L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Manchester, je me souviens…

DailyUne | Petite histoire Par | 17 mai 2010

Skyline, Manchester, 37,5… Peu de chances que cela vous parle si vous n’avez pas dépassé la trentaine. Voilà des lustres que ces illustres boîtes des années 80 et 90 ont tiré leur révérence. Périodiquement, pourtant, certaines revivent au gré de soirées spéciales. Soirées remember, ça s’appelle. Pour trentenaires et quadras, rangés ou non, victimes de nostalgie. Et justement, en voilà une qui nous tient plutôt à cœur : la soirée remember du Manchester en juin près de Béthune.

[singlepic id=1218 h=350 float=left]Manchester. Un nom qui résonne dans ma mémoire de trentenaire. Oui, trentenaire, parce qu’il faut au moins avoir atteint cet âge canonique pour qu’il signifie quelque chose. Manchester, donc. Une discothèque paumée à Loos-en-Gohelle (près de Lens) dont la devanture ferait aujourd’hui fuir les invétérés (invertébrés?) night-clubers en mal  de néons, lasers et autres artifices. L’intérieur aussi ceci dit en passant : fauteuils au tissu écossais, damier noir et blanc au sol… Peu importe. Ici, on ne venait pas pour la déco, le jeu de lumières ou pour le moelleux des banquettes, on venait pour la musique et l’ambiance de la boîte.

Une boîte ? Parlons en. Les ados d’aujourd’hui me riraient sans doute au nez. De l’extérieur, une grande bâtisse qui avait naguère abrité un marchand de vélos avant d’accueillir un restaurant-discothèque. Jean-Marc Dernoncourt est devenu propriétaire des lieux en 1984. Le Fiacre que ça s’appelait alors. Ne vous fiez pas au nom volontiers rétro, déjà, c’était strictement new wave. Et puis en 1990, le Fiacre deviendra le Manchester. Histoire de marquer un peu plus son goût immodéré pour la pop anglaise. Eh oui, il fut un temps, bénit, où on passait de la pop anglaise dans les établissements de nuit ! Smiths, Pixies, Pulp, Suede et j’en passe… La boîte a ainsi forgé la culture musicale de plusieurs générations.

Curistes, skas, punks…

Et tandis que la “house music” (on utilisait encore l’expression à l’époque) envahissait les discothèques du début des années 90, le Manchester, lui, entrait en résistance, refusant de passer de la musique synthétique. “Vu le genre de musique, on avait la clientèle en rapport avec”, s’amusent Jean-Marc et Martine Dernoncourt, les gérants de l’époque. Des Curistes (fan de The Cure, on précise pour les moins de trente ans), des skas, des punks, des hard-rockers, des grunges aussi… “Des crêtes, j’en ai vues de toutes les couleurs”, sourit encore Jean-Marc.

Tout ce que la musique en boîte (à rythmes) pouvait alors compter de farouches opposants, l’atypique discothèque les drainait à des dizaines et dizaines de kilomètres à la ronde. “On n’avait pas vraiment de concurrence dans la région, si ce n’est le Skyline à Lille ou le 37,5”, poursuit l’ancien patron de nuit. La capacité était modeste avec 300 personnes, mais le couple de gérants reconnaît aujourd’hui avoir eu “des pointes beaucoup plus hautes”. Malheureusement, le fidèle client (“c’était une disco familiale”) a fini par prendre de la bouteille. “On n’arrivait pas à renouveler la clientèle, confesse Jean-Marc. Cela n’était plus viable.” Et tandis que la jeune génération cédait aux sirènes de la techno et des boites “plus modernes”, en 2000, le Manchester s’est éteint.

Dix ans ont passé. Juin 2010. Le temps d’une soirée, ce fameux Manchester va renaître. Un groupe d’ex habitués en a ainsi voulu. Histoire d’entretenir la nostalgie de ces vertes années, histoire de rendre hommage à Mélanie, la fille des gérants, ex disc jockey, disparue à l’âge de 32 ans, en automne dernier. Pour entretenir le petit vague à l’âme, les organisateurs de cette soirée rêvaient naturellement de revenir dans les mêmes murs : pas possible, l’établissement s’est mué depuis en café-tabac. Cette soirée spéciale aura donc lieu du côté de Béthune, dans une autre discothèque aujourd’hui disparue, le Relais de la diligence… Qu’importe, l’âme du Manchester ne se résumait pas à une question de déco…

Soirée “Remember Manchester”, le vendredi 11 juin à partir de 20h, au Relais de la Diligence, à Hesdigneul-lez-Béthune.

La page Facebook de cette soirée
La page Facebook des nostalgiques du Manchester

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

7 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet excellent article.
    Rendez vous le 11 juin sans faute ! 😉

  2. Ch. D parle en connaissance de cause ! C’est le discours du coeur. Celui du chien qui a connu la même gamelle que toute une génération (et ce sont les regrets de cette époque qui lui font frétiller la queue. Je parle au figuré). Et c’est vrai qu’il est devenu dur -pour ne pas dire impossible- de trouver une niche du même accabit. Les boites sont, c’est vrai, devenue des boites à bruit plus qu’à musique, la vraie. Petite modif’, le Skyline était près de Mouscron, pas à Lille (les Lillois n’ont jamais eu ce talent alternatif, ça se saurait). J’y serais, le 11, Ch. D., toi aussi (parce que j’y étais, dans cette boite bien avant toi). Je te paierais une gamelle au premier morceau de Lady Gaga. Et tu m’en paieras une au premiers arpèges des Smiths (je crois que je gagnerais).

  3. Je voulais juste ajouter une anecdote concernant le Manchester (dont le comptoir m’a autant servi à boire qu’à écluser). Il y avait sur le mur une mini-Austin (une vraie) que le patron avait découpée à la tronçonneuse et qui était posée comme un tableau. Les fidèles se souviendront.

  4. que de bons souvenirs !!!!une vrai ambiance et beaucoup d amis las bas!!!

  5. Bonjour,

    Je viens de tomber sur cette page un peu par hasard…et si j’avais su qu’il y avait eu une soirée “Remember Manchester” il y a trois ans je serais venu. J’étais étudiant à Lens lorsque j’ai connu “le Manch” et je suis tout retourné d’apprendre que la DJ s’est éteinte, elle mettait de la bonne musique et s’invitait même de temps à temps à danser sur la musique avec les fans de new-wave et de pop anglaise et indie rock….

    Arf nostalgie lorsque tu nous tiens…

    JY

  6. Que des annees de dingues dans cette boite …………………..

  7. Bonsoir, je viens de lire votre article. C’est vrai le fiacre nouvel espace Manchester , c’était une boite à part avec son ambiance. J’y ai passé de très bons moments.
    Merci pour votre article qui a rallumé ma flamme nostalgique.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus