté Urbaine est une patronne.

On applaudit le Conseil Régional

Alors, pour une fois, nous voilà bien obligés de jeter des fleurs au Conseil Régional. La seule institution respectant quasiment la parité (grâce au scrutin de liste ?). 49,6% des élus sont des femmes. Un chiffre qui était le même d’ailleurs dans le précédent mandat (2004-2010), mais qui était beaucoup plus faible entre 1998 et 2004 (32,7%). Un Conseil Régional (qui avait d’ailleurs été dirigé par une femme entre 1992 et 1998, Marie-Christine Blandin) qui s’offre même de la mixité aux postes de vice-présidents. Sur les quinze, sept sont des femmes. Bon, on leur donne la culture et le tourisme, des délégations souvent surreprésentées pour la gent féminine selon l’Observatoire de la Parité, mais elles ne vont pas se plaindre. C’est mieux que de faire la cuisine.

Retrouvez toutes les données chiffrées élection après élection sur l’Observatoire de la Parité.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là