L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Une journée TER-Mer : tranches de vies à Bray-Dunes

DailyUne | Réalités Par | 26 juillet 2010

En été, c’est désormais TER-Mer et Vert pendant plusieurs week-ends. Train à un euro pour s’offrir une journée de vacances. Ambiance populaire garantie. Sauf que plutôt que de vous expliquer le côté lien social et tout-ce-qui-va-avec, DailyNord a préféré envoyer une jeune journaliste. Pas n’importe laquelle : expatriée en Asie et en villégiature pour la première fois durant l’été dans la région. Sa mission : monter dans le train, arriver jusqu’à Bray-Dunes, observer. Et nous ramener ses observations en tant que non-Nordiste. Tranches de vies (elle n’a évidemment retenu que le meilleur) un dimanche de juillet.

[singlepic id=1399 w=320 h=240 float=right]9h47, gare de Bailleul. Quel courage, les gens du Nord. Motivés pour s’entasser dans le TER, qui file vers Calais. Deux étages, des strapontins et même pas une place sur l’une des sept marches pour poser un coin de fesse. Pas grave, on est à deux pas d’Hazebrouck, la prochaine correspondance pour Bray-Dunes. Sauf que là, on se croirait sur un quai de métro nippon. « Tous en chœur, tous en chœur » qu’ils chantent avant de s’emboîter parfaitement telles des sardines dans ce nouveau train.

Super-mascara pour les nanas, shorts fleuris pour les mecs

Dans le wagon, c’est ambiance vacances d’un jour, ambiance été. Détente avec ceux qui admirent le paysage ensoleillé, excitation des plus jeunes. Des groupes de jeunes, mais aussi papi et mamie qui emmènent les petits-enfants à la mer. Une banale histoire de toilettes achève de mettre tout le monde d’accord : « Bah, oui, la chiotte, faut aller carrément à l’autre bout du train, celui-ci, il est cassé. » Côté summer-fashion, en plus des casquettes distribuées par la SNCF aux veinards qui ont pu payer leur billet 1 euro (ce qui n’est pas mon cas, j’ai acheté mon billet trop tard…), chez les nanas, c’est carton du super-mascara, espérons-le super-waterproof, et décolletés ultra-plongeants. Du côté des mecs, coup de cœur pour les shorts de bains fleuris, vestes en cuir, panamas stylés ou casquettes vinyls. Le tout en musique avec les portables qui crachent le tube « Bleu, blanc, rouge » d’Omar et Fred pour couvrir quelques disputes naissantes…

11h et quelques. Nous vlà débarqués à Dunkerque. Même pas besoin d’attendre, direction la navette gratuite pour Bray-Dunes, la dernière étape du voyage. Le bus est à remplir à rabords, le « vas-y, c’est bon, c’est plein, on y va, chauffeur » n’ayant pas d’effets sur le conducteur. C’est gratos, faut remplir. Et pendant le trajet, quelques bateaux en vue, ça commence à chanter. Le « Un éléphant qui se baladait » d’un gamin n’a pas l’air de plaire à maman : « Tu vas voir en descendant, tu vas voir. C’est la dernière fois qu’on vient. » A ses potes, elle balance : « Je vais le tuer ce môme ». Il l’a échappé belle, son attention est détournée : « C’est bon, on est arrivé il y a le Shopi ! »

Américains en cagettes

Le Shopi. Lieu de rendez-vous apparemment incontournable pour la moitié des mes comparses de bus. Une queue à faire pâlir un supermarché aux heures de pointe. Ça a dû être long de faire ses courses ce dimanche avant de se rendre à la plage. Pendant ce temps, d’autres ont choisi de filer vers la mer directement. Sur le trajet, coup d’œil sur le marché pour certains : achat d’un short fleuri pour l’un, provision de clopes pour l’autre, une grille de loto pour la route. Et un arrêt devant l’une des nombreuses friteries avant de fouler le sable : américain de rigueur, il est midi. Particularité : il se transporte en cagette ou en carton pour en livrer à toute la smala à l’ombre des parasols. Variante : le pack de bières sous l’autre bras.

Arrivée sur le sable. « Wouah, il est trop bien le sable », s’exclament les gamins. Ouais, mais pas super chaud. Faut se le dire, c’est pas l’été indien à Bray-Dunes ce dimanche-là, voire « on se les caille ». Les sauveteurs, eux, chanceux, sont barricadés dans leur centre de secours : on se passe une paire de jumelles pour apercevoir les baigneurs à quelques dizaines de mètres de là. Pas nombreux à vrai dire : une dizaine complètement immergés, pendant que d’autres, plus lâches (ou courageux à voir), se contentent de la trempette des doigts de pieds. Autour, c’est camping aménagé. Des toiles de tente « 2 secondes » ou plus… en guise de placard à bouffe ou chambre d’enfants. Des glacières transformées en tables et les conseils alimentaires élémentaires pour les mômes : « eh, pas que les chips, hein, faut que tu manges du sandwich au jambon aussi. » Au large, planches à voiles, petits voiliers, un jet ski, pourraient donner l’impression d’être sur une plage digne de grands resorts, avec parfum de monoi et de coco… si on n’apercevait pas en toile de fond la fumée de cheminées dunkerquoises.

[singlepic id=1398 w=320 h=240 float=center]

Une mère à sa gamine : « Qu’est-ce que t’as trou de pine ? Tu veux un oinj ? »

Digestion. “Ça manque un bon café après l’dîner hein!” Beach-tennis, beach-volley, beach-pétanque, les activités ne manquent pas. Et la température grimpe en même temps que la tension et les decibels. « P’tain, vas-y là, j’viens de mettre de la pommade solaire ». Les gamins s’y mettent. Châteaux de sables. En groupe ou en solo comme cette gamine non loin de sa mère. « Qu’est ce que t’as trou de pine, elle lui balance, tu veux une photo ? Personnelle ou en groupe ?” Rires du groupe d’amis. “Tu veux un oinj ? » Heureusement Mister-chouchou-cacahuètes-grillées-ou-pralinées-2-euros-les-3-paquets arrive à point nommé pour sauver l’enfant, trois minutes après la dernière bouchée de sandwich américain. « C’est bon pour le régime » baratine le vendeur aux dames crédules.  La suite, c’est bis repetitae : jeux, trempette, engueulades, détente, du coup, comme d’autres venus profiter de ce dimanche d’été, j’ai pris un bouquin. Avant de refaire le trajet en sens inverse. En fait, c’était pas si mal la Mer du Nord un jour de TER Mer.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus