L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales : les fines analyses de nos élus

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 15 mars 2010


Qui dit élection, dit analyse. Et aussi réactions et interprétations de vote. A chaud hier soir, avec un peu plus de recul aujourd’hui et dans les prochains jours. Ce qu’il y a de pratique avec les chiffres bruts livrés par les urnes, c’est qu’on peut leur faire dire tout… et n’importe quoi. En témoignent ces réactions d’élus et leurs interprétations tout à fait personnelles de ce premier tour des régionales. En fait, on a parfois l’impression que les politiques y voient ce qu’ils ont envie de voir. Florilège de déclarations piochées ici et là depuis 24 heures…

Dominique Dupilet : lorsque la réforme des collectivités territoriales tourne à l’obsession

Moins d’un électeur sur deux daignant voter, on serait tenté d’y lire un profond désintérêt pour le Conseil régional. Idée saugrenue ! Heureusement, Dominique Dupilet est là pour remettre les pendules à l’heure. D’après le président du Conseil général du Pas-de-Calais, ce scrutin témoignerait d’un attachement à l’institution régionale. Si si. Parce que ces résultats illustrent un vote sanction à l’encontre de la politique gouvernementale, de ses réformes, et en particulier du projet sur les collectivités territoriales. Petite phrase piquée dans La Voix du Nord : « Ce résultat (…) est un désaveu cinglant pour toutes celles et tous ceux qui, de l’Élysée jusqu’aux candidats de la majorité présidentielle, soutiennent la réforme territoriale, veulent sous prétexte de mille-feuille local mettre les territoires au pain sec, et sont les avocats d’une recentralisation aggravant les inégalités. » Et notre homme persiste et signe, dans un post sur son blog : « Oui, en tous cas ce scrutin a une valeur et j’y vois notamment un appui manifeste au combat contre la réforme des collectivités territoriales. »

A Roubaix, abstention record, mais abstention technique

Moins de 45% de votants dans la région. En moyenne. Car à Roubaix, on flirte avec les 28,3% de participation. Pour le maire, René Vandierendonck, conseiller régional sortant, et très investi dans cette transcendante campagne (souvenez-vous l’affaire du Quick Halal), on pourrait y voir une sévère déculottée. Mauvais esprit ! Tout faux. Dans Nord Eclair, René Vandierendonck a trouvé une explication fort commode à cette hémorragie d’électeurs. Une abstention en guise de contestation, un défaut de communication de la Région sur son oeuvre (difficile de nier ces deux éléments) et un troisième argument tout neuf, servi par le fin analyste roubaisien: cette abstention est aussi « technique ». Explication livrée dans la foulée : « Avec la rénovation urbaine, beaucoup de gens changent de quartier sans le signaler en mairie. » Moralité, si les gens se sont plus abstenus à Roubaix qu’ailleurs, c’est parce que le maire a bien bossé, a bien mené la rénovation urbaine et que cela foutu la pagaille dans les listes électorales. Fallait l’oser celle-là.

Olivier Henno, la crise a encore bon dos

On la pensait passée de mode, à force d’avoir été usée et utilisée par tous et à toutes les sauces. Eh non. Pour expliquer sa débacle (3%) et par la même occasion la faible mobilisation de l’électorat, Olivier Henno, tête de liste du MoDem, nous ressert cette fameuse crise interplanétaire ! Entendu sur le site de La Voix du Nord « cette profonde réflexion » : « La crise, parce que les gens sont en souffrance, aboutit à ce que la participation soit faible. Il y a une désespérance et une radicalisation qui font que le projet humaniste et centriste devient plus difficile. » Ah si c’est la faute à la crise, y’a plus qu’à attendre, et la participation reviendra.

Michel Delebarre : l’abstention ? La faute à Total

Heure-reux, le député-maire de Dunkerque qui se fend d’un billet sur son blog. Cette élection a porté Daniel Percheron en tête dans sa commune. Merveilleux. Michel Delebarre y voit « la preuve que le travail effectué à Dunkerque porte ses fruits dans chacun de nos quartiers ». Peu importe qu’il s’agisse d’un scrutin régional, on ne va pas se priver d’un petit auto-satisfecit. Et tandis que beaucoup d’élus se contentent de déplorer l’abstention, sans se hasarder à une explication, Michel Delebarre y va gaiement : « Je déplore toutefois une trop importante abstention due en grande partie à l’épuisement de l’électorat sous les coups d’un gouvernement dont les paroles et promesses ne sont pas suivies d’effet. La raffinerie des Flandres nous procure une illustration. Pendant que les élus locaux de gauche tentent de sauver, avec les salariés, un véritable projet industriel, le ministre de l’Industrie, demeure muet sur les propositions de Total qui, pourtant, de l’avis général, sont insatisfaisantes quant au devenir industriel du site. Quelle est sa crédibilité? »

Jacky Hénin : c’est bon signe pour reconquérir Calais !

L’ex maire communiste de Calais n’a décidément pas digéré sa défaite de 2008. Dieu merci, à en croire Jacky, les Calaisiens se sont rendus compte de leur erreur. Notre héraut communiste arrive à voir tout ça dans cette élection à travers une fine analyse des votes à Calais. Et même que c’est tout bon pour les prochaines élections municipales (en 2015). Je cite :  » la droite est laminée à Calais. Elle a de la bile à se faire pour la suite.  (…) C’est un message de mécontentement envers l’équipe municipale et ses promesses non tenues. Ensuite, la gauche totalise 57 %. En son sein, les choses se sont équilibrées entre le PS et le PC. Je suis satisfait car je progresse depuis la perte de Calais.  »

Le PS vraiment vainqueur ?

Et un petit dernier. « On a gagné » entendait-on dans les QG socialistes de la région. Et la presse du jour relaye volontiers la satisfaction des forces de gauche. Un PS qui se voit en grand vainqueur de ces élections, un PS pourtant seul (enfin il y avait quand même du PRG et du MRC) devant la droite républicaine rassemblée. Oui, ça c’est valable quand on regarde les pourcentages, mais du côté des voix exprimées, le constat est bien différent : 484 798 voix en 2004 dans la région pour le PS, contre 358 185 voix en 2010. Moralité, 125 000 voix se sont évaporées (26%) dans le giron socialiste. Forcément, dit comme ça, on se demande si il y a réellement un vainqueur dans ce premier tour…


Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES LÉGISLATIVES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus