L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Tabac: les volutes finales attendront

DailyUne | Petite histoire Par | 27 novembre 2009

Les clopes ont encore augmenté. Forcément, si vous êtes pas fumeurs, z’avez rien vu. Mais dans une région frontalière, les tabacs la sentent passer plus durement qu’ailleurs. A deux tout petits pas de la frontière belge, il en est un pourtant qui résiste. Singulier. Pas chagriné pour un sou, notre buraliste s’accroche et espère une uniformisation des prix en Europe. Et il n’aura peut-être plus à attendre très longtemps…

[singlepic id=788 w=320 h=240 float=left]TF1, M6, la presse régionale, le Vieux Bureau à Wattrelos connaît bien la presse. Faut dire que le café-tabac est situé à moins de 200 mètres de la frontière belge. Que, depuis le bistrot, on aperçoit Mont-à-Leux (Mouscron) et sa forêt de carottes lumineuses. D’un côté le paquet à 5-6 euros ; de l’autre à 4 euros en moyenne. L’endroit rêvé pour interviewer un buraliste après une énième flambée du tabac. “A chaque fois qu’il y a une hausse, les journalistes viennent ici.” Paul Lecat est un bon client, jamais la langue dans sa poche. “Les gens viennent ici parce que je suis un personnage.” On confirme.

En poussant la porte, on s’attend donc à voir un buraliste fulminant. Déballant volontiers son sac sur l’Europe, pestant contre la concurrence belge, blâmant le Gouvernement. Même pas (enfin si un peu quand même, mais juste sur le Gouvernement). L’augmentation du prix des clopes ? “Rien à foutre”, lâche Paul Lecat. L’assouplissement demandé à la France par Bruxelles sur les quantités de clopes achetées à l’étranger ? “J’étais pas au courant.” Qu’importe, ça ne change rien. “Rien à foutre.” (On l’a dit, Paul est un bon client.) “J’ai passé six ans terribles avec les hausses successives. Aujourd’hui, ça ne sert à rien de se plaindre. Le plus important, c’est que le Gouvernement confirme dans l’avenir l’indemnité compensatoire.” Une indemnisation basée à 90% sur les pertes en 2002 ; une aide qui soulage sans toutefois compenser réellement puisqu’elle oublie, par exemple, les répercussions sur les ventes annexes (confiserie, jeux, presses, etc.)

2003, le passage à tabac

A dire vrai, on est surpris de voir un tabac survivre aussi près de la frontière. Même si le Vieux Bureau compte d’autres activités (jeux, bistrot, presse), on se demande commet il peut tenir. “J’en vends quand même un peu (des cigarettes).” La preuve, quelqu’un qui rentre à l’instant. Un Marlboro.  “Ce sont des copains qui viennent m’acheter du tabac. Regardez, lui, il vient de Mouvaux.” Paraît que le tabac serait meilleur que celui vendu de l’autre côté de la frontière. Naturellement, le chiffre d’affaires du commerce a littéralement chuté après la flambée de 2003 : “Je faisais 25 000 euros de CA de tabac; du jour au lendemain, je suis passé à 2 500 euros.” Notre homme se souvient même d’une période faste, lorsqu’il a repris le commerce au début de la décennie. “J’ai connu une période héroïque, tous les Belges venaient ici, on était 20% moins cher qu’eux.”

Ce temps est révolu. Les tabacs ont poussé comme des champignons de l’autre côté de la frontière profitant de l’écart de prix entre les deux pays. “Près de 90% de clientèle française”, sourie-t-on dans ce commerce de Mont-à-Leux. La joie des uns, le malheur des autres. Depuis 2003, “200 commerces ont fermé”, indique Patrick Brice, président de la fédération Nord – Pas-de-Calais des buralistes. Une petite saignée dans les quelque 2 200 tabacs de la région. “Tout ne vient pas des hausses successives du prix des cigarettes, relativise-t-il néanmoins. Comme dans toute profession, nous connaissons une érosion. “

Bientôt des prix identiques en France et en Belgique ?

Paradoxalement, Paul Lecat dit maintenir son commerce à flots. En dépit de sa promiscuité avec les tabacs belges ; lesquels buralistes seraient même “admiratifs”. “Y’en a un qui m’a demandé comment je faisais”, sourit Paul. Question de savoir-faire. “Buraliste et bistrotier, c’est un métier.” D’ailleurs, ici les clients viennent aussi bien de France que de Belgique où la bière au fût est un peu moins chère.

Pourquoi conserver le tabac ? Pour l’indeminité compensatoire, naturellement. Mais ce n’est pas la seule raison. “Je me dis qu’un jour ou l’autre, cela va se régulariser. Je n’ai pas envie de brader l’affaire alors qu’un jour l’Europe uniformisera peut-être les prix.” Un espoir loin d’être infondé. Renseignements pris auprès de Patrick Brice, des négociations sont actuellement en cours du côté de Bruxelles. “Le mouvement est en train d’évoluer et nous tentons d’uniformiser les prix. On va y arriver. Mais vous dire si c’est pour demain ou dans cinq ans, tout dépend des Etats qui appliqueront les recommandations de Bruxelles plus ou moins vite.” En attendant cette uniformisation, Paul et ses confrères vont pouvoir souffler un peu. Les tabacs vont récupérer le paiement électronique des PV (leur commission passera à 6% contre 5% aujourd’hui pour le timbre amende) et surtout, la Belgique prévoit prochainement une augmentation de 10% – 12%. De quoi lisser les prix. Les volutes finales, c’est pas pour tout de suite.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus