L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Grippe A : à la rentrée, on va travailler à la maison !

DailyUne | Réflexions Par | 23 juillet 2009

Ce n’est pas un scoop, la grippe A rôde dans les parages. Et à la rentrée, en septembre ou octobre, elle pourrait faire des ravages (25 à 50% de la population pourrait être touchée selon les experts). Du coup, plusieurs entreprises régionales planchent sur le sujet depuis quelques semaines déjà et se préparent au pire pour ne pas paralyser l’activité :  en organisant le travail de leurs salariés à domicile  par exemple. Comme chez Effet Direct, une PME roubaisienne. Le point également avec deux familles d’employeurs régionaux : les collectivités avec le Conseil régional et les grandes entreprises avec Arc International.

[singlepic id=460 w=320 h=240 float=right]Il y a des salariés d’Effet Direct qui doivent être contents. Pendant quelques mois, ils vont pouvoir surfer sur le net aux frais de l’entreprise. Enfin ceux qui n’étaient ni équipés d’ordinateurs, ni de connexions internet : « Nous avions renouvelé dernièrement le parc de PC, résume Rémi Donneger, gérant de la PME roubaisienne d’une cinquantaine de salariés (photo). Donc, nous avons boosté ces ordinateurs pour les prêter aux salariés qui n’étaient pas équipés. En installant internet aussi chez eux. » Un cadeau pour les bons résultats durant l’année ? Non, plutôt l’anticipation d’une éventuelle épidémie de grippe A.

Le Plan de continuité d’activité étendu

Retour fin avril. La grippe A débarque au Mexique et dans les médias. On s’enflamme, ça se calme, et depuis quelques semaines, ça repart (34 cas à Ambleteuse par exemple dans la région). Et les entreprises régionales travaillent d’arrache-pied en haut lieu. Pour se préparer aux conséquences économiques d’une pandémie prévue pour la rentrée : salariés malades, contrats perdus, ce qui n’arrangerait sûrement pas la crise.

Rémi Donneger n’a donc pas attendu bien longtemps. Il a étendu le Plan de continuité d’activité (PCA, en résumé, si votre entreprise brûle, quelles sont les solutions pour continuer à travailler ?), à la grippe A. « Nous avons commandé des masques, mais aussi des solutions hydro-alcooliques (antiseptiques), confirme le gérant. Puis, distribué des informations. » Dans le genre, « Comment bien se laver les mains ? »…

« La majorité des salariés travaillera à domicile »

Des précautions de base insuffisantes pour l’entreprise spécialisée dans la sous-traitance de relations financières. Car elle va beaucoup plus loin : « Le but est d’éviter tout risque de contamination et de minimiser les risques. Alors, si nous passons au niveau 4 d’alerte (nous sommes au niveau 3), les clients ne viendront plus dans nos locaux et la majorité des salariés travaillera à domicile. C’est pour cela que nous les avons équipés. Il y a quinze ans, sans Internet, ça aurait été plus compliqué. » Resteront donc au bureau quelques postes à responsabilités, indispensables. Chacun étant susceptible, même le gérant, d’être doublé en cas de défaillance : « Nous avons organisé des formations pour garantir la survie de l’entreprise. » La survie de l’entreprise, essentielle pour Rémi Donneger : « On ne peut pas se permettre une défaillance. Ni pour nous, ni pour nos clients qui attendent nos services. Enfin, franchement, si je suis convaincu que l’on va subir cette pandémie,  je m’en serais bien passé ! »

Et ailleurs ?

Dans la famille PME, ça ne se bouscule pas au portillon

A croire que le cas d’Effet Direct serait rare dans la région. Si Rémi Donneger se tient bel et bien prêt, à la CGPME du Nord (Confédération des petites et moyennes entreprises), on avoue qu’il n’y a pas beaucoup de demandes d’informations pour le moment. “Quelques entreprises nous ont contactés, mais ce n’est pas la majorité, confirme-t-on.  Nous avons cependant envoyé une circulaire sur la pandémie il y a quelques semaines et une réunion est prévue en septembre à destination de nos adhérents.

Dans la famille collectivités, au Conseil Régional, télétravail à prévoir

Grosse machine, le Conseil régional. Mille personnes au siège, cinq mille dans toute la région, la collectivité s’est aussi préparée au pire. « Il faut préciser que nous avons déjà eu affaire à la grippe aviaire, donc nous ne découvrons pas ce type de problème. Un directeur général adjoint a été nommé pour travailler sur cette question et nous avons acheté les protections sanitaires nécessaires pour le personnel : vaccins anti-grippe, masques, solutions hydro-alcooliques. Niveau masques, ça en fait quand même 100 000 ! » Sans pour autant s’inquiéter particulièrement : « Il ne faut ni grossir le trait, ni le taire, mais on peut gérer cette situation, du moins, on espère que les mesures prises seront suffisantes. Le problème est d’identifier les fonctions vitales du Conseil Régional. » Et d’organiser le télétravail des employés à responsabilités : « De toute façon, en cas de pandémie, les transports publics s’arrêtent, donc La Poste travaille moins, donc les demandes de subventions mettent du temps à arriver, donc, on met plus de temps à traiter, toute la boucle sera paralysée et fonctionnera au ralenti. »

Dans la famille grandes entreprises régionales, Arc International a identifié “ses fonctions essentielles”

Difficile d’obtenir des informations de la part des grandes entreprises régionales. « En cours de réflexion », « on ne peut pas communiquer pour le moment », « un plan existe déjà pour la grippe aviaire, nous allons le compléter prochainement »,  les réponses de ceux qui emploient parfois des centaines, voire des milliers de salariés sont sibyllines, quand il y a réponse… Peur de dévoiler sa stratégie aux concurrents ? Volonté de ne pas affoler les salariés ?En « off », un responsable nous a juste dit qu’il préparait la pandémie avec les postes-clés de l’entreprise, sans pour autant communiquer vers les salariés pour le moment… Arc International, par la voix de Delphine Duquesne, responsable communication de l’entreprise dont le siège et l’usine-mère se trouve à Arques, a cependant répondu à notre appel. Du côté du groupe présent à l’international (Etats-Unis, Afrique du Sud, Mexique par exemple), on surveille activement la grippe A depuis le début de l’épidémie. Et on se prépare à la rentrée avec un avantage :  “Nous avons déjà été confrontés au SRAS en 2003 avec notre usine chinoise, puis à la grippe aviaire. Nous connaissons les procédures.” Alors, depuis avril, aucun déplacement vers la filiale mexicaine n’a été prévu tandis que le site d’Arques, 7 500 personnes,  a identifié les salariés qui devront absolument travailler en cas d’épidémie (on n’a pas eu le chiffre, secret industriel oblige) pour ne pas trop pénaliser l’activité économique. “Chaque site a identifié ses fonctions essentielles si l’on devait réduire l’activité. On a distribué des consignes d’hygiène, de vigilance pendant les vacances, les masques et solutions ont été commandées.” Bref, le site se prépare à tourner au ralenti. Au cas où.

A lire :  un dossier du Figaro résume la situation des grandes entreprises au plan hexagonal et le site du gouvernement sur la pandémie.
Retrouvez également notre article sur la grippe A “La filière porcine pas encore grippée“, publié début mai

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture