L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le soldat Kucheida sera-t-il sauvé ? (et par qui ? )

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 25 février 2011

Quels sont les enjeux des affaires ADEVIA, SOGINORPA et EPINORPA, qui secouent en ce moment l’ex-bassin minier ? En prise directe avec l’histoire récente du Nord-Pas de Calais ou incarnation de son avenir (la première concerne l’aménagement de l’arrondissement de Lens, les deux autres signifient l’acuité du problème du patrimoine immobilier des anciennes Houillères), ces établissements sont au coeur d’une polémique autant juridique que politique. Jean-Pierre Kucheida, patron de deux établissements en question, s’en rend compte : un fusible grillé – le DG débarqué – le laisse encore sous tension.

– Enjeu électoral, évidemment. Et Jean-Pierre Kucheida, l’inamovible élu liévinois sur la sellette, a beau jeu de le faire observer. Qui tirerait donc les ficelles de tels dossiers – le timing peut objectivement apparaître troublant – pour ensuite tirer les marrons du feu des élections cantonales d’ici un mois ? Le Front national, en embuscade sur Hénin-Beaumont, sa ville et son canton de Montigny*, soumis à renouvellement. Ceci dit, qui a intérêt à la poussée du vote FN **?

Pour la droite : aucun dans l’optique de favoriser ses candidats sur le secteur, puisque les candidats de droite sont de toute façon promis à la défaite et à des scores presque lilliputiens. Alors, faire battre le sortant socialiste, Jean-Marie Picque, qui n’est certes pas battu d’avance. A tout le moins le déstabiliser avant un second tour indécis (et n’oublions pas que la barre de 12,5 % des inscrits est désormais nécessaire pour envisager le second tour).  Pourquoi pas ? Mais une victoire à la Pyrrhus pour une droite cacochyme qui n’a aucune chance de renverser la majorité sortante de gauche dans le département du Pas de Calais.

Mais la gauche, aussi. La conjonction de la montée du vote FN et du fameux seuil des 12,5% peut-il entraver la course du jeune socialiste Ferrari (voir sur l’ancien blog : Ferrari fonce en justice, 20/11/2010) par un subtil déplacement de voix ?  De là à dire que le PS prendrait le risque de sacrifier son candidat (le sortant Picque) pour barrer la route à celui qui le défie jusque devant les tribunaux et oblitérer son avenir politique ! Rappelons que Pierre Ferrari a saisi la justice pour demander la reconstitution de la section socialiste d’Hénin-Beaumont dissoute par les instances fédérales.

– Enjeu politique, également. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec les grands projets qui bouillonnent sur le secteur de Lens-Liévin. Louvre-Lens (ouverture annoncée en 2012), RER Lille-Hénin (dont la paternité de l’idée qui a surpris le landerneau revient à Daniel Percheron, le patron socialiste du conseil régional), lignes transversales de tramways, pôle métropolitain depuis un big-bang des intercommunalités,…autant de programmes qui, accouchés ou pas, donneront naissance à des établissements administratifs qui seront autant de lieux de pouvoirs  – politique et exécutif opérationnel – voire d’exercice de de la démocratie. Et la réforme territoriale récemment votée réorientera les carrières politiques et bousculera certaines habitudes. Or, Jean-Pierre Kucheida fait partie intégrante de ce paysage politique que l’on croirait figé depuis mille ans et qui procède de l’allégeance et de la dynastie. Dans cette partie du Pas de Calais, les places – de gauche – sont bonnes mais chères. Car il y a de la demande ! Ainsi accablé, aux marges des oubliettes de l’histoire politique régionale, le vieux soldat Kucheida, qui a déjà rendu des comptes à la justice par le passé, ne serait, aux yeux de certains de son propre camp, pas sauvable. La justice deviendrait ainsi le bras armé d’un appareil politique en mal de nouvelles générations.

* Marine Le Pen n’a donc pas jeté son dévolu sur ce canton où elle avait peu à perdre et beaucoup à gagner. Erreur politique ? La concomitance avec l’abandon de son mandat de conseillère à Hénin-Beaumont pour cause de cumul lui ouvrait un boulevard électoral d’autant plus large que, en cas de victoire, elle conservait un ancrage local à double titre : la mairie d’Hénin-Beaumont pour 2014, manquée de peu lors de la partielle de 2009, et une dimension d’élue de terrain indispensable quand on prétend aux suffrages de ses concitoyens dans une présidentielle (sans oublier les législatives dans la foulée où elle déjà talonné le candidat socialiste). Conseillère générale, elle se payait à bon compte une séquence com’ de plus tout en jetant aux orties son mandat régional (cumul oblige). Une Marine Le Pen seule, vitupérant et jouant la madame Propre, au milieu de ses homologues de l’assemblée départementale dominée par la gauche – comme elle le fait actuellement au conseil régional – a de quoi attirer les feux médiatiques. Et, en cas de défaite, elle avait beau jeu d’abattre sa carte habituelle de complot UMPS ou de victime de l’establishment et de retourner gratouiller le président Percheron au conseil régional. Candidat officiel à la cantonale de Montigny, Steeve Briois pousse un peu plus son jeu sur le fief héninois, ce qui peut apparaître gênant pour une Marine Le Pen qui a trop investi depuis bientôt quinze ans sur cette terre qu’elle veut promise pour elle.

** Je n’ai pas écrit “Cherchez le mobile du crime, vous trouverez l’auteur “! Non, non je ne l’ai pas écrit…Mais, on chuchote que certaines fuites de documents ne sont pas le fait du hasard. Comment pourrait-il en être autrement ? De même, la résurgence actuelle de l’idée d’une grande métropole sur le territoire de l’ex-bassin minier (qui concernerait Arras !) n’est pas non plus anodine.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Au delà de cette fine analyse, on pourrait ajouter que Jean-Pierre Kucheida avait “hébergé” pendant quelques mois Gérard Dallongeville dans sa mairie avant que ce dernier ne s’empare d’Hénin-Beaumont. Et qui dit que dans un proche avenir judiciaire, l’édile liévinois ne se morde pas les doigts de cette si touchante sollicitude ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS