Lire cet article " />

DailyUne | Petite histoire Par | 19H24 | 30 novembre 2009

Eric Darques, l’empêcheur de détourner en rond

L’affaire Mauroy – Cohen-Solal, c’est lui. Les millions d’euros de l’eau dans la métropole, c’est lui. Le recours contre le Grand Stade et l’attribution du marché public, c’est lui. Lui, c’est Eric Darques. Un Lambersartois qui estime que les politiques n’ont pas à jouer avec les impôts de leurs administrés. Rencontre avec ce quadragénaire craint et détesté qui s’apprête à écrire à Daniel Percheron pour lui demander des comptes sur le Conseil régional.

« Sur mon bureau, je dois avoir près de 1 500 dossiers. Classés dans des pochettes aux couleurs des partis politiques. Bleu pour l’UMP-RPR, rose pour le Parti socialiste, rouge pour le PCF, vert… pour les Verts.  La couleur la plus présente ? En fait, on remarque qu’entre droite et gauche, c’est plutôt bien réparti… A part chez les Verts. Et le FN est moins touché, mais faut dire qu’il ne dirige rien… » Eric Darques. 46 ans. Consultant financier qui vit à Lambersart. Et en dehors des heures de boulot, une double vie : éplucher les dossiers qui lui sont transmis le plus souvent de manière anonyme : « ça me prend 30h par semaine. Heureusement, je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil. »

L’affaire du Grand Stade au pénal

Insomniaque, l’Eric Darques. Et certainement la cause de quelques pannes de sommeil chez les élus de la région et d’ailleurs. Car l’homme ne lâche rien. Depuis qu’il y a dix ans, on lui a glissé un dossier sous le bras : l’affaire Cohen-Solal, attachée de presse à la Communauté urbaine de Lille à la fois salariée d’un journal PS à Paris. Le Lambersartois s’interroge. Fouille dans les comptes. Cherche. Attaque en justice. L’affaire traîne depuis dix ans. Dernier épisode en date, le Parquet a prôné un non-lieu général (*). De quoi faire sortir de ces gonds le père de famille : « Oui, j’étais très énervé. Ça prouve la collusion entre le monde politique et la justice. Mais je n’ai pas d’autres moyens d’agir : sans être dupe, il faut respecter les procédures et faire confiance… »

Les 350 millions réclamés pour le dossier sur l’eau (**), c’est encore lui. Le recours contre le Grand Stade, c’est de nouveau lui. Sujet à la mode ce Grand Stade. Et comme nous vous l’avions annoncé dans notre article La comédie des stades, en plus du recours administratif, une plainte au pénal se précise. Dans les prochaines semaines et peut-être même avant la fin de l’année. Le motif : le désormais fameux tour de passe-passe dans le choix des constructeurs de l’équipement qui a fait couler beaucoup d’encre, mais qui n’a pas toujours d’explication claire : « Je ne comprends pas l’attribution du marché public à Eiffage, assène Eric Darques à qui veut l’entendre. Il y a un pré-rapport qui dit que Norpac est le meilleur projet. Le 23 janvier 2008, c’est toujours Norpac. Le 1er février, les élus communautaires votent pour Eiffage. »A la faveur d’un nouveau rapport que les élus n’auront même pas sous les yeux pour se décider (juste une version simplifiée), mais qui déclare Eiffage comme meilleur choix. Alors qu’il est plus cher : « Une phrase a été ajoutée sur ce nouveau rapport, c’est tout. Et les notes ont été changées donnant Eiffage gagnant. Les contribuables sont bons pour payer 108,5 millions d’euros de plus sans aucune justification. Donc, oui, je vais aller au pénal pour tirer cette affaire au clair. »

« Le détournement de fonds publics ou le délit de favoritisme, c’est du vol »

L’utilisation de l’argent public. Une chose qui agace au plus haut point l’un des portes-paroles de l’association Anticor, qui lutte contre la corruption des élus. A l’instar d’Obelix, tombé dans la marmite quand il était petit, Eric Darques annonce « être tombé dans l’honnêteté » depuis sa plus tendre enfance. Du coup, il ne supporte pas « que les élus nous piquent nos impôts ». Qu’ils soient de gauche ou de droite, le bord politique de celui qui se dit “gaulliste” et a tâté de la politique au niveau local (***), d’ailleurs : « Je dirais que c’est encore pire quand c’est à droite : là, je me sens doublement trahi. » Comme il se sent floué par ces parlementaires qui mangent, téléphonent et salarient « bobonne » aux frais du contribuable. « Leur salaire, ça devient de l’argent de poche. Attention, je ne dis pas qu’ils ne doivent pas être payés. Bien au contraire. D’ailleurs, je trouverais normal que les élus des petites communes soient payés plus. Parce qu’eux, on le dérange à 20h après le boulot. »Et le morpion, comme il se définit en souriant car “je m’accroche », de continuer : “Un employé de la Poste qui pique 15 euros dans la caisse, il ne peut plus travailler dans la fonction publique. Comment se fait-il qu’un élu condamné puisse continuer à se présenter devant les Français ? Le détournement de fonds publics ou le délit de favoritisme, pour moi, c’est aussi du vol. Un élu se doit d’être irréprochable.” Sûr qu’avec ce discours, Eric Darques ne se fait pas que des amis (Pierre Mauroy en tête) : « Et si j’ai un ami qui fait de la politique, qu’il ne s’attende pas à que j’étouffe l’affaire. »

Le Conseil Régional dans le viseur

La fameuse rengaine « Tous pourris » alors ? Non, se défend le Lambersartois. « C’est une minorité. Le problème, c’est que cette minorité tient les collectivités et les grandes villes. Ça me rend malade. » Malade au point d’envisager parfois de déménager sous d’autres cieux, dans d’autres pays, plus au nord et plus intransigeants sur la morale politique. Mais le projet n’est pas encore d’actualité. Parmi ses nombreux dossiers, dont 170 qui concernent le Nord – Pas-de-Calais, il en est un qui traîne sur sa table de chevet depuis quelques semaines : celui des comptes du Conseil régional. « J’épluche tous les comptes de la Région. J’ai tout le temps les doigts sur la calculette. Il y a quelques petites choses qui me dérangent. Donc, je vais très vite envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à Daniel Percheron (le président de la Région). Il a intérêt à me répondre. » Sinon, Eric Darques dégainera. Avec une arrière-pensée politique à quatre mois des Régionales ? Il assure que non. Juste le besoin insatiable de clarifier les comptes publics comme moteur, répète-t-il. Et sur ce point, l’empêcheur de détourner en rond n’a pas encore dit son dernier mot.

(*) Dans cette affaire, Lyne Cohen-Solal, Pierre Mauroy et Bernard Masset, directeur de cabinet, ont été mis en examen à des titres divers.  Décision de renvoi devant la justice ou non-lieu avant la fin de l’année (plus d’infos sur Nord Eclair).
(**) Une plainte a été déposée par l’association Eau Secours, dont le président est Eric Darques. Il s’agit de délits présumés entre la Communauté urbaine de Lille et la Société des Eaux du Nord avec un trop perçu de 164 millions d’euros versés par les contribuables pour des travaux jamais réalisés. Aujourd’hui, Eric Darques estime qu’avec les intérêts, le remboursement se monte à 350 millions d’euros (plus d’infos et )
(***) Il a été conseiller municipal à Lambersart jusqu’aux dernières élections. L’homme s’est également présenté aux Législatives en 2002. D’ailleurs, ses détracteurs ne manquent pas de rappeler qu’il avait été déclaré ensuite inéligible pour ne pas avoir présenté ses comptes de campagne à temps. Une affaire qu’il explique : “Je n’ai pas fait 5% et il me fallait donc sortir de ma poche encore 1 500 euros pour payer l’expert comptable… J’ai estimé que c’était trop. J’ai cependant envoyé le compte à la Commission, mais sans l’aval d’un expert comptable, il était automatiquement rejeté…”

Darques Vador, © Ray Clid / Bakchich

Tous les dessins de Bakchich pour DailyNord, c’est par là

Un peu plus de DailyNord ?

16 Commentaires

  1. Courageux le bonhomme, inconscient diront certains. Il serait le bienvenu chez nous, dans notre magnifique contrée du Pas-de-Calais ou il doit y avoir aussi de sacrées tranches de rire (jaune) dans les livres de comptabilité et autres choix d’appels d’offres de nos collectivités. Une question de profane me taraude toutefois l’esprit M. Darques : le projet de territorialisation des élus, dans ce cadre précis, peut-il faire l’effet d’un remède, d’un cataplasme, ou empirerait-il les choses ? Et puis, tant qu’on y est, que pensez-vous de ces millions d’euros annuels alloués par le conseil régional à une chaîne de télévision (que personne ne regarde) dont le propriétaire est un groupe de presse hégémonique sur le plan de l’information écrite régionale et accessoirement… prestataire de la communication du conseil général du Nord ? A moins que mes informations soient erronées, ce dont je doute.

  2. Ce qui est terrifiant avec l’affaire “Grand Stade”, c’est que cette entourloupe consistant à remplacer Bouygues par Eiffage s’est faite en plein jour. 140 conseillers communautaires de LMCU ont voté sans sourcilier pour Eiffage alors que le projet de délibération qu’ils avaient reçu quelques jours avant proposait Bouygues qui avait une note bien meilleure et un prix bien plus bas. Silence dans les rangs !
    Nous n’avons que des marionnettes à LMCU prêtes à crier “Au voleur, on nous enlève notre taxe professionnelle !” mais laissant filer des centaines de millions d’euros pour un sulfureux Grand Stade…

  3. Bonjour,

    Je suis Eric DARQUES…je voudrais simplement dire à cette personne dont le pseudo est: PASDECALAIS LIBRE, qu’il peut toujours prendre contact avec moi…et que s’il y a un dossier à tirer au clair dans votre commune, je le ferai.

    Bonne journée

    Eric DARQUES

  4. “Le recours contre le Grand Stade et l’attribution du marché public, c’est lui”..
    ( il y a aussi une asso me semble t’il ! )
    -plus on connait Segard, plus on se demande ce qu’il fait là.Dire que c’est ce baronnet des petites communes, cet élu local sans envergure qui a amené ces renversements d’alliances et ces jeux d’écriture.
    MAIS, A quand le passage au TA pour Mr E Darques !
    Eric Darques annonce « être tombé dans l’honnêteté » , pourquoi pas,on peut encore croire..

  5. Le recours contre le Grand Stade concernant l’attribution du marché public, oui, c’est bien Eric Darques. Les 2sous du Stade ont déjà déposé un recours sur un autre point (recours perdu en première instance d’ailleurs). En attendant certainement quelques autres recours une fois le permis de construire signé…

  6. Bonjour éric darques je voudrais vous contactez avez vous un mail ou une adresse pour vous joindre merci.

  7. l’ideal est que le permis soit refusé de sorte qu’il n’arrive pas la même chose qu’à VA,car apres pour le faire demolir !!!!!!! On ne demoli pas un stade comme on le ferait pour un petit propriétaire.Les pénalités seront encore + forte que l’epoque de GJ2, certes, mais pas plus que la dette de 31 ans qui nous pend au nez.Les 280M sous évalués (et non réactualisés )pour éviter certain recours,mais 324M evalués pour avoir 30M (les 10% )du gouvernement qui vient de l’annoncer demanderait une enquete.
    depuis le debut, ce projet sent l’oeuf tourné,qui plus est ,décidé par des gens dit de “gauche”.
    Souhaitons que Mr Darques gagne son recours

  8. C’est à cause de ce genre de personnes que tout fout le camp. C’est dommage d’empêcher certains projets d’arriver à termes, quand on sait à quelle point ceux-ci pourraient bénéficier à la métropole. Je ne connais pas tous les dossiers évoqués dans cet article, mais pour ce qui est du stade je regrette qu’il y ai encore des personnes qui viennent mettre des bâtons dans les roues à ce genre de projet. Notamment lorsque l’on sait que la plus part des grandes villes françaises sont dotées d’un stade bien supérieur au pauvre stadium nord. J’aimerai que ces personnes qui font tout pour stopper les projets réfléchissent bien aux conséquences leurs actes qui font que notre pays s’embourbe alors qu’il est tant d’investir dans des projets d’avenir. Voila juste mon sentiment.

  9. A Gezzer : Merci d’avoir donné votre sentiment. Juste une précision cependant : Eric Darques ne s’oppose pas au projet de stade en tant que tel. Il pointe du doigt des bizarreries dans l’attribution du marché public. Ce qui est un autre débat que le bien fondé ou non du Grand Stade.

  10. Je découvre l’action opiniatre de Monsieur Darques et je pense qu’il n’est pas du tout isolé dans sa façon d’analyser les arcanes du pouvoir mais qu’il est isolé dans la capacité (de temps, de culture, de moyens) de s’opposer aux abus de pouvoir, de droit, de position dominante. De plus ce combat, s’il a réussi dans les pays du nord de l’europe semble être une chimère dans les pays plus latins. En effet il dure depuis plusieurs siècles : A Rome “du pain et des jeux” à Lille “du rmi et du football”. Ils ont bien de la chance les anglo-saxons d’avoir des clubs de foot qui construisent les stades avec leurs propres deniers.
    N’empêche que je suis admiratif devant la réussite de la communauté urbaine de Lille. J’ai toujours pensé que les USA étaient un grand pays. Or c’est un nain et je le prouve : aux states ils ont un président et un vice-président ; à la communauté nous avons un président(e) et 49 vice-présidents dont 10 “premier vice-président”. Alors les USA une grand pays ?

  11. Bravo à tous ceux qui luttent contre la corruption des élus de tous bords. Mais c’est lutter contre un pot de fer. J’ai moi même essayé mais les tribunaux et la préfecture m’ont débouté. Quant au nombre impressionnant de vice- présidents de la communauté urbaine de Lille, c’est bien connu, le seul but c’est de rémunérer par le contribuable des élus que l’on “achète” alors que le travail est réalisé par les fonctionnaires. Cette pratique est d’ailleurs plus développée dans les collectivités de gauche. Quand VGE était Président de la région Auvergne, il y avait 2 voitures de service pour les élus et un bureau pour 2 vice-présidents. En 2004 la première décision du nouveau Président a été d’acheter des voitures supplémentaires, d’embaucher des chauffeurs et d’affecter un bureau à chaque vice -président. Une chose encore, je ne vois pas pourquoi M Juppé a été condamné et que M Mauroy, pour le m^me motif serait relaxé. Y aurait-il une justice à 2 vitesses ?
    J’arrête là mon bavardage et je vous souhaite bon courage.

  12. Bravo et encore bravo monsieur Darques,
    Si vous avez besoin de petites mains, comptez sur moi, il n’y a qu’à demander.
    Dans l’affaire Mauroy je regrette que l’enquête n’ait pas mis en exergue que Mme Line Cohen n’était pas la seule “employée”, une vingtaine de personnes auraient pu être inquiétées.
    Encore merci

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire