L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Paf le chien : un an après, que reste-t-il du buzz ?

DailyUne | Petite histoire Par | 08 novembre 2010

C’était il y a un peu plus d’un an. La France n’avait pas encore sombré dans la morosité de la réforme des retraites et une entreprise nordiste se distinguait sur la Toile : Adictiz, alors installée à Villeneuve-d’Ascq. Sa poignée de salariés réussissait le buzz parfait avec Paf le chien, un jeu d’une simplicité désarmante. Qui s’offrait cependant 7,5 millions de joueurs sur Facebook. Un an après, que reste-t-il du buzz ?

Joindre Charles Christory n’est pas une partie de plaisir. Là, il est au salon de la VAD e-commerce de Lille. Là, il est en déplacement. Ce jour, il n’est pas à son bureau. Vendredi en fin d’après-midi, le voilà enfin : dispo bien entendu. Et il se souvient de DailyNord : « Vous m’aviez appelé un vendredi. Vous étiez d’ailleurs les premiers de la presse… » Les premiers d’une longue liste car, si l’info ne changeait pas la face du monde, elle était vendeuse : Adictiz, la toute jeune boîte de Villeneuve-d’Ascq, s’offrait une percée monumentale sur la Toile. Avec un jeu con comme la lune : Paf le chien. Où il suffisait de balancer un coup de pied dans le clébard pour l’envoyer le plus loin possible. Les internautes adorent, ils seront jusqu’à 7,5 millions en France à tester le concept. « Une percée aussi rapide, il n’y en a pas eu beaucoup, je crois ! »

Et pour le buzz des 200 000 Ch’tis ?

Un Parisien a dit que je pouvais pas reunir 200 000 chtis en moins de 48h. Ça vous dit quelque chose ? Normal, c’était un autre buzz. Janvier de cette année, celui-ci. Bon, les créateurs du groupe n’avait pas réussi leur pari immédiatemment, mais aujourd’hui, le groupe continue de fonctionner avec près de 209 000 membres, « le plus important au niveau du Nord – Pas-de-Calais », confie David, l’un des fondateurs. Une blague qui a donc fonctionné, mais qui n’a pas forcément débouché sur des choses très concrètes : « La bière Ch’ti est toujours avec nous, mais rien de concret n’a pu être envisagé. Ce groupe est en fait une vitrine pour les irréductibles et un support de communication pour les entreprises locales. » Qui ont bien compris l’intérêt de poster sur ce mur…

Le groupe des 200 000 Ch’tis

L’article de DailyNord

Un an plus tard, l’effervescence n’est pas retombée. Bien au contraire. Du côté d’Adictiz, on a changé de dimension. Fini Villeneuve-d’Ascq, aujourd’hui, l’entreprise est installée à Euratechnologies à Lille. De deux salariés temps plein (plus deux autres en coup de main), on est passé à dix permanents. Et quatre à cinq personnes pourraient être embauchées d’ici fin 2011. Autre dimension pour le jeune patron qui vient de fêter ses 25 ans. Pas de chiffre d’affaires à communiquer, mais un portefeuille de clients : « On a travaillé pour 40 à 50 marques cette année. Avant Paf le chien, ce n’était évidemment pas le cas. Aujourd’hui, on bosse pour TF1.fr, mais aussi Auchan, Nocibé, Jecrée, etc. On a développé une expertise. » Une expertise dans la création de jeux pour le web et la fidélisation des internautes. Et pas seulement à coups de lancers d’animaux, comme l’un des derniers-nés Il est con ce pigeon (100 000 joueurs déjà quand même) : « on fait des quiz par exemple. Mais plus originaux par exemple avec Arti Show : il ne suffit de connaître la bonne réponse, il faut la taper le plus vite possible ! » Toujours dans l’esprit du web et de l’addiction au jeu.

L’effet Paf perpétué

Des clients clairement gagnés par l’effet Paf le chien. A l’époque de notre première interview, Charles Christory le confiait déjà : le téléphone surchauffait allégremment. Ça continue donc grâce à ce buzz auquel il ne s’attendait pas même si « on a toujours su qu’on y arriverait ». Pas trop pesant d’ailleurs d’être associé à Paf le chien en permanence ? « Je préfère être identifié à Paf le chien et continuer à développer l’entreprise grâce à cela que végéter ! » Logique, le jeune entrepreneur qui garde la tête sur les épaules : “il y a un an, c’était plus facile sur Facebook. Aujourd’hui, je ne sais pas si on pourrait reproduire la même chose avec une ampleur pareille.” En sont pour preuves les maintes tentatives de concurrents avortées… Il n’empêche, entre les nouveaux projets incluant notamment les plate formes mobiles car “notre but est avant tout d’asseoir notre notoriété et expertise“, Adictiz a décidé de ne pas décapiter Paf : une nouvelle version devrait sortir ces prochaines semaines. Plus évoluée, pour satisfaire les 200 000 joueurs mensuels qui bottent encore le cul du chien.  Tant que la recette fonctionne…

La page Facebook de Paf le chien (et les autres jeux d’Adictiz)

Le site d’Adictiz

Et Paf le chien ! Près de 4 millions d’adeptes pour le jeu Facebook nordiste !

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus