L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Ils ont marqué 2010 : flashmob, la mode de l’orgie

DailyUne | Réflexions Par | 28 décembre 2010

Ça en fait bondir certains, ça en excite d’autres, tandis que quelques-uns s’en foutent comme de leur premier picon-bière. En 2010, comme la majeure partie du territoire, le Nord – Pas-de-Calais a cédé aux sirènes de la flashmob. Cette mobilisation éclair, censée montrer les vertus d’on-ne-sait-quoi et parfois complétement détournée. Retour sur la mode avec, notamment, l’après-flash-mob vue par le directeur de Cora Flers.

Flashmob. Rien que le mot fait hérisser les poils des plus fervents défenseurs de la cause linguistique française. On veut bien les comprendre, mais franchement, si on le traduisait par « mobilisation éclair », ça ferait moins classe. Mais ça expliquerait au moins le terme : la flashmob (certains disent le flashmob, mais on opte pour le féminin, parité oblige) est une constante des temps modernes, arrivée en France l’an dernier. Le principe : un rassemblement éclair dans un lieu donné avec des gestes prédéfinis avant une dispersion tout aussi éclair.

Des flashmob en veux-tu, en voilà

Ça, c’est pour la théorie. Parce que dans la pratique, dans la région et ailleurs, chacun a adapté le terme à sa sauce cette année. Faut dire que flashmob, c’est plus vendeur. Car il y en a eu un paquet. On ne va pas toutes vous les citer ici (le site flashmob vous permet d’en retrouver une bonne partie), mais juste quelques-unes : Liévin, le 13 mai par exemple. Déclarée la plus grande flashmob d’Europe avec 11 000 personnes sur la musique de Thriller de sieur Jackson (la bande-son préférée des flashmob), via Contact. Ou encore dernièrement.pour le Téléthon, à Avesnes-sur-Helpe, qui aura conduit à la fermeture de la Grand-Place. Ou enfin, toujours en décembre, à Hazebrouck, une flash-mob avec 800 danseurs pour la libération des journalistes otages Taponier ou Ghesquière. Point commun ? Des choses très organisées, virant souvent à la chorégraphie géante plus qu’à l’esprit originel de flashmob (celle d’Hazebrouck, que vous pouvez retrouver ci-dessous en est le parfait exemple). On vous l’a dit, c’est plus vendeur.

Les grandes surfaces passent à la flashmob

Un phénomène de web-société tellement vendeur d’ailleurs que les grandes surfaces n’ont pas tardé à s’y intéresser. Exemple du genre : Décathlon, à Bailleul. Juillet 2010, les danseurs se réunissent dans le magasin sous les yeux des clients. Résultat : un carton d’audience YouTube (730 000 vues). De quoi donner des idées à d’autres magasins de la région. Auchan à Calais dernièrement (Flash mob : et au tour d’Auchan Calais…), mais avant eux, Cora à Flers (La mode de la flash mob passe par Cora Flers). Une vulgaire opération com’ pour attirer de la clientèle ? Par pour Louis Bouriez, directeur du justement Cora Flers à Villeneuve-d’Ascq : « L’idée n’était pas de moi, elle est venue de l’équipe. C’est une secrétaire qui en a parlé. » Et du coup, le directeur s’est dit que ce n’était pas une mauvaise idée : « On pouvait devenir le premier hypermarché à le faire avec des clients autour. J’ai alors listé sur un tableau les avantages et les risques. » Les risques, un bide en terme d’image notamment ? Même pas : la principale crainte de Louis Bouriez était l’émeute ou le truc qui dégénère. Ça n’a pas dégénéré et la vidéo a été vue plus de 115 000 fois sur YouTube.

La flashmob fait du lien social

Pour quel résultat ? Telle est la question. Le directeur de Cora Flers étant bavard pour la première fois sur la question (« Weo et Grand Lille TV m’avaient invité, je préférais que ce soit un employé qui y aille, car c’était leur idée. Maintenant, ça fait deux mois, je peux en parler… »), on l’a laissé continuer. Coup de pub ? « Ce n’est pas pour ça qu’on l’a fait. D’ailleurs, on n’a pas fait un chiffre exceptionnel ce jour là. L’essentiel, c’est le lien entre les 320 collaborateurs. La complicité. Et honnêtement, après coup, je pense vraiment que ça a tissé des liens.Attention, je ne dis pas que le climat social est parfait : il peut très bien se passer quelque chose la semaine prochaine, mais je sens les équipes plus proches. » On a quand même réembrayé sur l’argent, les retombées économiques : « Il y a eu un frémissement, c’est clair. C’est un plus dans le monde des Auchan. Ah si, il y a autre chose : on ouvre un Cora Drive, il y a eu un peu plus de CV que d’habitude, ça a dû jouer ! » Comme quoi la flash mob commerciale n’est pas forcément juste un coup pour rien… Reste à savoir si le filon, déjà bien tiré cette année (et encore une fois le 24 décembre pendant la messe de Noël à Bavinchove, près de Cassel), pourra continuer de fonctionner en 2011…

Quelques flashmobs de 2010 dans la région

Cora Flers

Decathlon Bailleul

Auchan Calais

Contact à Liévin

Flashmob à Hazebrouck

Flashmob à Bavinchove pendant la messe de Noël

Retrouvez nos “Ils ont marqué 2010” :

Flashmob, la mode de l’orgie

Le LOSC, enfin un grand club ?

Marc-Philippe Daubresse, le fidèle opportuniste

Roubaix, année polémique

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus