L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Faits-divers : au pays des commentaires ordinaires

DailyUne | Réflexions Par | 01 février 2011

On en a encore eu l’exemple avec le dernier fait-divers tragique en date dans la région. Au moment où l’on apprenait le décès de deux Linsellois au Niger, les internautes s’en sont donnés à coeur joie sur le net. Et si certaines réactions sont légitimes et/ou respectueuses de la douleur des familles, d’autres étaient complétement surréalistes. Un miracle du web 2.0 où la discussion de comptoir trouve un nouvel espace d’expression publique.

8 janvier 2011 : deux jeunes hommes originaires de la région (Linselles près de Tourcoing), trouvent la mort au Niger. Enlevés la veille  dans un bar très apprécié par des expatriés à Niamey, la capitale nigérienne,  par AQMI (Al Qaida au Maghreb islamique). A ce moment-là, on n’en sait pas beaucoup plus sur les circonstances du drame. Mais déjà, les commentaires s’accumulent sur le net au bas des nombreux papiers consacrés au dècès des deux Linsellois. Bien souvent, des messages de condoléances. Légitimes et logiques.

Niger = Noir = Musulman = terroriste = Sarkozy

Mais le net a aussi cette particularité d’échapper à toute logique. Au bon sens et à la décence, aussi. Même en pareilles circonstances. Les posts de condoléances ont ainsi tout de suite cohabité avec des messages volontiers nauséabonds. Et pour une bonne partie de cette deuxième catégorie, ça ne faisait pas forcément honneur à l’espèce humaine. On a d’abord eu les bas du front. Ceux pour qui Niger = Noir = Musulman = Terroriste. Une arithmétique simpliste qui mélange tout, allégrement à coups d’amalgames gratuits. Extraits (fautes comprises) parmi tant d’autres : « On construit a nos frais des lieux de propagande qui sont diriger par des gens qui vienne d’autres pays pour la soit disant liberté de culte . Si on était moins idiot ils s’entretueraient chez eux et nous lâcheraient la grappe.. » ; « « SOS racisme ils ont ou ? Un blanc tuent un noir Super SOS racisme intervient mais des noirs tuent des blanc la ont les écoutent pas , donc les racistes c’est eux en premier … » Sans commentaires pendant que d’autres y allaient déjà de leur couplet anti-sarkozyste alors qu’encore une fois, à ce moment-là, on ne savait rien des circonstances du drame : « Un fiasco made in Sarko » pouvait-on lire ici. Un peu plus loin, « moi je dis que c’est la faute á sarkozy et á son gouvernement de plaisantins qui veulent tout résoudre par la force ». On se bornera à ces quelques “citations” afin de ne pas s’en faire davantage l’écho, mais on a aussi lu le conseil d’un internaute : balancer des mini-bombes atomiques au Sahel…

« Les cons, ça écrit tout »

Ce genre de commentaires n’a cependant rien d’inédit. N’importe quel drame permet d’illustrer les dérives du web ces dernières années. Il suffit de remonter quelques mois en arrière. Pendant l’affaire Natacha Mougel, la joggeuse nordiste assassinée à la rentrée par un récidiviste, certains réclamaient le retour de la peine de mort (une constante d’ailleurs dès qu’une femme ou un enfant est assassiné). Tandis qu’un autre s’interrogeait sur la provocation que représentait le fait de courir en short pour une jeune femme ! Surréaliste. Et relisez les commentaires sur chaque fait-divers tragique, partout en France ces dernières années, ce sera la même chose. Sans doute ne doit-on pas leur accorder plus d’intérêt qu’ils ne le méritent. Peut-être. Mais leur visibilité invite aussi à réfléchir.

Sur le net dépourvu de tout garde-fous et bien caché sous un pseudo anonyme, on se lâche. A fond, avec en revanche des différences de ton selon les médias: le lecteur du Post n’est pas forcément celui du Monde. C’est aussi plus facile que l’antique courrier des lecteurs, qui devait être validé par des journalistes avant éventuellement d’être publié (même si l’éditeur du site internet est soumis normalement aux mêmes règles et demeure responsable de son contenu, qu’il s’agisse d’un commentaire ou non). Du coup, malheureusement, souvent, ça tourne plus autour de la discussion de comptoir entre piliers de bistrots que d’une vraie réflexion sur le sujet. Cette fameuse discussion de comptoir qui, il y a quinze ans, ne quittait justement pas le zinc. Et on pourrait simplement paraphraser Audiard pour conclure : « Les cons, ça écrit tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît.»

Crédit photo Une : louisvolant via FlickR

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus