L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

On vous a dégoté un job de rêve

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 16 avril 2010

C’est devenu une grande mode, les jobs de rêves. Robinson de luxe en Australie, joueur de poker à 100 000 euros, etc. Dernier en date ? Creamer. Comprendre la personne chargée d’étaler de la crème sur les plages l’été sur des épaules dénudées. Comme job d’été, on a connu plus harassant. Salaire ? Cinq mille euros pour six semaines. Souci, encore une fois, va falloir quitter le Nord – Pas-de-Calais. Dieu merci, avec un peu de mauvais esprit, on vous a dégoté un job de rêve dans la région. Et même plusieurs (une soixantaine en vérité). Pas besoin de formation particulière, c’est ouvert à tous. Gros salaire et plein de petits avantages en prime…

On commence par le meilleur. Sept mille soixante-quatre euros et quatre-vingt quatre centimes (7 064,84 euros pour les réfractaires aux lettres). Ça, c’est pour le traitement mensuel brut. Oui, à ce tarif là, on parle plus de salaire mais de traitement. Ce qui vous laisse quand même plus de 5 000 euros nets par mois, une fois toutes les déductions effectuées.

Cinq mille euros, vous rechignez ? Attendez, c’est pas fini. On vous offre aussi près de 6 000 euros nets et mensuels (non imposables) pour que vous puissiez bien représenter. Des fois que vous aviez dans l’idée de vous déplacer en mobylette habillé d’un survêt’. Avec 6 000 euros, vous aurez de quoi acheter des costumes bien coupés. Enfin, ne claquez pas tout dans les fringues, éventuellement (on dit bien éventuellement), il faudra aussi vous payer un local pour bosser… Bah oui, faudra quand même bosser un peu. Rassurez-vous, on vous donne aussi  7  203,78 ou 9 093 euros (ça dépend du poste) pour embaucher jusqu’à cinq collaborateurs. Collaborateurs que vous choisissez à votre guise, on n’est pas trop regardant, on vous demandera juste qu’ils aient le baccalauréat. Après vous faites comme vous voulez. Et si cette somme n’est pas entièrement dépensée, vous pourrez la refiler à votre famille…

Taxi, avion, TGV

On vous sent encore hésitant. Vous allez me dire qu’un job de rêve, c’est pas forcément plein d’euros à la fin du mois, c’est aussi une qualité de vie. D’accord. On va donc agrémenter ce job avec des petits avantages afin de vous convaincre. Une carte nominative pour voyager sur tout le réseau SNCF (en première classe naturellement, quelle question !), six vols allers-retours en France par an, des taxis gratuits à Paris, un prêt d’aide au logement plutôt avantageux (2% sur 10 ans par exemple pour 75 000 euros en moyenne), un régime de sécurité sociale spécial, une dotation informatique et j’en oublie (en fait, il y’en a trop). Et puis, comme on cause beaucoup de retraite ces derniers jours, on va également vous apaiser : vous cotisez double les quinze premières années, puis 1,5 fois les cinq années suivantes. Moralité, vous obtenez votre retraite pleine et entière au bout de 22 ans. Et si au bout de cinq ans, vous perdez votre job, vous toucherez quand même 1 500 euros de retraite (mais ça arrive rarement que quelqu’un perde le job après seulement cinq ans). Qu’on se rassure, vous n’irez pas pointer au Pôle emploi comme n’importe qui. Non, vous, vous aurez droit à six semestres d’indemnisation dégressive (de 100% à 20%) contre quatre maxi pour le commun des mortels. Pas belle la vie ?

Chouette, des vacances !

Bien. Là on vous sent plus enclin à accepter. Quoiqu’un tantinet inquiet. Euh, à ce tarif là, on va nous demander de faire quelque chose d’illégal ? Non, y’a pas plus légal. Euh il va falloir bosser comme un damné ? Nuit et jour ? Du quatre-vingts heures hebdos ? En fait, cela ne tient qu’à vous. Du 30 juin au 1er octobre, en théorie, vous êtes en vacances (et aussi des vacances à Noël, en hiver, à Pâques, voir le calendrier). Et pas de réunion les week-ends ou les jours fériés, promis… De toute façon, pas plus de 120 jours de réunions par an, c’est écrit.

D’ailleurs, même durant cette période, vous n’avez que l’obligation morale de (bien) faire le boulot, d’assister et éventuellement de participer aux réunions. En fait, vous pouvez très bien rester dans votre ville sans vous déplacer sans cesse à Paris et dire que vous faites quand même le boulot (on connaît quelqu’un qui fait ça très bien dans la région). Et si vous séchez les fameuses réunions parisiennes, rassurez-vous, dans le pire des cas, on ne vous retirera que 352 euros par mois. On vous avez pas dit que c’était des jobs de rêve ?

Plus de renseignements sur ces jobs : ici et .

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus