L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Dunkerque : les paradoxes de Jean Bart

DailyUne | Réflexions Par | 07 février 2011

Dunkerque, troisième ville de la région. L’info a fait le tour du Nord – Pas-de-Calais en décembre depuis la fusion entre la cité de Jean-Bart et ses voisines de Fort-Mardyck et Saint-Pol-sur-Mer. Il faut dire que c’est une performance : car la communauté urbaine dunkerquoise détient le record régional de perte d’habitants ces dernières années. Sacré paradoxe. Pour une aire urbaine qui n’est pas à un paradoxe près justement. La preuve.

93 945 habitants. Contre 92 357 à Tourcoing. Mine de rien, c’est un sacré coup de tonnerre qu’a provoqué l’agglomération dunkerquoise en décembre en détrônant la tourquennoise du podium des villes les plus peuplées de la région : car désormais, le trio de tête n’est plus exclusivement métropolitain. Il faut compter avec Dunkerque (relire notre Texto).

Paradoxe 1 : troisième ville de la région avec 8 000 habitants de moins en sept ans, une tendance qui devrait continuer

Pour ce faire, la cité du corsaire Jean-Bart aurait-elle connu un afflux d’habitants exceptionnel ? Pas exactement : ce podium n’est dû qu’à une habile fusion entamée il y a voilà six ans. Avec les voisines de Fort-Mardyck et de Saint-Pol-sur-Mer. Et heureusement d’ailleurs pour Dunkerque : car, avec ses 68 000 habitants originels (recensement 2006), il y avait encore du boulot pour détrôner Tourcoing. D’autant qu’une tendance tenace ne l’aide pas à prendre du poids démographique. Recensement 2006 versus recensement 1999 : comme les grandes agglomérations du littoral nordiste (Calais et Boulogne), la communauté urbaine a perdu des habitants. Mais pas qu’un peu : plus de 8 000. Soit un record régional  pour une communauté urbaine qui pourrait se poursuivre au même rythme jusqu’en 2020, notait le SIGALE Nord – Pas-de-Calais. Paradoxal alors que la ville-centre  monte sur le podium des habitants !

Paradoxe 2 : une qualité de l’air pourrie, un littoral explosif, on attire toujours les industries !

Paradoxal, mais pas étonnant, nous diront certains. Car Dunkerque n’est justement pas à un paradoxe près. Et c’est peut-être ce deuxième paradoxe qui explique le premier. Polimeri, BASF, Ryssen, Arcelor, Total, la liste est longue. Point commun : ces entreprises, génératrices d’emplois, font partie de la très sélect liste dite des sites classés Seveso (une petite quinzaine au total). Ajoutez sur cette bande de vingt kilomètres de long sur trois de large, l’autre fleuron local installé les pieds dans l’eau, j’ai nommé… la centrale nucléaire de Gravelines, et vous avez le réjouissant tableau. Dunkerque est une vraie poudrière (d’ailleurs l’une des zones industrielles du port porte ce nom, au moins on ne peut pas dire qu’on ne sait pas où on met les pieds), bourrée au dioxide de souffre et aux poussières.

Avec ça, on peut comprendre que les habitants n’aient pas forcément tous envie de rester habiter du côté de la statue de Jean Bart. Et que du coup, les édiles locaux prennent le taureau par les cornes pour remplacer petit à petit l’industrie par des entreprises plus vertes et plus à la mode ? Que nenni, on vous l’a dit, Dunkerque est une terre de paradoxes. A l’heure du développement durable (Dunkerque ayant d’ailleurs accueilli la conférence des villes durables en 2010), entre deux activités tertiaires, on continue à remplacer l’industrie par l’industrie. Des preuves ? Il y a encore quelques mois. Eras Metal veut s’installer dans notre région. Une usine Seveso. La direction tente Calais. Refusé. Dunkerque a donc fait part de son intérêt, même si le projet ne recensait qu’une cinquantaine d’emplois. Quand on aime, on ne compte pas. Un deuxième exemple ? Le fameux (ou fumeux) terminal méthanier, promis par l’ex-ministre Estrosi pour remplacer Total (alors qu’il était prévu bien avant). Où l’installer ? Sur le site du Clipon, une plage connue pour sa faune et sa flore encore à peu près préservée et l’un des derniers poumons verts du Dunkerquois. Avis d’un écolo du coin sur le sujet il y a quelques mois : « Sur l’autel de l’emploi, on essaie de nous faire passer des choses dans le genre. Allez parler d’écologie après. » Si, aux gens qui s’en vont.

Paradoxe 3 : Un PS qui veut lutter contre le cumul des mandats, un maire cumulard en chef des élus nordistes

Il faut dire que pour défendre l’industrie sur son territoire en perte de population, Dunkerque possède un sacré chantre. Un ancien ministre du Travail justement dans les années 80 : j’ai nommé Michel Delebarre. Toujours présent à la barre des destinées dunkerquoises en 2011. A plusieurs titres d’ailleurs : maire de Dunkerque, président de la communauté urbaine de Dunkerque, député également. Un triptyque (que l’on pourrait compléter par ses nombreuses casquettes de président de machin ou de chose, relire Nos élus coiffent les casquettes à en perdre la tête) avec un budget conséquent à gérer qui le faisait apparaître parmi le top 5 des cumulards français fin 2009 (Cumul des mandats : Delebarre et Derosier dans le top 50) du Monde et du Post. Un immense honneur pour l’une des personnalités du vieux Parti socialiste. Parce qu’il est socialiste ? Oui. Et qu’est-ce qu’on trouve dans le Projet socialiste de 2012 ? « Pour limiter le cumul des mandats, nous ferons voter une loi dans les premiers mois du quinquennat, qui sera associée à un statut de l’élu, pour appliquer une limitation du cumul des mandats de parlementaires et d’un exécutif local. » Encore un paradoxe. Mais celui-ci, Michel Delebarre a annoncé qu’il allait le régler : tête de liste nordiste pour les sénatoriales, il laissera donc quelques-uns de ses mandats au passage dès la loi votée. Ça fera toujours un paradoxe de moins.

On n’a pas fait exprès, mais ce papier sort le lendemain d’une série de reportages consacrés à Dunkerque sur TF1.

Photo de Une : Stéphane Dubromel

A lire ou relire :

Les 24h de DailyNord s’étaient justement arrêtées à Dunkerque : retrouvez notre reportage

Un autre “Une ville, un angle”, réalisé il y a quelques semaines : Roubaix, année polémique

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture