L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

15 ans du procès OM-VA : retour sur l’affaire en vidéos

DailyUne | Petite histoire Par | 18 mars 2010

L’événement du mois de mars 1995. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? La Présidentielle approchant à grands pas ? Certes, mais en cette fin d’hiver 95, une autre actualité faisait la Une. Le procès faisant suite à la tentative de corruption du match entre Valenciennes et l’Olympique de Marseille en 1993. A travers différents reportages vidéos piochés dans les archives de l’INA, retour  sur une affaire qui touchera aussi de plein fouet Béthune, avec le député-maire Jacques Mellick, l’homme qui roulait plus vite que son ombre.

1993 : L’OM champion d’Europe, Jacques Glassmann lâche le morceau, l’affaire OM/VA devient le feuilleton de l’été

Les amateurs de foot s’en souviennent encore. En mai 1993, l’Olympique de Marseille réussit l’exploit : remporter la Coupe des  Clubs Champions face au mythique Milan AC. Une première pour l’Hexagone et une fête sans précédent dans les rues de la cité phocéenne. Une fête qui cache l’inquiétude après les révélations de Jacques Glassmann, joueur de Valenciennes, quelques jours auparavant. Celui-ci accuse en effet le club marseillais de tentative de corruption lors du match VA-OM comptant pour le championnat de France. Sur la vidéo, les dirigeants marseillais démentent bien évidemment. Et menacent d’attaquer Valenciennes en justice. Sauf qu’une fois la liesse de la Coupe d’europe passée, l’affaire OM/VA devient petit à petit le feuilleton de l’été. Rapidement, des joueurs de Valenciennes sont impliqués (Christophe Robert et Jorge Burruchaga), tout comme le Marseillais Jean-Jacques Eydelie. 250 000 francs seront retrouvés dans le jardin de la tante de Christophe Robert (à comparer avec les salaires actuels des footballeurs). Jean-Pierre Bernès, directeur général de l’OM est aussi impliqué. Mais quid de  Bernard Tapie, l’alors omniprésent président de l’OM ? Boro Primorac, entraîneur de Valenciennes,  assure que Tapie lui a proposé de porter le chapeau. Ce que le bouillant député  dément : le 17 juin, il était avec Jacques Mellick, le député-maire de Béthune, dans son bureau parisien. Le Béthunois confirme. Sauf que les heures ne collent pas, l’homme politique nordiste étant identifié sur une photo à Béthune une petite heure, voire une demi-heure, plus tard ou plus tôt… Ou en même temps, mais bref, dans un laps de temps matériellement impossible pour faire la route Paris-Béthune…



Jacques Glassmann accuse l’OM

retrouver ce média sur www.ina.fr




Le résumé des épisodes de 93 et 94 avant le procès

retrouver ce média sur www.ina.fr




Quand Béthune et Mellick s’en mêlent

retrouver ce média sur www.ina.fr




A partir de mars 95 : l’heure des procès, Tapie condamné, Mellick démasqué

Mars 95, il y a quinze ans. L’heure du procès a sonné à Valenciennes. L’occasion pour les médias de faire de l’audience avec une affaire qui fait toujours grand bruit. Dans le tribunal, on retrouve les principaux protagonistes. A la fin du procès, les joueurs impliqués sont condamnés comme Bernard Tapie qui fait appel. La décision sera confirmée. Jacques Mellick est partie prenante dans le dossier et c’est au cours de ces journées d’audience que son attachée parlementaire, Corinne Crajewski, vendra la mèche : elle n’a jamais assisté à la prétendue rencontre parisienne avec Bernard Tapie. Et Jacques Mellick aurait fait pression sur elle… L’ex-maire le plus rapide de France ne peut plus nier…  Et c’est cela qui le conduit de nouveau devant le tribunal où l’on reconnaît entre autres l’un de nos avocats stars, Dupond-Moretti. Cette fois, l’élu avoue le faux témoignage. Il sera condamné et inéligible pendant quelques années.


Corinne Crajewski avoue qu’elle n’était pas dans le bureau de Tapie avec Mellick

retrouver ce média sur www.ina.fr




La fin du procès de mars 95

retrouver ce média sur www.ina.fr




Le procès de Jacques Mellick

retrouver ce média sur www.ina.fr




Années 2 000 : Jacques Mellick en rigole, le VAFC retrouve l’élite

Voilà, c’est fini. Tout le monde a payé sa dette à la société. Bernard Tapie retournera même à l’OM comme directeur sportif une courte saison au début des années 2000. Jacques Mellick, lui, décide de s’expliquer sur toute cette affaire dans un livre intitulé… Excès de vitesse. Il est reçu sur le plateau de Thierry Ardisson. Et rigole désormais de cette affaire en plaidant sa bonne foi. Tapie possédait à l’époque l’entreprise Testut à Béthune et trois cents emplois dépendaient de son témoignage. Une campagne médiatique en forme de rédemption : l’homme sera réélu à la mairie de Béthune en 2002. Et pendant ce temps, Valenciennes ? Le VAFC aura payé cher l’affaire. De rétrogradation en rétrogradation, le club atteindra la CFA avant de remonter la pente dans les années 2000.  En 2006, c’est l’accession en Ligue 1. Treize ans après le début de l’affaire OM/VA. Quant à Jacques Glassmann, qui restera l’homme par qui le scandale est arrivé, il a été sifflé dans les stades lors de la saison qui a suivi le début de l’affaire, mais a reçu le Grand Prix international du fair-play de la Fifa. Aujourd’hui, aux dernières nouvelles, il s’occupe de la reconversion de joueurs professionnels.


Jacques Mellick et la rédemption chez Ardisson

retrouver ce média sur www.ina.fr




Et Valenciennes retrouve la Ligue 1

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Comme je tiens le micro RTL sur la photo, je me permets…
    Le lendemain du match, après une réunion houleuse, Michel Coincas, le président de VA déclarait que Marseille et Tapie n’avaient rien à voir dans cette histoire… Plus tard, Mr Coincas, semble-t-il, finançait la pièce de théâtre dans laquelle Mr Tapie débutait une nouvelle carrière. Solidarité entre présidents de clubs ou de compagnons de cellule ?
    Le « témoin » de Bernard Tapie était prévisible. Quelques mois avant le match VA-OM, le journal municipal de Béthune titrait en première page « Mon interview exclusive de Bernard Tapie par Jacques Mellick ». Photo des deux en Une…
    Bien sûr qu’il y avait Testut. Ponctionné de 21 000 000 F en date du 26/07/89 par un virement du compte Testut de la SDBO, en faveur de la FIBT –Bernard Tapie Finance avec en référence « Garantie OM ».
    Alors, quand les choses ont mal tourné pour cette entreprise performante, le Conseil Régional NPDC a promis 30 000 000 F à taux zéro (ou réduit de 2 à 3%) pour « aider » l’entreprise qui s’engageait à épurer ses comptes notamment en licenciant 150 personnes et en nommant un nouveau directeur….(mars 1993).
    Au procès de Jacques Mellick, le témoin de « moralité » était Daniel Percheron. L’un était trésorier fédéral de la Fédération du PS, l’autre Secrétaire fédéral. Tous deux, selon un courrier anonyme en provenance de Lens – style coopérateur – dénonçait, documents à l’appui, que la Fédération « publiait » ses propres timbres d’adhésion puisque Solférino n’en avait plus. Histoire d’avoir un réservoir d’adhérents en réserve ? C’est peut-être pour cela que le maire d’Hénin Beaumont destitué n’apparaissait pas dans les fichiers de Solférino ? (Tiens France Bleue n’a jamais expliqué les agissements du camarade Mollet qui avait « organisé » la tournée d’été qui a abouti, semble-t-il, à la mise en disposition du directeur de l’époque.
    A l’issue du procès Mellick à Béthune, les fans du maire ont conspué Corrine, son ancienne collaboratrice : « A mort ! A mort ! »… No comment. (Le juge Beffy avait lui aussi reçu des menaces de mort de la part de soit disant supporters. Il est vrai qu’aujourd’hui !).
    Quand j’ai déposé mon micro RTL, Mr Tapie allait en prison. Quand, plus tard, j’ai ouvert ma télé après de longs mois d’abstinence, il était à l’écran dans la peau d’un « commissaire de police »… Depuis… Tout est dit.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie