L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Avion, vol au-dessus d’un nid de cocos

DailyUne | Réflexions Par | 06 octobre 2009

On le dit souvent mal en point, réduit à sa portion congrue, s’essoufflant  scrutin après scrutin. A Avion (près de Lens), le Parti communiste a cependant conservé sa splendeur d’antan. En témoigne la prochaine élection municipale, dimanche : le PCF sera vainqueur. Comme toujours depuis 75 ans. Quand les autres formations ne peuvent même pas aligner une liste, le PCF offre deux candidats. Qu’importe puisqu’ici il reste indéboulonnable. (Mis à jour)

[singlepic id=573 w=320 h=240 float=right]Deux listes communistes, ça prête au sourire. Sous d’autres cieux, on parlerait d’un suicide politique. Pas à Avion (18 000 âmes), ville champignon de l’ex bassin minier: le tout puissant PCF échappe aux affres du temps et de la modernité. Intemporel presque. Ses scores feraient pâlir d’envie n’importe quelle autre formation politique: 76% pour la liste PC au 1er tour des municipales 2008, 30% aux dernières européennes, 16% pour la candidate Buffet à la présidentielle 2007… Intouchable dans les élections locales, le Parti se maintient même très honorablement dans les rendez-vous nationaux. Ici, on vote PC depuis 1935. Avec une fidélité sans faille, comme si l’électeur avionnais était exempt de cette versatilité et de tous ces maux dont on l’accuse couramment. D’ailleurs, le Parti y est tellement enraciné qu’aucun candidat communiste n’a jamais été mis en ballottage lors des élections en soixante-quinze ans ! Exception faite des municipales 2001 où deux tours avaient été nécessaires pour départager deux listes… communistes. Déjà. Car à Avion, le PCF peut encore s’offrir le luxe d’afficher ses dissensions. Dimanche, les Avionnais auront donc à choisir entre deux candidats communistes : Jean-Marc Tellier, dauphin du maire sortant, et Cathy Apourceau, conseillère régionale.

Rouge bonnet, bonnet rouge

Aux municipales de 2008, les deux courants communistes étaient parvenus à s’entendre sur une liste commune. Un an plus tard, l’unité vole en éclats lorsque le maire (Jacques Robitail à la tête de la commune depuis 1990) annonce sa démission et désigne dans la foulée son successeur. Une affaire entendue selon Jean-Marc Tellier qui évoque « un protocole d’accord » conclu en 2008 avant même les municipales ; « une absence de concertation » dénonce Cathy Apourceau, qui a donc démissionné du Conseil avec cinq de ses collègues afin de provoquer de nouvelles élections. Officiellement, la fédération communiste du Pas-de-Calais n’apporte son soutien à aucun des candidats. De quoi aider un peu plus les Avionnais dans leur choix. Deux candidats issus de la même majorité municipale, deux têtes avec la même couleur politique et deux listes revendiquant une même ouverture vers des socialistes, des Verts ou des personnes issues de la société civile. Ah, une nuance peut-être: « nous n’avons pas la même façon de voir les choses sur le programme municipal », relève Cathy Apourceau. Argument contesté par son opposant : « Leur programme ? A 80%, c’est ce que nous faisons depuis des années. Il y a peu de choses qui diffèrent ». Bref, le genre de duel fratricide qui mène à la catastrophe. Sauf qu’ici, on est à Avion, bastion communiste. 

Travail à l’ancienne

« Nous gardons un enracinement très fort dans le Pas-de-Calais », indique Cathy Apourceau. Et de citer Grenay, Drocourt, Sallaumines, Calonne, Rouvroy autres places fortes de la frange sud de l’ex bassin minier. Comment expliquer ce singulier enracinement et l’absence d’érosion ? Là, nos deux candidats tombent d’accord. Une tradition ouvrière, un ancrage du PC dans le temps. Mais l’explication ne suffit pas. Après tout, on a vu d’autres villes ouvrières de la région échapper au giron communiste. Calais ou Denain, pour ne citer qu’elles. Les deux candidats y voient aussi le résultat de leur travail de terrain. Un travail double puisque la ville compte deux sections PCF. Ici, on ne se contente pas d’aller serrer les pognes sur les marchés à la veille d’un scrutin. « Nous menons régulièrement des combats et nous sommes présents sur le front des luttes », explique volontiers Jean-Marc Tellier. « Je l’explique par notre travail de militant et notre activité au quotidien, ajoute à son tour Cathy Apourceau. Par exemple, au-delà de la campagne électorale, nous sommes actuellement mobilisés contre la privatisation de la Poste. » Affrontement, combat, militantisme… du travail de terrain à l’ancienne. Mais le résultat est sans doute là: le PCF a gardé intact son électorat et aucun transfert vers le FN ne s’est opéré comme on a pu l’observer dans d’autres villes à quelques kilomètres de là. Le FN justement. Après une tentative aux municipales de 2001 (9,9%), le parti frontiste est désormais discret à Avion. Une autre victoire du PCF.

Mise à jour du 11 octobre: Dans ce duel fratricide, la liste conduite par Jean-Marc Tellier, dauphin du maire sortant, a remporté la victoire au premier tour avec 694 voix d’avance sur la liste conduite par Cathy Apourceau.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus