L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Baccalauréat, on connaît déjà les sujets (bis)

Mouchard Par | 14 juin 2010

Enfin, pas tous: juste ceux qui vont fleurir dans la presse. En jargon journalistique, on appelle ça un marronnier. Et ce qu’il y a de pratique avec le marronnier, c’est qu’on peut pour vous le resservir d’année en année. D’ailleurs, on ne s’en prive pas, on vous ressort le papier de l’an passé, à peine modifié… Florilège des articles auxquels vous ne couperez pas.

Dans la famille portrait, je demande :

Le précoce : caractéristique du précoce, il a sauté les classes comme Guy Drut les haies. Résultat des courses, à quatorze ans, notre précoce se retrouve à 14 ans (l’an passé, on n’en avait un dans la région) candidat au baccalauréat.

Le surdoué : subtile nuance, car le précoce n’est pas toujours un surdoué. En général, on s’attarde sur le précoce avant les épreuves, tandis que le surdoué se révèle lors des résultats du premier tour, puisqu’il est entendu qu’un surdoué ne connaît pas le rattrapage. Signe distinctif ? Il a eu plus de 20 au bac (oui, c’est possible grâce aux points des options facultatives) ou quelque chose dans ce goût là. Autre particularité, on s’attend toujours à voir un binoclard-boutonneux-façon-Bill-Gates et on se retrouve face à un ado tout ce qu’il y a de normal. Et chaque région arrive toujours à vous dégoter un surdoué.

Le doyen : encore un portrait familier. Il est retraité, a toujours rêvé de passer le bac, synonyme pour lui de réussite. Mais né il y a fort longtemps, il n’a pas fait partie de l’élite, s’arrêtant au certificat d’études. Et caetera. Grosso modo, l’histoire est toujours un peu la même. L’an passé, le doyen français avait 79 ans et concourait dans l’académie de Montpellier (lire son interview dans Le Bien Public)… Variante plus riche : le (grand) père accompagné de son (petit) fiston, tous deux passant le baccalauréat. On en trouve aussi chaque année.

Dans la famille humour

Les perles du bac : un incontournable. Toujours couronné de succès. On a trouvé un site dédié rien qu’à ça. Personnellement, on a apprécié la façon dont ce bachelier décrivait la crise des fusées à Cuba en 1962 avec Gorbatchev ( ?!?!), le retrait des missiles américains en Tunisie (re ?!?!?!) et j’en passe et des meilleures… Allez, on ne vous fait pas languir plus longtemps, on vous refile l’adresse : http://www.perlesdubac.fr/

Les sujets : certains sujets peuvent parfois prêter au sourire. Exemple au hasard, en philo. Du genre : « Que gagnons-nous à travailler ? », un sujet tombé en 2007 (comme par hasard) dans les sections ES. Les sujets de philo des bacs précédents sont à lire ici.

Dans la famille malchance

Les retardataires : ceux qui n’ont pas fait sonner le réveil, ceux coincés dans les bouchons, ceux qui se sont plantés de lycée, qui sont victimes d’une grève de transports en commun, etc. Ou cet autre dont la bouteille d’eau casse dans le sac et bouzille la calculatrice avant d’entrer à l’épeuvre de maths (témoignage sur le site de l’Express). Il y en a toujours et on vous promet qu’avant la fin de semaine, ces malchanceux vont se révéler.

Le sujet qui cloche : avec près de 5 000 sujets, malgré toutes les attentions du corps professoral, on a chaque année un sujet qui cloche. Avec un énoncé ambigu voire carrément mal formulé. Le bac a beau être une grosse machine bien huilée, avec plus de 600 000 candidats, il y a forcément quelques grains de sable qui vont s’y glisser. Exemple avec ce témoignage dégoté dans l’Express, où cet ex candidat en 1993 raconte comment il a planché durant deux heures sur une épreuve avant d’être interrompu par les profs, parce que le sujet distribué n’était pas le bon.

Dans la famille des coulisses

Le dispositif anti-fuite : comment ces sujets sont gardés et acheminés vers les lieux d’examens ? Mystère. Chaque année, l’Education nationale se métamorphose en Grande muette à l’approche des épreuves. Son QG ? La Maison des examens d’Arcueil (94) en région parisienne avec un coffre fort où dorment les sujets en attendant d’être distribués (quelques détails sur le site de TV5, le reportage date des crus antérieurs, mais reste valable).

Les derniers préparatifs : la réception des sujets dans les lycées, les enveloppes qu’on décachette, la préparation des tables… Bref, cette année, on va redécouvrir cette gigantesque machine bien huilée: 600 000 candidats, 150 000 examinateurs, 4 500 centres d’examens, 5 000 sujets pondus et pour finir quatre millions de copies à corriger. Grosse machine donc, avec même une certification ISO 9001 désormais (on avait lu ça dans Le Monde l’an passé).

Les révisions : des lycéens lambda, quelques images d’eux en train de plancher, quelques réactions. Sans oublier ces parents qui n’en reviennent pas que leur petit bout de chou passe déjà son bac ! Des parents plutôt stressés, ceci dit en passant. Grand classique depuis quelques années, l’apport de la technologie aux révisions: fiches à imprimer, quiz interactifs sur le programme de sciences économiques et sociales, téléchargements en podcast sur MP3…

Dans la famille des petits conseils

Surtout bien dormir avant : un conseiller d’éducation, un psy, un toubib ou que sais-je encore, interviewé 48 heures avant les exams. Pour dire quoi ? Bien manger, bien s’aérer l’esprit, ne pas se gaver de cachets et de vitamines et surtout bien dormir. Bien dormir, ils en ont de bonnes ! Pour sûr que la veille du bac, on dort à poings fermés.

Dans la famille polémique

De l’utilité d’une épreuve de philo : sujet récurrent chaque année, l’épreuve de philo est-elle nécessaire ? Et à nouveau la gué-guerre entre les pro-philo et les anti-philo. Chacun avec des arguments irréfutables.

De l’intérêt du bac : le bac sanctionne-t-il le secondaire ? Ou est-il un examen d’entrée en fac ? Faut dire que la France comptait 31 bacheliers en 1808 (rien que des hommes, la première bachelière date de 1861) , moins de 60 000 en 1960 et aujourd’hui plus de 500 000 chaque année. Face à cette inflation, on se (re)pose l’éternelle question sur l’opportunité de réformer cette institution. Faut-il diminuer le nombre des épreuves ? Privilégier le contrôle continu ? Le supprimer carrément ? Vaste débat à retrouver dans la presse des années précédentes.

Et aussi les insolites auxquels vous n’échapperez pas avec ces épreuves de langues étrangères insoupçonnées (46 langues vivantes étrangères, 11 langues régionales), ceux qui passent leur bac dans les DOM -TOM pas en même temps que tout le monde, ces épreuves insolites (comme la Langue des signes). Etc. Etc.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Excellent article sur ces marronniers, ces “trucs” qu’on nous sort chaque année comme on changerai les acteurs d’une pièce de théâtre. Dans le même genre, je suis “fan” des petites phrases d’après-sujet dans les JT comme “Le maire a demandé à déclarer sa commune en état de catastrophe naturel” après avoir montré des villes dévastées ou ” l’opposition a déclaré être contre celle loi”.

    Vous avez peut-être oublié sur ce sujet du bac :
    -des débats sur les clivages ES/S/L et les autres
    -les fratries et autres jumeaux qui passent le bac en même temps
    -le prof qui corrige les copies
    -la maman qui attend sa fille à la sortie des épreuves et le prof qui attend ses élèves
    -le “malade” qui passe le bac à l’hôpital
    -Mais aussi et c’est “mon moment préféré”, les résultats avec là beaucoup de filles qui pleurent de joies, appellent môman, sautent partout ou des gars blasés qui regardent les résultats du bac comme ils liraient ceux du foot. “le bac c’est bien mais c’est qu’une étape”

    Marronniers quand tu nos tient…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus