L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

M’embrassez pas, j’ai le badge !

Textos Par | 24 août 2009

L’idée est tellement simple qu’on se demande pourquoi personne n’y a songé avant. Puisque la grippe A se transmet notamment par voie aérienne (postillons, éternuements, toux), puisque le monde ne peut s’empêcher de tourner et qu’il faut bien continuer à bosser et à faire ses courses, l’agence de communication dunkerquoise COMpositions a imaginé un petit badge que chacun pourrait porter afin de signaler qu’il refuse le contact rapproché. Son nom ? Le Yes.

[singlepic id=473 w=320 h=240 float=left]Eviter les contacts directs, disent les préconisations sanitaires. Facile à dire. Imaginez la tête du patron qui va rester la main tendue dans le vide. Ou la tronche de belle maman attendant désespérément qu’on l’embrasse sur la joue. Pas facile d’y couper. D’où l’idée de ce petit badge lancé par COMpositions et son responsable Michaël Pouchelet. Le message est clair : “Je t’embrasse pas… mais le cœur y est”. Et si l’autre a suivi un peu, il ne doit pas se formaliser parce que vous ne lui tendez pas la main. Coloré, tout métallique, assez gros pour être vu et reconnu (3,2 cm de diamètre), bref un design étudié. A porter côté cœur, recommande la boîte nordiste. Arborer le badge rappelle cet engagement et prévient clairement et simplement les personnes que l’on rencontre.

En vente depuis ce lundi (six euros les trois), le Yes est destiné à “responsabiliser tous les citoyens, actifs ou inactifs, du plus jeune au plus âgé”. L’entreprise dunkerquoise préconise ainsi “au sein des entreprises ou de tout autre lieu de regroupement de personnes, une campagne de prévention afin d’inciter les hommes et femmes qui s’y côtoient à adapter leur comportement social”. En clair, c’est pas parce qu’on ne se fait plus la bise ou qu’on ne se serre plus la pogne, qu’on ne doit plus se dire bonjour. Prière de remplacer accolades, embrassades et autres poignées de main viriles par un geste de main lointain. Ou n’importe quel autre signe du moment qu’il reste à distance.

Le site du Yes

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus