L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Cantonales : debriefing

Le monde selon moi | Petit théâtre de Martine Aubry Par | 28 mars 2011

– Le civisme. On s’effraie – à juste titre – de la montée de l’abstention, régulière et profonde, comme une marée qui ne connait pas le ressac. Mais puisque les augustes commentateurs – et votre serviteur – rangent le phénomène dans la catégorie mauvaise humeur, non-vote protestataire, ou désenchantement vigilant, il s’agit bien d’une forme d’expression qui ne doit pas faire désespérer de la politique. On notera la montée du vote blanc, non comptabilisé : se déplacer pour dire que rien ne convient, c’est fort, non ? Je pense que le scrutin présidentiel de l’année prochaine sera presque comme celui de 2007, certes marqué par la personnalité peoplisée des adversaires du second tour, c’est-à-dire assorti d’une participation raz-de-marée. Après tout, la seule élection qui intéresse les Français, c’est celle de leur roi. Ou plutôt qui les mobilise. Ce qui m’inquiète, c’est le différentiel de légitimité entre des pouvoirs locaux élus avec moins de 50 % de participation comme c’est de plus en plus le cas, et un pouvoir hexagonal fort de presque les trois-quarts des suffrages exprimés. Paris et le désert français, tiens…Etonnez-vous que la capitale ponde encore et toujours des décisions centralisatrices comme du temps de De Gaulle et Debré, avec un tel écart civique. Encore un mal français.

– Centre de gravité. Sus au centre ! Le déplacement du point de gravité idéologique de la droite vers sa droite laisse une béance sur la gauche du camp de Sarkozy. Un gap creusé – cultivé, presque – sur le flanc gauche par un socialisme allergique dans sa majorité à l’ouverture vers ces « affidés du capitalisme », comme dirait Monsieur Mélenchon. Pour le moment, la confédération des centres reste une formule incantatoire. Jean-Louis Borloo n’a pas encore lancé son OPA dont on le croit capable, et dont certains de ses alliés rêvent. Avec lui, jamais le parti radical qu’il préside, n’a aussi mal porté son nom. Les prédateurs sont à l’affût, tous persuadés de détenir un morceau de la vraie croix du Centre: Bayrou, on s’en doute, Morin, on en doute. Il est vrai  qu’ajuster son tir sur une nébuleuse n’est pas le plus facile, et les bons résultats du MoDem – qui triple presque son nombre de conseillers généraux – met du baume au coeur du Béarnais qui veut se croire au milieu du gué. On fait même remarquer qu’avec un centre aussi élargi, le potentiel d’un candidat qui réussirait à rassembler, somme toute à faire ce que Bayrou a fait en 2007, pourrait dépasser celui d’un Sarko candidat à sa propre réelection. Pas faux. Mais pas fait.

– Hypothèse. Et si le centre refaisait le coup de Giscard en 1974 ? En détachant une partie non négligeable de la formation gaulliste – on la qualifiera de légitimiste, mais au sens psychologique pas idéologique – et en l’accouplant à celui du candidat du centre comme l’homme de Chamalières l’était il y a presque quarante ans. Sarko dans les habits de Chaban, fusillé (dans le dos ?) par une cohorte de félons ralliés à la bannière d’un Chirac léonin, Fillon dans ceux de Messmer, fantôme de candidat reclus à Matignon. La question n’est pas si saugrenue. Une UMP au bord de la crise de nerfs, déchirée par des questions existentielles (FN or not FN ?), tétanisée par des questions insolubles étrangères à son corpus de pensée (la laïcité), écoeurée par les foucades et manières de celui qu’elle avait choisi en 2007 (une sarkozerie par semaine, même les Guignols ne suivent plus…). Question : qui sera le Chirac de 2012 dans un tel scenario ?

– Hollande. Il a pris un avantage théorique dans la course à l’échalote socialiste et refait son retard sur ses rivaux putatifs, DSK, Aubry entre autres. Le seul candidat d’envergure (avec Montebourg, lui aussi candidat, mais sans risques, à sa succession en Saône-et-Loire) ?) qui ait croisé le fer dans ces cantonales. Quelle meilleure preuve apporter à son électorat que celle d’une volonté d’en découdre et de le montrer, qui plus est sur des terres chères à l’historiographie politique, la Corrèze. On le disait un peu frêle question états de service, il n’a jamais été ministre, etc…etc…L’ancien numéro un du PS connaît la pétaudière de son parti comme personne et il plaît au peuple de gauche. Deux qualités primordiales pour se donner une chance d’emporter l’investiture. L’un des gagnants de cet épisode politique.

– Martine Aubry. Indiscutablement renforcée. Mener ses troupes au feu et y faire bonne figure est un gage positif. Encore insuffisant pour lever les hypothèques qui pèsent sur la première secrétaire, décidément indécise et par trop vélleitaire. Elle vient de rappeler pour la énième fois qu’elle ne se présentait pas si DSK le faisait. A force, on finit par la croire. Qui a dit que Titine de Fer était une menteuse ?

– Déception au FN qui ne remporte que deux élus cantonaux après les rodomontades de la semaine dernière (jusqu’à 50 élus !). Mais pour Marine Le Pen, ce qui compte c’est le nombre de voix  – une dizaine de points supplémentaires entre les deux tours – et le rapport de forces avec les deux formations honnies : UMP et PS. Là où le Front national est opérationnel (dans des départements frappés par une pauvreté endémique comme le PdC, le Gard ou la Moselle, par exemple), il est souvent devenu la deuxième force politique locale derrière l’UMP ou le PS. Après tout, la fille Le Pen a eu raison de ne pas tenter le sort à Montigny-en-Gohelle. Steeve Briois dépasse les 50 % sur Hénin-Beaumont. Alors, elle se dit que si elle se présente en 2014 dans cette ville…

– Panique chez les députés UMP qui – c’est une loi d’airain de la politique : une élection en cache toujours une autre – aperçoivent le spectre de la défaite pointer son museau après une présidentielle qui verrait un nouveau 21 avril. Et si le FN faisait dans les 577 circonscriptions ce qu’il vient de faire dans 400 cantons ? De quoi négocier…à l’UMP, on n’a pas fini de parler alliance. Donc de scission.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .