L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

L’été pourri de Martine

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 28 août 2009

Attaquée par les écolos, attaquée à gauche de la gauche, lapidée par les siens. On a beau s’appeler Titine de fer, avoir la réputation d’une dure à cuire, ça fait beaucoup. La saga familiale socialiste a occupé (occulté) l’actu durant ces deux mois de vacances. Un vrai feuilleton estival avec une maîtresse de maison, de jeunes garçons plein de fougue, des réprimandes, des larmes aussi… Forcément pour le commun des mortels soumis à une diète médiatique, l’université d’été de La Rochelle ne s’annonce pas facile à suivre. Retour sur les épisodes clés de cette saison.

Jeune garde

Début juillet. L’été s’annonce pourtant bien. Le cuisant échec des européennes ? On n’en parle plus, après tout, ce ne sont que des européennes. Plus important, Ségo et Martine ont enterré la hache de guerre. Et même qu’elles sont (re)devenues vachement copines. Je cite : « Je suis heureuse qu’avec Ségolène Royal nous ayons retrouvé des rapports simples et naturels: on s’appelle, on discute… », (Martine Aubry dans le Point du 4 juillet). L’annus horibilis toucherait à sa fin ? Oui, mais voilà que les quadras dévoilent leurs ambitions. A qui s’auto-proclamera présidentiable 2012. Coup d’envoi donné par le député-maire d’Evry, Manuel Valls. Et déjà quelques petites phrases qui vont nous bercer tout l’été : «Tel le chef d’orchestre sur le pont du Titanic, elle convie les socialistes à bien lire leur partition tout en leur cachant la vérité sur l’ampleur des voies d’eau constatées sur le navire » (Valls à propos de Martine Aubry, dans Libération du 5 juillet).

Escapade à Marcoussis

Alors pour taire les discordes naissantes dans un PS devenu inaudible, on nous a servi ce symbole toujours au début des vacances. La famille socialiste à Marcoussis pour le fameux Laboratoire des idées, histoire d’ « inventer le post-matérialisme ». Marcoussis ? Souvenez-vous, le camp de base du XV de France à la coupe du monde 2007 (celle où on a été éliminés en demi-finale, sic). Et au cas où la symbolique échapperait, on insiste volontiers dessus. Morceau choisi : « Dans le rugby quand il y a un pack tout le monde pousse dans le même sens » (Martine Aubry). Métaphore périlleuse. Car dans la mêlée, il y a souvent des mauvais coups qui se perdent. Et ça, on l’a vu quelques jours plus tard.  

La “Maison commune”, désespérément vide

Ressouder la famille socialiste : une vraie profession de foi en ce début d’été. Au rayon des jolies expressions mortes nées : la “Maison commune”. Ou comment ressusciter la Gauche plurielle tombée en 2002. Martine a donc pris sa plus belle plume (elle a beaucoup écrit cet été) et expédié sa missive à tous les partis de gauche (sauf le NPA de Besancenot). Stratégique : si la gauche s’unit autour du PS, alors le PS sera bien obligé de s’unir autour de Martine. Réponse rapide et sans ambiguïté des ex-partenaires de feu la Gauche plurielle : pas intéressés, mais alors pas du tout. Un vrai camouflet pour la maire de Lille, on sent même une pointe de condescendance dans l’accueil de la proposition. Mélenchon et son Parti de gauche refusent de cautionner une « comédie », Marie-George Buffet évoque un « pétard mouillé »… Que des mots gentils. Chou blanc. Ah si, peut-être une recrue : Chevènement et son MRC : lui n’a pas refusé, il a juste dit qu’il fallait en savoir davantage.

Eh Manu, tu dégages ?

Le plus beau restait sans doute à venir. Toujours avec les fougueux quadras. Pour mettre des jeunes au pas, rien de tel que de faire un exemple. Au hasard, je choisis… Manuel Valls. « Cher Manuel… » (la suite). Et puis, des fois qu’il serait déjà parti en vacances en Toscane, on balance la lettre au Parisien. Utiliser la place publique, une technique largement éprouvée au sein du PS durant l’été. Quelque chose de ferme. En substance : tu te tais ou tu te casses. 

Snipers à tous les étages

Réponse à « chère Martine »: je reste et je ne me tais pas. Une autre lettre à (re)lire dans la presse. A partir de là, on a vu les snipers dégainer les petites phrases plus vite que leur ombre. Dray, BHL, Lang… Les anciens tentant de s’élever au-dessus de la mêlée. Et même en dehors du parti avec Cohn-Bendit. Compilation: « Le PS est mort » (signé BHL), « le PS doit prendre des vacances » (Cohn-Bendit), « le PS est un arbre sec » (Jack Lang)… Une belle grosse engueulade familiale avec la vaisselle claquée au sol, les mots blessants et le reste des Français en guise de voisins d’à côté. Ça fait beaucoup. Tellement secouée Titine de fer qu’elle aurait été aperçue quittant Solférino, le regard embué (Source : Europe1).

A bout de souffle

Où on s’aperçoit qu’on s’est peut-être donné un peu trop en spectacle. Fin juillet, on joue l’apaisement, à l’instar de Jack Lang. Grande question d’éditorialiste : du leadership de Martine Aubry. Suivie d’une autre question : mais qui mettre à la place ? Finalement, le président jogger va accourir au secours du PS en détournant les regards. Une diversion et un cessez-le-feu opportuns avant que tout le monde ne parte en vacances de son côté.

Précéder la pré-rentrée

Naïvement, on a pensé que le feuilleton était bouclé. Qu’on n’entendrait plus parler d’eux avant l’université d’été de La Rochelle fin août. A peine deux à trois semaines de répit, et on retrouve la grande famille socialiste regonflée à bloc et rentrant en ordre dispersé. Pour l’image de l’unité, c’est à nouveau loupé. A qui devancera cette rentrée : chacun avec son club. En avant à gauche et Peillon à Marseille pour esquisser une alliance avec le MoDem, Montebourg à Frangy-en-Bresse pour une fête de la rose, le même Montebourg quelques jours plus tard pour un séminaire à Jarnac…  Le sujet ? Le même qu’en début d’été. La présidentielle 2012 et de l’opportunité d’organiser des primaires à gauche. La méthode ? Identique. Mettre la pression en posant le sujet dans la presse. Du coup, Martine Aubry est bien obligée contre son gré («  Le débat sur les primaires est second, même s’il n’est pas secondaire » déclarait-elle au début de l’été dans le Point) de trancher : favorable à “ des primaires ouvertes“. C’est fait, à présent on va peut-être parler des Régionales.  

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus