L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Le petit abécédaire pour appréhender les régionales

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 11 décembre 2009

Les régionales, ça vous fatigue déjà ? Oui, on sait. C’est toujours la même chose ? Et en plus vous y pigez que dalle ? Oui, on sait. Vous avez tort car vous vous privez de quelques bons moments. Si, si ! La campagne n’a même pas débuté, mais on déjà relevé quelques savoureux morceaux à travers la littérature abondante sur le sujet. Mon tout compilé sous forme d’abécédaire, justement pour pas trop vous fatiguer.

D comme dérapages incontrôlés. Qui dit élection, dit coup de stress. Pas pour vous, on s’en doute, mais pour les candidats. On ne se l’imagine pas, mais c’est éprouvant une campagne, entre les sondages qui bougent tout le temps (un petit point peut être source de contrariété), les déplacements aux quatre coins de la région… Gagnera ? Gagnera pas ? Combien de sièges ? Alors parfois, sous le coup de la fatigue, face à l’enjeu, les mots dépassent la pensée. On s’emballe, on dérape, on s’égare et c’est la métaphore ou le trait d’esprit qui tombent comme un cheveu sur la soupe (n’hésitez pas à nous les signaler). Et là, vu les champions du verbe que compte la région (ne soyons pas modestes, faut bien le reconnaître), il va falloir être sacrément vigilant. Car ça promet de fuser sec dans les prochaines semaines. La campagne même pas lancée : on a déjà eu quelques mises en bouche. Percheron qui parle de postuler à la tête du RCL si Martel se pointe aux régionales ; Bocquet  qui se prend pour la locomotive du PCF et en appelle à Dieu et à Marx; Lazaro qui explique que Valérie Létard n’est pas son type de femme…

[singlepic id=953 w=320 h=240 float=center]

© Oliv’ / Bakchich


G comme (tête de) gondole. Une liste, c’est l’aboutissement de savantissimes calculs. Si, si ! Une vraie stratégie pour ne délaisser aucun segment de l’électorat. D’abord, il faut y placer des femmes (loi sur la parité oblige). Ensuite, dans une région extrêmement jeune, il faut mettre aussi un coup de jeunes (jeunes en politique = 30 ans et un peu plus). Un peu, pas beaucoup et pas forcément en position éligible. Car sans être le Sénat, la moyenne d’âge de la Région est plus proche de la Mapad que de la fac. Et puis, il faut aussi doser avec les territoires, respecter encore les courants au sein du parti, apporter du sang neuf tout en maintenant une continuité… Enfin, comme la diversité est très en vogue, introduire quelques noms à consonance étrangère, c’est toujours une bonne tête de gondole dans une région où le poids démographique de l’immigration pèse souvent plus qu’ailleurs. Là aussi, juste un peu, et pas forcément en position éligible. D’ailleurs, dans le conseil sortant, les élus issus de la diversité se comptent sur les doigts d’une main parmi les 113 conseillers régionaux (relire notre article sur la diversité dans la région).

J comme je joue des coudes. Conseiller régional, faut l’avouer, c’est plutôt un sacré bon job. Bien payé (2 500 euros pour l’indemnité de base), moins éreintant qu’un boulot à l’usine, des vacances calquées sur le calendrier scolaire, plein de petits avantages et aucune obligation (sauf morale) de faire correctement le job. On a beau être animé par l’intérêt général, ça motive. Et forcément, ça joue des coudes. Le tout n’est pas d’être sur la liste, encore faut-il décrocher une position éligible. Et là, les places sont chères. Depuis quelques semaines, on observe les petits arrangements entre amis et aussi  quelques amères déceptions. Exemple ? Gérard Caudron, le maire de Villeneuve d’Ascq, qui retient en otage le permis de construire du Grand stade. Pas content de se retrouver en milieu de liste du PS, il menace d’aller chez les écolos. Toujours à gauche, Jeanine Marquaille et Brigitte Parat, deux vice-présidentes débarquées, ont l’impression que le renouvellement se fait un peu sur le dos des femmes. A droite, c’est le député-maire de Phalempin, Thierry Lazaro pas content de se voir dégommer de la première place par Valérie Létard (on discute pas, c’est Nicolas qui l’a dit). Bref, pour le moment, on se querelle surtout entre amis.

O comme outsiders. PS, UMP, les deux vedettes. Front de gauche, FN, Verts, MoDem et peut-être le NPA de Besancenot pour les seconds rôles. A côté des grosses machines de guerre, bien huilées, il y a toujours ces petites listes qui se jettent dans l’arène sans complexe. Et sans budget. En 2004 (11 listes en lice), on avait ainsi une liste d’écolos, une autre de chasseurs (0,00% et 11 voix)… Et pour 2010 ? Le Parti Pirate y a songé, mais semble désormais y renoncer. En attendant le dépôt des listes (le 15 février à midi), on en a trouvé déjà une autre, bien décidée à en découdre. L’Union des gens que ça s’appelle. Petit parti, oui, mais grandes idées. Comme renommer le Nord – Pas-de-Calais en Pays-Bas français. Ou développer les TER – MER à 1 euros, les transports gratuits et j’en passe.

P comme peopleries. Ils en rêvent tous sur leurs listes. Bah oui, pour percer dans une élection dont un bon tiers des gens se fout royalement (36% d’abstention en 2004), quelques peoples ça fait jamais de mal. Gonflés par leur succès aux européennes, les Verts racolent volontiers. Même si t’es pas trop Vert, t’as une chance. Faut dire que Jean-François Caron en tête de liste, c’est pas Cohn-Bendit. Là, forcément, il y a un grand déficit de notoriété à combler… Rêvant d’un coup d’éclat dans une région acquise à la gauche depuis les premières élections en 1986, l’UMP enrôle aussi. Et lorgne vers Borloo ou Martel (une icône du foot régional, c’est bon ça mon coco). Côté PS, le rayon guest stars s’annonce plus pauvre. Même Jack Lang ne sera pas de la partie (ah bon, il était élu en 2004 ? On ne l’a pas vu…). Le pompon dans cette course au people ? Le saint Graal? Celui qui accrochera la candidature de Dany Boon… Pour le coup, on est sûr que tout le monde pourra citer au moins un nom au Conseil régional.En second choix -l’UMP a montré la voie avec David Douillet-, on peut aussi débaucher quelques sportifs. Du footeux tant qu’à faire: Ribéry, Papin, la région en a à revendre…

T comme trou de mémoire. Daniel Percheron, c’est le tenant du titre. Le président socialiste de la Région. On se sent obligé de le préciser depuis ce sondage du début du semaine révélant que seuls 8% des personnes interrogées étaient capables de donner spontanément le nom du président de région (lire notre brève). On n’imagine même pas les résultats si on avait demandé à quoi ça sert la Région. Y’a aucune honte à avoir. D’abord, Percheron n’a jamais été une grande gueule façon Mauroy ou Aubry et, en plus, même Frédéric Mitterrand s’est planté. Oui, le ministre de la Culture, himself. Lors de son passage sur le site du futur Louvre – Lens vendredi dernier, voulant remercier le Monsieur qui avait fait un si beau discours avant lui, il s’est adressé au président “Boucheron”.

Illustration : Bakchich. Tous les dessins de Bakchich pour DailyNord, c’est par là

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. “J comme je joue des coudes. Conseiller régional, faut l’avouer, c’est plutôt un sacré bon job. Bien payé (2 500 euros pour l’indemnité de base), moins éreintant qu’un boulot à l’usine, des vacances calquées sur le calendrier scolaire, plein de petits avantages et aucune obligation (sauf morale) de faire correctement le job. On a beau être animé par l’intérêt général, ça motive”
    ??????????????????????????????????????????????????????????????????
    Donc un conseiller régional s’engraisse, à presque rien faire, autant en vacances qu’un gamin (ou un prof d’ailleurs, tous les mêmes fainéants ), …
    Je ne commente même pas le “plein de petits avantages”

    N’est-ce pas un peu simpliste de s’en prendre aux élus ? Croyez vous que ce soit avant tout les élus qui s’engraissent ?
    Quelle logique ! : On oppose celui qui attend le train avec celui qui le conduit et on oppose ces deux catégories à ceux qui ne prennent pas le train parce qu’ils ne travaillent pas et on les oppose à ceux qui ont pas d’indemnité parce que pas de papier : et on s’arrête où ?

    La recette est à la mode mais quand même… Je trouve cela un peu décevant :
    c’est plutot du niveau BistroNord que DailyNord
    On était habitué à mieux…
    Citoyen

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture