L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Menace nucléaire au Japon : les écolos nordistes sont-ils indécents ?

DailyUne | Réflexions Par | 17 mars 2011

Les images tournent en boucle depuis plusieurs jours et le feuilleton tient en haleine la planète entière. Après le séisme et le tsunami, le Japon fait face à une menace nucléaire avec ses réacteurs de Fukushima. En France, les écologistes n’ont pas tardé à réagir sur le sujet via leurs blogs ou leurs interventions dans les médias. Comme Paulo-Serge Lopes, conseiller régional Europe Ecologie issu du Dunkerquois où la centrale nucléaire de Gravelines et ses six réacteurs (les plus puissants d’Europe) font figure d’épouvantail depuis de nombreuses années, en compagnie de la quinzaine de sites SEVESO du secteur. Des réactions indécentes ? On lui a posé la question (et d’autres).

DailyNord : Vous avez fait partie des écologistes à réagir sur votre blog et dans la presse à la menace nucléaire japonaise en rapportant cette catastrophe à la France. N’est-ce pas indécent alors que l’Asie est meurtrie ?

Paulo-Serge Lopes : Ceux qui nous qualifient d’indécents n’ont pas lu nos prises de position. Nous avons toujours souligné avant toute chose la catastrophe que vivaient les Japonais en leur rendant hommage. Ensuite, c’est une question de cohérence : ces positions, nous les avons depuis de très longues années, nous avons toujours été très critiques, même avant Tchernobyl. On est en tout cas plus cohérents que ceux qui signent des pactes avec Nicolas Hulot en 2007 incluant une baisse au recours du nucléaire et l’enlevant de leur programme ensuite. Que ce soit au niveau national ou au niveau régional, nous n’avons donc pas bougé d’un iota. En 2006, nous nous sommes lancés dans une étude Virage Energie dans le Nord – Pas-de-Calais pour sortir petit à petit du nucléaire par exemple. On a toujours été cohérent. Quand il y a eu des problèmes techniques en février à Gravelines, on a interpellé les autorités compétentes. On n’a pas attendu qu’il y ait des drames pour parler du nucléaire dans la région.

“On s’attendait à ce type de réactions”

DailyNord : Pour se prémunir de ces accusations, n’aurait-il pas fallu attendre un peu avant de réagir ?

Paulo-Serge Lopes : On s’attendait de toutes façons à ces réactions. Ce n’est pas surprenant. On touche à une certaine vision du monde. Mais, encore une fois, on n’a pas fait preuve d’indécence.  Si nous n’avions rien dit ces jours-ci, on nous aurait accusé aussi. Malheureusement, ces faits hors normes valident ce que l’on craint depuis de nombreuses années.

DailyNord : Que pensez-vous de la réaction de la classe politique face à cette catastrophe ?

Paulo-Serge Lopes : La plupart des partis politiques sont peu ou prou pro nucléaires. Au niveau national et au niveau local. Le maire de Gravelines, PS, n’a pas changé d’avis sur la question, il l’a confié dans la presse. Il y a toujours le fameux argument de l’indépendance énergétique, ils veulent le maintien du nucléaire. Et nous, on ne demande pas l’arrêt du nucléaire du jour au lendemain, mais un retrait progressif.

 

L’indécence a bon dos

Indécents, les écolos ? La question est posée par certains depuis quelques jours et le début de la menace nucléaire au Japon.  C’est vrai qu’ils ont réagi très vite, à l’instar de notre interviewé Paulo-Serge Lopes sur son blog, ou des élus verts tourquennois, ces derniers organisant même une veillée anti–nucléaire, peut-être prématurée (le blog). On l’avait d’ailleurs noté dans un Lu, vu, entendu dès lundi. Reste que, comme l’explique Paulo-Serge Lopes, leur discours est le même depuis de nombreuses années sur la question du nucléaire. Qu’il aurait été finalement étrange – et critiquable – qu’ils ne réagissent pas du tout et ne se déclarent qu’après la bataille. Après tout,  “les faits hors norme” qui se déroulent actuellement au Japon leur donnent raison. Et question indécence, en vie politique, on a pourtant l’habitude : quand il y a l’affaire Natacha Mougel à Marcq-en-Baroeul (ou une autre), une partie de la classe politique s’empresse de réclamer une loi sur les multirécidivistes. La même qui juge aujourd’hui les écolos n’y voyait aucune indécence… Juste de la com’ politique en fait. Où chacun profite de l’actualité pour faire avancer ses arguments. En tout décence. Ou indécence. C’est selon.

DailyNord : Dans la région, les événements japonais vont en tout cas donner une autre résonance à vos revendications…

Paulo-Serge Lopes : Dans notre programme pour les Régionales 2010, il était notamment inscrit que l’on voulait diviser par quatre les émissions de CO2 dans la région, mais aussi l’arrêt des réacteurs nucléaires de Gravelines en passant notamment par la mise en place d’une filière régionale de démantèlement des réacteurs nucléaires. Dans notre accord avec le PS au second tour, c’est inscrit noir sur blanc. On va donc leur rappeler cela prochainement : nous sommes opposés à l’implantation de nouveaux réacteurs et nous souhaitons un démantelement progressif. Là, avec ce qu’il vient de se passer, on va le remettre sur la table (on peut d’ailleurs retrouver le communiqué de presse de l’époque, Ndlr). Mais on s’attend déjà aux réactions…

“Il aurait été étonnant qu’on ait des réactions virulentes contre la centrale”

DailyNord : Etrangement, à lire dans la presse les réactions des habitants, les Gravelinois n’ont pas l’air très inquiets. Même après ce qui est en train de se passer au Japon.

Paulo-Serge Lopes : Gravelines est une ville de 12 000 habitants. 1 700 salariés travaillent directement dans la centrale nucléaire et sont tenus d’habiter dans le secteur. Et on ne parle pas des sous-traitants.  Donc, quand vous allez faire un reportage à Gravelines, il y a de fortes chances pour que vous tombiez sur quelqu’un qui y travaille, quelqu’un qui a de la famille qui y travaille, un retraité de la centrale, etc. De plus, à tous ces gens, cela fait 30 ans qu’on leur répète que tout va bien. A la décharge de la centrale, c’est vrai qu’il n’y a jamais eu d’accidents gravissimes. Mais allez poser la même question aux habitants de Calais ou de Dunkerque qui ne sont pas très loin, la réaction  ne sera pas la même… Le rapport n’est pas le même. A Gravelines, les gens sont aussi tenus par l’emploi. Il aurait d’ailleurs été étonnant qu’on ait des réactions virulentes contre la centrale.

DailyNord : En début de semaine, DailyNord publiait un article sur les risques de submersions marines dans le Nord – Pas-de-Calais (Projet CLAREC : notre littoral et ses risques cartographiés comme jamais). Vous évoquez également ces risques pour la centrale. Que pouvez-vous nous en dire ?

Paulo-Serge Lopes : Gravelines n’existe pas depuis très longtemps. Depuis le Moyen-Age en fait. Nous sommes ici sur le delta de l’Aa, la ville est bâtie sur un polder. Alors, dans les années 70, on nous a dit que la centrale allait être surelevée par rapport au niveau de la mer pour éviter justement tout problème. Sauf que depuis, rien n’a été revu avec la montée du niveau des eaux. Oui, il y a un danger.

A lire ou relire sur le sujet de l’industrie SEVESO et nucléaire dunkerquoise :

Dunkerque : les paradoxes de Jean Bart

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Un jeune membre du gouvernement de l’époque du nom de Sarkozy, faisait partie de ces bonimenteurs à la solde des lobbys du nucléaire affirmant que “le nuage de Tchernobyl ne franchirait pas nos frontières”. Plus récemment, et dans un autre domaine, le poivrot en chef des Guignols, vous avez reconnu Borloo, signait fin décembre dernier et dans une discrétion absolue, l’autorisation d’exploitation des gaz de schistes en France. Et on trouverait les écolos indécents ? Je trouve au contraire qu’ils soulignent avec beaucoup (trop?) de modération l’inconscience d’une grande part de notre classe politique, le délire suicidaire des prêtres du libéralisme et du profit à tout prix. Le jour où la nature reprendra ses droits, la note ne sera pas salée, elle aura un goût de saumure. Et nos enfants nous remercieront….

  2. C’est le titre de votre papier qui est indécent, j’espère qu’il n’est pas à prendre au premier degré… Relayer ainsi la sémantique gerbante des nombreux valets du lobby nucléaire est tout simplement criminel – mais comme toujours, il faudra attendre que le pire arrive pour qu’on s’en aperçoive…

    C’est tout aussi indécent d’avoir attendu l’accident japonais pour poser vos (pertinentes) questions. Il y aurait tellement à dire, sans même imaginer d’accident, à commencer par les conditions de travail de certains travailleurs (sous-traitants, intérimaires… soigneusement choisis pour ne pas l’ouvrir) : préparons-nous à un scandale au moins aussi important que celui de l’amiante.

    Et par pitié, qu’on cesse de nous servir l’argument de l’indépendance énergétique : la France et Areva pillent le Niger pour y extraire les matières essentielles au fonctionnement des centrales. Le jour où les habitants de ce pays se révolteront massivement à leur tour, on verra de quel côté nous sommes…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus