L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Les jumelages de nos communes

DailyUne | Petite histoire Par | 29 juin 2010

Séquence nostalgie : souvenez-vous quand vous partiez de bon matin avec votre classe dans un pays étranger. Une ville souvent jumelée avec la vôtre, c’est le principe même du jumelage, l’échange. Le plus souvent en Allemagne ou Angleterre, le grand classique. DailyNord s’est amusé à recenser une partie (l’intégralité prendrait des jours et des jours) des jumelages des villes du Nord – Pas-de-Calais (ou coopérations décentralisées). Bon voyage.

Le triplé gagnant : Angleterre, Allemagne, Belgique

Angleterre, Allemagne, Belgique. Triptyque sans surprise dans notre région qui se retrouve dans nombre de communes jumelées. Trois de nos voisins, avec le plus souvent, pour l’Allemagne, un héritage de l’après Seconde Guerre Mondiale quand l’Europe prônait l’amité entre les peuples. Alors, on va pouvoir citer pêle-mêle (et en oublier une tripotée) : Lille (Liège, Cologne, Leeds), Roubaix (Bradford, Mönchengladbach, Verviers), Tourcoing (Berlin, Rochdale, Mouscron), Douai (Harrow, Recklinghausen, Seraing), Arras (Chemnitz, Audenarde, Ipswich), Hazebrouck (Soignies, Faversham, Porz am Rhein) ou encore Saint-Omer (Ypres, Deal, Detmold), etc.

Le doublé qui leur va bien : Angleterre, Allemagne

Certains ont décidé de zapper la Belgique de leurs jumelages. Faut dire que se jumeler avec une ville à moins de 200 km (rappelons Saint-Omer et Ypres par exemple)… Et conservent en revanche la doublette Angleterre-Allemagne. Au menu dans cette catégorie : Valenciennes (Düren, Medway), Calais (Duisbourg, Douvres… bien entendu), Armentières (Osterode, Stalybridge), Etaples-sur-Mer (Hückeswagen, Whiststable)…

La Pologne en force

Au rayon jumelage, on trouve forcément des raisons historiques. Et l’immigration polonaise au vingtième siècle en est une pour les jumelages actuels avec la Pologne. Notamment dans le Pas-de-Calais, où l’on trouve Courrières (Barlinek), Auby (Czeladz) , Rouvroy (Libiaz et Myslenice), Liévin (Rybnik), Carvin (Klodzko), etc. Le Nord est aussi représenté comme avec Roubaix (Sosnowiec) et Douai (Pulawy).

Ces jumelages à consonance politique

Des jumelages à consonance politique, ça existe ? Oui, avec par exemple ceux qui ont lieu avec Israël et/ou la Palestine et entendent travailler, à leur modeste niveau, à la réconciliation. Lille par exemple est jumelée avec Safed en Israël, mais est surtout connue pour son travail avec Naplouse en Cisjordanie ces dernières années. Rayon Israël, on trouve encore Berck-sur-Mer avec Naharia. Et rayon palestinien, Avion, qui est jumelée avec un camp de réfugiés au Liban (Bourj El-Barajné), tandis que la communauté urbaine de Dunkerque s’est engagée auprès de Gaza depuis 1996 dans une coopération décentralisée et qu’Aulnoye-Aymeries, à l’autre bout du département, aime Beit Sahour.

Les exotiques : ces jumelages au bout du monde

Dans quelle ville du Nord – Pas-de-Calais habiter si vous voulez partir sur un autre continent en jumelage ? Pour partir aux Etats-Unis, il faudra choisir Douai (Kenosha) ou Fourmies (Fridley) par exemple. Au Quebec, on retrouve Châteauguay jumelée avec Cambrai. Pour l’Afrique, il y a le Maroc ou l’Algérie bien représentés (Roubaix avec Bouira en Algérie, Lille avec Oujda ou Maubeuge avec Ouarzazate au Maroc), mais aussi des pays d’Afrique noire (Douai avec Dedougou au Burkina Faso, Le Portel avec Kawara toujours au Burkina-Faso, Faches-Thumesnil avec Tinkaré au Mali, Villeneuve-d’Ascq avec Ouidah au Bénin ). On continue ? Pour l’Asie, Yichang et Qinhuangdao en Chine respectivement avec Valenciennes et la communauté urbaine de Dunkerque. Toujours en Asie, on notera le jumelage original de Rubrouck, petite commune flamande, avec Govi-Altai en Mongolie. Un petit tour en Amérique du Sud ? Là, c’est Boulogne-sur-Mer qui s’offre un jumelage avec La Plata, en raison des liens qui unissent Boulogne à l’Argentine (liens expliqués dans ce papier sur les communes homonymes). Océanie ? Personne bien évidemment. Et si, Le Quesnoy avec Cambridge en Nouvelle-Zélande.

Les villes les plus internationales

Pas de surprise, les villes qui ont le plus de jumelages dans la région sont celles qui ont le plus d’habitants et le plus de rayonnement. Parmi les championnes donc, on trouve Lille (13 jumelages recensés sur le site internet de la ville comme pour les suivantes), Roubaix (8), Toucoing (8), Valenciennes (8), Calais (6), Douai (6), et étonnament la plus petite ville de Liévin en compte 6 également. A contrario, les plus petites communes se contentent le plus souvent d’un jumelage (anglais ou allemand d’ailleurs) : Violaines avec Wandhofen, Laventie avec Sümmern , Frévent avec Greftath, Merris avec Bexhill, Querenaing avec Boke, etc. A noter pour Saint-Laurent-Blangy : son seul jumelage est avec la ville sénégalaise de Rosso…

Les moins – ou les plus, c’est selon – originaux

Question jumelage, il y en a qui ne se foulent pas. Mention spéciale à Liévin avec son jumelage français avec La Valette-du-Var (bon, pour être honnête, la ville a aussi des jumelages en Pologne, Italie, Allemagne, Lituanie, Belgique et Autriche, ce qui relève le niveau). Eecke non plus (Nord, du côté de la Flandre), ne fait pas trop dans l’originalité : la commune est jumelée avec trois autres Eecke (qui veut dire chêne) en Suisse, Belgique et Allemagne. Mieux que rien : Lens n’a pas de jumelage…

En Europe aussi, on sait la jouer exotique…

On l’a dit, la majeure partie des jumelages s’effectue en Europe, en Angleterre, Belgique, Allemagne, mais aussi en Italie ou Espagne, pour les plus fréquents. Et quels sont les plus originaux ? Faches-Thumesnil pour démarrer qui s’offre Naoussa en Grèce. On a aussi retenu Bardejov en Slovaquie (Calais), etc. On notera également celui de Valenciennes avec la Suède et Nacka ou la Russie (à cheval sur l’Europe et l’Asie) et Moscou. Gravelines s’offre elle une escapade en Islande à Faskrudsfjordur (le jeu, c’est de le prononcer comme pour le volcan islandais), tandis que si on remplace le s par un r (pour donner Irlande), Noyelles-sous-Lens (pour Roundstone). A noter également le jumelage de Coudekerque avec Valkenisse aux Pays-Bas… Se jumeler avec le Luxembourg, un rêve ? Lille l’a fait. Avec Esch-sur-Alzette…

Quelques chiffres sur le jumelage pour conclure (chiffres intéressants, ça va de soi)

Une étude de l’Affcre détaille quelques éléments intéressants sur le jumelage. Réalisée en 2009, elle donne notamment quelques chiffres : on y apprend par exemple que la région Nord – Pas-de-Calais n’est pas celle qui possède le plus de villes jumelées. Seulement 198 (sur 1548 communes), loin derrière la région Rhône-Alpes (391), mais loin devant la Corse (5). En milieu de tableau en fait, mais à remettre en perspective avec le nombre de communes dans chaque région. Autre chiffre intéressant, mais dont nous n’avons pas le détail régional, la répartition des jumelages européens : sans surprise, les jumelages les plus nombreux sont avec l’ex-RFA (2107), suivie de l’Angleterre (1015) et de l’Italie (789). Le trio de queue est constitué de l’Estonie, de la Turquie et de la Norvège avec trois (voire deux pour la Norvège) jumelages chacun avec la France. Les jumelages qui nous étonnaient comme le Luxembourgeois existe à 21 reprises dans l’Hexagone, et la Suède à 8 reprises. A noter que le jumelage n’est pas l’apanage des grandes villes : si 88% des villes de plus de 10 000 habitants sont jumelées, elles ne représentent que 21% du total des jumelages. Et dans les 79% restants (vous suivez ?), les deux tiers ont moins de 5 000 habitants. Plein d’infos par là…

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

4 Commentaires

  1. N’oublions pas BAILLEUL jumelée avec YAKA au TOGO !

    Le jumelage de RUBROUCK avec une ville Mongole n’est pas étonnant, car c’est de là qu’est parti Guillaume de RUBROUCK au XIIIe siècle — il est nettement moins connu que Marco Polo, mais pas moins étonnant ; à Rubrouck existe un petit musée à ce propos 🙂

  2. @Médard. On n’oublie pas Bailleul… Comme précisé, on ne pouvait pas référencer l’intégralité des jumelages, ce qui prendrait des heures et des heures (voire des jours…).
    En effet, pour Rubrouck, eu égard à l’histoire, ce n’est pas étonnant. Mais encore une fois, si l’on devait détailler le pourquoi du comment de chaque ville, on consacrerait une édition spéciale au sujet. Ceci étant, merci pour vos précisions !

  3. Le quesnoy ville jumelée avec Cambridge en Nouvelle Zélande pourrait être pris pour un caprice d’envie d’exotisme, ou une envie de faire parler d’elle ! mais non, le Quesnoy est une ville fortifiée par Vauban, des remparts intacts et bien entretenus, et considérée comme une des plus belle place forte ! Il n’avait donc pas besoin d’un jumelage hors du commun pour faire parler d’elle.
    Ce jumelage est historique, quasi quotidien, et très important pour les quercitains. Le Quesnoy a été libérée lors de la première guerre mondiale par les Néo Zélandais. Ces soldats faisant partis de l’ANZAC (Australian New Zeland Army Coprs) sont venus en Europe pour combattre l’ennemi de l’époque.
    La troupe menée par le Dr Avrill a du escalader les remparts de Vauban pour entrer dans la ville.
    Un mémorial a été dressé sur les murs des fortifications que les néo zélandais ont escaladé.
    D’autres clin d’œils existent, des rues de la communes ont deux noms, l’un français, l’autre néo zélandais, les abords des écoles sont signalées par des panneaux d’indication néo zélandais.
    Aux commémorations il n’est pas rare d’y voir participer des “kiwis”, que ce soit des familles des soldats venus libérer la ville, aux élèves d’écoles néo zélandaises, aux représentants politiques, ambassadrice, ministre néo zélandais.
    Parfois les All Black passent par le Quesnoy, faire une petite visite quand ils ont un match en France!

    La ville a construit de vraies relations avec les villes jumelées, 2 associations organisent, coordonnent régulièrement des échanges, entre les chorales d’enfants, d’adultes, de musiciens… un partenariat existe entre les pompiers des différentes villes.

    Je vous invite fortement à visiter cette ville, de plus l’office du tourisme pourra vous accueillir, vous accompagner dans votre visite.
    Entrez dans la mairie tout le monde vous explique l’histoire de cette ville.
    Allez sur google map et visualisez le Quesnoy vu du ciel en mode satellite ou sur google earth, vous y verrai l’importance des fortifications et des remparts.
    https://maps.google.fr/maps?oe=utf-8&client=firefox-a&channel=fflb&q=le+quesnoy&ie=UTF-8&hq=&hnear=0x47c28b7f8be7fcf9:0xdbe346f99ee9088f,Le+Quesnoy&gl=fr&ei=6DCHUqC8BMmn0QWT6YCoAg&ved=0CKYBELYD

    Bonne visite !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus