L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Dix ans d’Aubry à Lille : tout n’est pas si rose (1)

DailyUne | Réflexions Par | 23 mars 2011

P… dix ans.  Le 25 mars 2001, la première adjointe de Pierre Mauroy, parachutée à Lille six ans auparavant, prenait la mairie de Lille. Dix ans plus tard, c’est donc l’heure de tirer les bilans. Et à travers l’interview livrée à un grand quotidien régional la semaine dernière, on a eu l’impression que Martine n’avait fait presque que des choses bien à Lille. Certaine ? DailyNord, jamais à court de mauvais esprit, vous livre un anti-bilan. Première salve avec les échecs de Martine.

dix-ans-aubry

Heureusement qu’il y a eu Lille 2004… Parce que le premier mandat de Martine Aubry en tant que maire de Lille n’était pas parti sur les chapeaux de roues. Loin de là. Outre les déboires nationaux du Parti Socialiste (absent du deuxième tour de la Présidentielle en 2002, référence qui revient sur le devant de la scène ces temps-ci), les déboires électoraux de la maire de Lille (battue par un alors illustre inconnu, l’UMP Sébastien Huyghe aux Législatives qui ont suivi), le premier dossier brûlant de Martine Aubry a viré au fiasco… Et d’aucuns pensaient que cela aurait pu lui coûter sa place en 2008. Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais.

Grimonprez-Jooris II ne passera pas… même en force

Retour en 2003. A l’époque, l’accord de privatisation du LOSC avec la ville de Lille prévoit un nouveau stade. La mairie pèse de tout son poids pour rénover l’actuel, mais vieillissant Grimonprez-Jooris. Dossier accepté finalement par le président du LOSC de l’époque. Le projet ? Une enceinte de 33 000 places pour une cinquantaine de millions d’euros (comparez au montant actuel du Grand Stade et vive l’inflation !)  sur le site même de l’ancien stade. Du gâteau. Sauf que… Sauf qu’à l’époque, quelques riverains ne l’entendent pas de cette oreille. La vieille Renaissance du Lille-ancien et la nouvelle Sauvons le site de la Citadelle, qui veulent sauver… la Citadelle toute proche. Des rigolos, tonne-t-on avec un sourire condescendant dans les couloirs de la mairie de Lille et de la communauté urbaine. Ça passera, ce ne sont pas quelques emmerdeurs qui vont empêcher les projets, notre dossier est béton… Sauf que les arcanes de la justice administrative renversent la donne : si en première instance, la justice donne raison à la mairie de Lille offrant l’occasion à Martine de parader en conférence de presse avec une écharpe du LOSC, quelques mois plus tard, à Douai, c’est le coup de tonnerre : Grimonprez-Jooris II est annulé en juillet 2005. Décision validée par le Conseil d’Etat (un vrai camouflet personnel pour Martine Aubry, elle-même issue du grand corps). Plus d’écharpes des Dogues pour le coup. Echec et mat, GJII pour les intimes ne verra jamais le jour, la mairie a dépensé plusieurs millions d’euros sans voir l’ombre d’une grue et Pierre Mauroy, alors Président de LMCU, furax de l’attitude de sa dauphine, reprend le dossier en main, pour imposer la Borne de l’Espoir, entre Villeneuve-d’Ascq et Lezennes,  où le stade est toujours en construction. Echec retentissant pour Martine Aubry dont la gestion de passage en force et sans concertation, ainsi que son ton méprisant pour les opposants, sont fortement critiqués…

Le Faubourg des modes, un échec en devenir ?

Autre échec, en cours, certes moins visible, Le Faubourg des Modes. On pourra nous dire si ça marche dans dix ans que nous nous sommes plantés mais les faits ne plaident pour le moment pas en la faveur de l’amie Martine… Il faut dire que le projet était ambitieux. Faire de Lille-Sud, une « place to be » pour les créateurs  de la jeune mode européenne. Trop ambitieux ? Quatre ans après l’inauguration par Martine A. et Agnès B., marraine de l’opération, la quinzaine de boutiques de modes restent désespérément vides de clients quand elles ne sont pas carrément désertées par des jeunes créateurs ayant tenté leur chance ailleurs. A Roubaix notamment, où l’expérience semble plus concluante. La faute à qui ? Aux habitants de Lille-Sud qui n’ont pas le pouvoir d’achat suffisant pour se payer des robes de créateurs ? Ou aux Lillois aisés à qui n’ont aucune envie de traverser le périph pour faire leurs soldes à Lille-Sud ?

Le projet a déjà englouti 12 millions d’euros tonne l’opposition qui a là un bel os à ronger et qui demande carrément l’abandon de ce projet. Dans les couloirs de la mairie, on ne cache pas une certaine déception mais on veut croire au long terme et on met en avant les contrats des ateliers de confection (derrière les boutiques) avec de grandes marques. Seul intérêt pour Lille-Sud pour le moment, les façades plutôt jolies de ces Maisons de Mode. On se console comme on peut. Et pour le reste, on refera un bilan dans dix ans.

Retrouvez la suite de notre bilan ces prochaines semaines sur DailyNord.

Crédit photo Une :  le beffroi de Lille, Christophe Finot, Wikimedia Commons

Dessin : Ray Clid. Retrouvez tous ses dessins sur son blog.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. GJ2 a aussi englouti la rénovation des abords de la citadelle outre nos impôts. Quant aux Maisons des Modes, elle ne devait être qu’à Roubaix mais MA a imposé Lille Sud. On voit le résultat …

  2. Dans le genre politiquement correct, Daily Nord est excellent ! Certes, on peut trouver bien des échecs relevant de la “gestion” ou de l’ “intendance”, je vous fais confiance. Tout ceci est anecdotique et peut être rattrapable. Ce qui ne l’est pas (rattrapable), c’est la charia dont Lille est en passe de devenir l’une des vitrines européennes et un recul gravissime de la laïcité. A savoir une série de dispositions relevant de l’application du Coran : piscines réservées aux musulmanes, disparition du porc dans les cantines scolaires, soumission – servilité dirais-je même – vis à vis de l’imam islamiste de Lille, financement d’institutions cultuelles musulmanes, préférence affichée pour ses futurs nouveaux électeurs, etc., verrouillage de toute contestation de ces faits (en vertu d’une loi qui interdit la critique de l’islam, et qui porte un nom : charia)
    La parachutée AUBRY a oublié le symbole du beffroi qui l’abrite, celui des libertés flamandes. Il faudrait le lui rappeler, des fois qu’elle le confondrait (déjà) avec un minaret !
    Le “politiquement correct” est du “politiquement lâche”, quand ce n’est pas du “politiquement imbécile”.
    Il est temps d’oser dire ce qu’on pense, sinon le jour est proche où on n’osera plus penser ce qu’on dit.

  3. Les chrétiens convertis socialistes-énarques-centristes et tutti quanti sont des gens dangereux Greg

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILY NORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture